AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je suis un monstre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Celebren : 44
Avatar : Leon de ''Reine des Fleurs'' de l'éditeur de Jeux Vidéos Idea Factory


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Je suis un monstre   Lun 27 Mai - 13:30:42




Je suis un monstre

"Rien au monde ne vous prépare à ça... Pas même la foi ou les convictions..."


La fenêtre de la chambre ouverte, Il était attablé au bureau, un carnet dans les mains. Il en tourna les pages vierges, rapidement. Un soupire plus tard, il prenait son stylo et entama la première page. Elle commençait comme une lettre, c'était le moyen qu'il avait trouvé pour le remplir et notamment pour se vider la tête. Il avait tenu un journal intime après son départ du foyer de sa dernière famille d'accueil et d'une certaine manière c'était un peu ce qu'on lui demandait depuis qu'il était arrivé dans cet institut. Il commença donc à noircir la première page de ce nouveau carnet, inscrivant tout ce qui lui passait par la tête. Qui il était, d'où il venait, quel avait été le parcours de sa vie, le mannequinat, les relations d'un soir, sa descente aux enfers en croyant devenir fou, plongeant encore plus profondément dans la débauche pour s'y perdre et ne plus avoir le temps de penser. Il avait faillit prendre des drogues mais s'étaient contenté de médicaments pour dormir qui ne lui avaient servit à rien... C'était d'ailleurs ce qui l'avait poussé à rechercher toujours plus de relations sans lendemains... C'était un miracle qu'il n'ait pas attrapé une MST. La première page fut rapidement remplie et il devait en être à la troisième. Il continua donc sur sa lancée. Il résuma sa première année à l'institut, les rencontres faites, la solitude, le calme... Quoi qu'il arrivait que ce dernier soit relatif quand un patient était pris d'une crise de démence. Il passait le plus clair de son temps dans sa chambre, parfois il se rendait en salle collective mais il n'était pas d'humeur à se mêler aux autres... Pas depuis qu'il avait remarqué quelques changements sur son corps... Ses canines lui semblaient avoir poussé et bien que leur pointe resta aussi pointue qu'une épite de ronce, il lui semblait pourtant qu'elles se creusaient très légèrement par le centre... C'était absurde bien entendu... Il s'interrompit dans la tenue de son... Journal... le temps de soupirer en pensant au colocataire un peu farfelu qu'on lui avait assigné depuis peu. C'était un bon garçon mais... disons qu'il avait fortement la bougeotte et qu'il semblait difficilement tenir en place plus de 5 minutes. D'ailleurs peut-être était-il en train de faire une énième plaisanterie au personnel de l'institut ou à d'autres patients. L'établissement semblait se remplir un peu plus chaque jour et les patients semblaient venir de tous les horizons. Il n'avait cependant pas encore rencontré quelqu'un venu du Nouveau Mexique... Il en était là de ses réflexions quand quelqu'un frappa à la porte de sa chambre... Ce ne pouvait pas être son jeune colocataire, ce dernier n'aurait pas pris la peine de frapper avant d'entrer. Il rangea son carnet et se tourna vers la porte pour inviter son visiteur à entrer...

La porte est ouverte, entrez donc...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Scientifique

Scientifique
avatar


Celebren : 72
Emploi : Scientifique
Avatar : Sweden || APH


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Je suis un monstre   Mar 28 Mai - 22:05:53


Je finissais de glisser les quelques feuilles qui traînaient dans mon dossier. Je le refermais avec application avant de glisser mes doigts dans mes courts cheveux blonds. Quelques mèches grisées les éclaircissaient déjà. Malheureusement... Les années défilaient et usaient mon corps, petit à petit. En affaiblissant la couleur de mes cheveux, en tirant mes traits et en ramollissant quelque peu les abdominaux qui renforçaient mon corps. Enfin, il fallait dire que les bons repas de Loras y participaient... Avec un léger agacement, je tapotais sur mon ventre du bout des doigts dans un soupir avant que je ne referme correctement ma blouse et ne sorte de mon bureau. Je verrouillais la porte derrière moi et je m'éloignais d'un pas lent mais déterminé, prenant cependant le temps de déambuler dans les couloirs. Je pris le temps de faire la visite de certains de mes patients. Certains dormaient encore, d'autres étaient apparemment sortis prendre l'air.

Quand aux autres, je pus échanger avec eux quelques questions, une discussion banale, avant de reprendre ma route. Je devais voir Esteban, ce jour là, pour un habituel contrôle hebdomadaire. Régulièrement, chaque patient était suivi au plus près pour surveiller son évolution ou l'apparition de symptômes particuliers. Depuis de longues semaines, j'avais dû isoler un patient en quarantaine en raison de la poussée soudaine... D'appendices. Une mutation totalement inexpliquée. L'individu n'avait pas subi de radiations ni n'avait ingéré d'éléments toxiques ou mutagènes... Il ne souffrait plus de ses changements et acceptait, heureusement, nos examens tout comme les traitements qu'on lui proposait. Mais l'homme était d'un certain fatalisme. Un désespoir qui ne présageait rien de bon et qui pesait lourd, lourd... Il avait dû comprendre que nous étions impuissants face à ce phénomène.

Je devais d'ailleurs rendre visite à Esteban Reyes. Un jeune homme assez remarquable physiquement... Fin, souple de silhouette, ses cheveux mi longs d'un doux brun chocolaté s'emprisonnaient souvent derrière la barrière d'un bandana rouge. Je n'avais jamais pris le temps de contempler son regard. À dire vrai, nous ne nous connaissions que depuis peu. Je m'étais à présent contenter d'une visite de temps en temps. Mais mon collègue avait pu prendre de longs congés, et me confiait la tâche de surveiller le patient qui lui avait été attribué. Je toquais à la porte de l'intéressé, vérifiant d'un regard que ma tenue fut impeccable. J'étais maniaque. Bien trop. Mais c'eut été une façon de maîtriser mon stress et mes angoisses. Les patients ne sont pas les seuls à succomber à leurs peurs, dans cet établissement... Dieu merci, pour l'instant, je n'avais pas encore craqué.

Quand le garçon m'invita à le rejoindre, je franchis alors le seuil de sa porte mais je ne le rejoignis pas immédiatement. Du bout de l'index, je réinstallais mes lunettes près de mes yeux d'un bleu glacé et un léger sourire à peine perceptible vint éclore sur mes lèvres. « Bonjour, Monsieur Reyes... Veuillez excuser mon intrusion. Je remplace mon collègue pour quelques temps... » Expliquais je en vérifiant une dernière fois mon nœud de cravate, « Je me nomme Ludwig Undume. Je suis chef de ce service, peut on dire... » Fis je en lui offrant ma main, espérant qu'il la serre. Mais même si il l'avait daignée, cela n'aurait rien changé. J'avais l'habitude que les patients me voient comme leur bourreau ou comme un monstre qui les enfermerait contre leur plein gré. Ils ignoraient que nous leur étions semblables, tous autant que nous sommes...

Mon autre main restait refermée sur le dossier que mon prédécesseur m'avait légué. Je pouvais y trouver des informations concernant le jeune individu qui se présentait devant moi. Sa taille, son âge, son poids et autres détails. Il y avait aussi la date de sa dernière visite médicale, il y a de cela de longues semaines. « Je passais pour faire une petite visite... Avec ce temps qui nous joue des tours, il y a des risques de grippe ou d'autres maladies. Puis je vous examiner ou préférez vous que je passe plus tard ? » Proposais je avec ma politesse habituelle, bien que mon ton puisse paraître plus las que je ne l'aurais crû.


Dernière édition par Ludwig Undume le Ven 28 Juin - 18:39:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 44
Avatar : Leon de ''Reine des Fleurs'' de l'éditeur de Jeux Vidéos Idea Factory


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Je suis un monstre   Mer 29 Mai - 14:40:47




Je suis un monstre

"Rien au monde ne vous prépare à ça... Pas même la foi ou les convictions..."


Ainsi donc, il avait droit à la visite d'un médecin qu'il n'avait pas encore rencontrer. Cela dit, il l'avait déjà croisé sans chercher à en savoir plus sur sa personne. Il m'intéresse certes aux personnes ou du moins il n'est pas totalement renfermé sur lui-même... Pas encore du moins... Mais il ne faisait pas forcément le premier pas. D'ailleurs à part le médecin qui le suivait habituellement, il ne cherchait pas spécialement à créer de lien avec qui que ce soit. Les liens, il en avais perdu assez pour préférer rester seul et se tenir éloigné des autres. Disons que c'est une forme de protection... Il se leva pour lui serrer la main d'une poigne ferme qui ne montrait aucune hésitation ni même un signe de faiblesse. Il lui désigna son lit pour lui permettre de s'asseoir... Il n'avait pas investi dans la demande de fauteuil et se contentait d'une chambre relativement simplette. Aussi à part la chaise de bureau et son lit, il n'y avait aucun siège.

Enchanté, je vous en prie asseyez-vous... Laissez moi juste un instant, le temps de fermer la fenêtre.


Il se tourna vers la fenêtre qu'il ferma en grande partie, ne laissant qu'un interstice d'environ 5 cm pour l'air continue de circuler dans la chambre et puis il aimait l'air de la montagne dont sa chambre profitait de la vue comme beaucoup d'autres.

Je peux vous dire que pour ce qui est des maladies normales, j'ai toujours été assez résistant... Jamais un rhume de toute ma vie, pas même la grippe... Dois-je tomber la chemise, pour que vous m'examiniez, docteur ?


Il en profitait pour le détailler tout en parlant. Le médecin semblait épuisé mais cela n'enlevait rien à son charme. Ce n'était pas un canon de beauté mais il avait quelque chose qui devait probablement faire se retourner quelques personnes sur son passage. La tenue impeccable, l'allure professionnelle... Il était difficilement réfutable qu'il était là pour faire son travail même s'il avait l'air de pouvoir s'effondrer à tout moment. La vie de médecin était-elle donc si difficile ? Il s'assit sur la chaise du bureau, à califourchon, à l'envers, les bras entourant le dossier.
Devait-il lui parler de l'impression étrange qu'il ressentait au niveau des canines ? Et ses impressions de froid quand il n'y avait pas de raison ? Il hésita encore aussi garda-t-il encore le silence un moment...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Scientifique

Scientifique
avatar


Celebren : 72
Emploi : Scientifique
Avatar : Sweden || APH


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Je suis un monstre   Ven 28 Juin - 18:40:05


Son geste me fit murmurer un remerciement avant que je ne m'installe sur le matelas. Je me recoiffai nerveusement, en un geste inquiet et pourtant, bien trop habituel. Depuis que je me trouvais prisonnier de ces murs, je pouvais assister à une violence alliée à une misère que j'aurais été incapable de soupçonner. Tout du moins, pas en ces lieux, pas avec ce que Mr Daw avait pu me dire. Ils souffraient. Ils succombaient à des angoisses assez terribles pour qu'ils en deviennent parfois de véritables bêtes sauvages. Je ne pouvais que remercier l'entretien de mon corps qui me permettait de maîtriser bien des crises... Les patients me voyaient comme un bourreau, comme un homme dont le seul but serait de les emprisonner ou de les torturer. Ils en perdaient toute civilité à mon égard, me crachant au visage, me frappant, me mordant, colportant rumeurs et autres dans mon dos. Rien de bien réconfortant ou encourageant quand je souhaitais simplement les soigner et comprendre leur mal. Oui... Car j'ignorais belle et bien tout de leurs souffrances. D'où venaient-elles ? Qu'elle pouvait donc être l'origine de cette maladie ?

Ainsi, la politesse et le respect que m'offrirent Esteban furent comme une gorgée d'eau pure pour un assoiffé tel que moi. J'en fus presque surpris ! Mes yeux bleus vinrent accompagner sa silhouette, comme si je craignais qu'il ne défaille soudainement ou perde tout simplement l'équilibre. J'étais à cran, aux aguets, et ce, chaque jour que Dieu faisait. Ce devait être les conséquences pour avoir longuement erré parmi les camps de réfugiés. Après tout, cet institut y était quelque peu comparable, bien que le contexte soit, heureusement, plus apte aux soins. L'hygiène y était parfaitement respectée, les conditions de vie étaient des plus acceptables... Décidément, je n'étais pas aussi mal installé que je pouvais le faire croire en râlant. Concernant les patients, aucun d'eux n'avaient été maltraités ou torturés, tout du moins, à ma connaissance.
Esteban alla finalement refermer la fenêtre, de sorte qu'aucun courant d'air ne vienne chasser les odeurs plus corporelles que je pouvais percevoir dans la chambre. Rien de désagréable, rassurez-vous. Après tout, mes narines avaient déjà pu humer les plus hideuses des fragrances : infection, l'odeur du sang, la lourde et pesante odeur d'une chair béante, putréfaction... J'avais appris à me fier à tous mes sens pour identifier un mal le plus rapidement possible. Mais je ne sentais rien de spécial, si ce n'est le simple parfum naturel d'une existence humaine en ces lieux. Une odeur légèrement intime, mais qu'il fallait savoir repérer.

« Tomber la chemise ? Allons... »
J'eus un rire amusé et je lui offris une esquisse de sourire.
« Ce serait mieux pour que je puisse vous examiner. Mais ne vous en faîtes pas, je ne vous enfoncerai pas d'objets douteux ni je vous injecterai quoi que ce soit... Vu ce que l'on dit des médecins ici, je préfère vous le préciser. »
Je récupérai la discrète petite sacoche que je gardais constamment accrochée autour de mon cou. Je l'ouvris et en détaillai le contenu, finissant par la vider, posant un à un mes instruments. À dire vrai, il n'y avait pas tant de choses que l'on aurait pu le croire ! Un petit carnet décoré par une carte postale représentant un désert s'accompagnait d'un crayon de papier au pourtour orange. J'y alignai soigneusement un stylo bille, mon stéthoscope, de quoi mesurer sa pression... Je vérifiais une nouvelle fois que rien ne me manquait avant de lui faire signe de se rapprocher de moi.
« Bien... Il serait préférable que je vous fasse une prise de sang. Demain matin, cela vous conviendrait-il ? Je vous demanderai seulement de rester à jeun à partir de ce soir. »
Je me levai finalement pour m'approcher de son dos et apposer mon stéthoscope entre ses omoplates.
« Respirez profondément, à plusieurs reprises... Avez-vous remarqué quelque chose de spécial ? Une gêne respiratoire, des soucis de sommeil, de digestion, ou encore des courbatures ? Dîtes moi tout ce que vous avez pu percevoir de dérangeant... Ou d'inhabituel, en ce qu'il vous concerne », demandai je d'une voix lente et calme pour ne pas l'angoisser davantage.


Dernière édition par Ludwig Undume le Jeu 19 Déc - 9:50:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 44
Avatar : Leon de ''Reine des Fleurs'' de l'éditeur de Jeux Vidéos Idea Factory


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Je suis un monstre   Mar 3 Déc - 9:52:32




Je suis un monstre

"Rien au monde ne vous prépare à ça... Pas même la foi ou les convictions..."


Il obtempéra donc et déboutonnant sa chemise tout en l'écoutant, finit par la retirer, dévoilant son corps de mannequin tout en musculature et finesse. Amusé par la précision dont le médecin fit preuve, il se permit un sourire en coin, ses yeux se plissant légèrement par extension.

Docteur, vous pourriez m'introduire ce que vous voudrez dans le corps, je ne m'en formaliserais pas plus que ça...


Il s'approcha en faisant rouler sa chaise de bureau jusqu'au lit. Non pas par fainéantise mais par simple commodité pour le médecin déjà fortement éprouvé par son travail.

Pas de soucis, à quelle heure cela vous conviendrait le mieux pour cette prise de sang ? Non pas que je sois très occupé...

Il obéit sagement en respirant fort. Inspirant par le nez et expirant longuement par la bouche de façon régulière avant de répondre enfin en marquant toute fois une hésitation.

Et bien... Pour ce qui est de la digestion, il me semble qu'elle est un peu plus longue mais j'avoue n'avoir jamais pris le temps de chronométrer. Peut-être est-ce simplement le fait de savoir que je suis malade qui me fait imaginer des symptômes là où il n'y en a pas... Et puis il y a... L'impression parfois d'avoir plus froid, comme si je n'arrivais plus à réguler ma température corporelle mais l'impression est passagère et ne dure que très peu de temps.... Vous avez déjà eut des patients pensant que des crocs leur poussaient tout en se creusant ?


Le plus simple parfois, était encore de faire comme si de rien étaient, comme s'il demandait un renseignement suite à une conversation qu'il aurait pu entendre en salle collective. Après tout, il y avait du monde et il n'était pas rare de capter les conversations d'un tel et d'un tel... Et puis parfois, il avait l'impression d'être l'un des plus sain d'esprit et donc cela lui permettait de se poser des questions qu'il retournait ensuite vers les médecins qui croisaient sa route.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Scientifique

Scientifique
avatar


Celebren : 72
Emploi : Scientifique
Avatar : Sweden || APH


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Je suis un monstre   Jeu 19 Déc - 9:50:53


J'acceptai de lui offrir une esquisse de sourire quant à sa remarque. J'avais un humour bien particulier, et les sous-entendus coquins me laissaient de marbre. La sexualité a souvent une valeur bien particulière pour la plupart des individus. Certains y accordent une importance presque sacrée, au point où elle en devient un sujet tabou et honteux ; d'autres au contraire la négligent au point d'en parler avec vulgarité, de l'étaler comme un marchand de poissons répand sa marchandise aux yeux de tous. Me concernant, la sexualité était une chose nécessaire, un besoin comme un autre, un simple jeu d'hormones et de réactions physiques. Je le vis se rapprocher de moi et je pus alors commencer mon rapide examen, l'écoutant d'une oreille discrète.

_ Demain, 9h. Je viendrais vous chercher, je préfère le faire dans un laboratoire, question d'hygiène, je lui répondis en fin de compte. J'écoutais son souffle, mais je ne repérais pas immédiatement d'anormalité particulière. Seul son cœur battait un peu plus lentement que la normale. Je me redresse en fin de compte et je le fais se tourner vers moi. Ses réponses ont alerté mon attention, mais je préférai continuer comme si rien n'était. Mettre la puce à l'oreille des patients était la pire des choses à faire : la plupart s'angoissait, vous posait 36 000 questions, vous inventaient des syndromes ou en rajoutaient, ce qui n'aidait en rien l'examen. Je fouillais quelques secondes dans les poches de ma blouse pour finalement trouver un thermomètre que je glisse dans son oreille. Je fronçais très légèrement les sourcils à la vue de sa température et je rangeais mon appareil. Je lui fis signe de redresser quelque peu la tête, puis j'entrouvris la paupière de son œil droit pour l'éclairer avec la petite lampe incluse dans mon stylo. Je fis la même chose à son œil gauche.
_ [i]Non, je n'ai encore jamais eu ce genre de patients. Certains se plaignent cependant d'avoir l'impression de.. Changer, physiquement parlant. Vous n'avez aucun maux de ventre ? Pensez-vous que le régime de l'institut perturbe votre circuit digestif ?


Hm, pourtant Loras cuisinait vraiment bien. Si bien que j'en avais pris quelques kilos, depuis de nombreux mois. Je n'oserais jamais l'admettre, mais j'avais parfois du mal à refermer mes pantalons et mes chemises pouvaient même dessiner le taquin bourrelet qui s'installait tranquillement au niveau de mon nombril. C'est assez honteux pour moi, j'ai toujours été un homme plutôt musclé et solide. Heureusement, ma haute taille permet rapidement d'oublier le détail de ce petit poids superflu.
Je pris en fin de compte une petite langue de bois pour lui faire ouvrir la bouche et examiner le fond  de sa gorge. Mes yeux notèrent rapidement l'étrange changement qu'avait d'ailleurs sa propre langue : elle semblait se creuser en son milieu. Mais peut-être était-ce une malformation de naissance ? J'attendrais de connaître un peu mieux le jeune homme pour le lui demander, mais ce serait à examiner. Je le relâchai et je prenais alors mon carnet pour prendre quelques notes.

_ Demain, 9h, prise de sang. Ne mangez rien, ne buvez rien à partir de 22h, je lui demandais en fin de compte, Je pensais aussi vous faire une radio de la mâchoire.
Je lui offrais une rapide œillade. Vu mes années d'expérience dans le domaine des soins, j'avais appris à connaître les tactiques de mes patients depuis des années.
_ Rhabillez vous, et il vaut mieux que vous pensiez à davantage vous couvrir. Avez vous des pulls, des polaires ? Quelque chose pour vous tenir chaud...
Je continuais d'écrire sur mon carnet. Sa température corporelle était trop basse. J'allais même ouvrir davantage son radiateur.
_ Est-ce que vous sortez souvent de votre chambre ? Peut-être devriez vous aller faire un tour à l'extérieur, voir du monde... L'enfermement peut participer à votre malaise, je lui proposai alors en refermant finalement mon cahier pour le ranger dans ma sacoche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 44
Avatar : Leon de ''Reine des Fleurs'' de l'éditeur de Jeux Vidéos Idea Factory


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Je suis un monstre   Jeu 5 Juin - 8:44:58

[RP ABANDONNÉ POUR CAUSE DE CHANGEMENT DE PERSONNAGE]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Je suis un monstre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je suis un monstre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» “ Pourquoi Hunter ? - Parce que je suis un monstre. ” Sil / Hunter
» Je suis un monstre. [Cait' et Sky]
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Je suis folle. Et toi?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naicelea :: 
la fin
 :: corbeille :: RP Finis / Arrêtés
-