AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quelque chose en toi ne tourne pas rond [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité


Invité



MessageSujet: Quelque chose en toi ne tourne pas rond [terminé]   Dim 19 Mai - 18:57:30

Enchanté, je m’appelle, enfin je suis appelé Kamino sur les forums. Dire que je suis connu m’a toujours paru surfait, mais c’est en ce qui me concerne. De toute façon tout est surfait si on regarde bien, surtout la fin du monde … Je suis censé parler de moi là, mais je ne sais pas le faire. Comme beaucoup de monde je pense. Au fond on a toujours du mal à parler de soit vraiment, je crois. J’ai tendance à partir un peu en live souvent. Je ne mors pas. J’ai 20 ans, des dents qui manquent. Je sais faire des gâteaux. J’ai connu le forum via Maryel et ça été un coup de foudre pour moi, le contexte, le graphiste, l’ensemble tout bêtement vas bien, j’ai hâte de le voir évolué. Merci d’avance de lire cette fiche.



Fritz Engelhart

« Un jour un ange fort apportera le pouvoir pour la paix »

Sirène Créatures de la mythologie scandinave
Les sirènes scandinaves, contrairement à leurs cousines gréco-romaines du même nom, sont représentées par une créature au buste humain avec une queue de poisson à la place de leurs jambes. Ces créatures sont dites belles, mais surtout avec une voie sublime envoutante qui attire n’importe qui l’écoutant. Ces créatures vivant en mers et océan, vers les récifs, les tourbillons, les rochers cachés par la nature, en bref tout ce qui pourrait en n’y faisant pas attention provoqué d’une manière ou d’une autre le chavirage d’un navire.

Il est dit qu’elles attirent les hommes de leurs chants envoutants pour tenter de les garder pour toujours avec elles, dans le fond des abysses, les hommes n’étant pas fait pour vivre sous l’eau se noyant à chaque fois. Certain disent qu’elles attirent les hommes pour les dévoré ensuite. Dans tous les cas leurs chants envoutent et la mort vient sur celui l’ayant écouté et c’étant perdu dans les bras des sirènes.

Leurs origines voudraient qu’à la base se soit des jeunes femmes maudite par une déesse dans un moment de colère car ne voulant pas donner leurs virginités que cela soit à un dieu ou un mortel.


Age : 19 ans

Date de naissance : 28 novembre

Origine : Allemand

Couleur favorite : rouge

Animal fétiche : Les oiseaux, surtout quand ce sont encore des poussins

Objet porte bonheur : Son pendentif en argent en forme de flocon de neige avec un petit rubis au centre

Langue connu et parlé : Allemand, Français, Anglais … quelques mots Japonais, dont la prononciation est écorchée à vif à chaque fois tente de les dire, qu’il a « appris » en regardant des animés en VO


L’être humain est un tout

LE CORPS

Albinos signifie, physiquement, avoir des cheveux blanc, d’un blanc comme ceux des personnes âgées. Pas cheveux blanc avec la pureté de la neige ou étant argenté. Pas de reflets magiques de Lune se retrouvant dans les mèches sauvages. Simplement blanc comme quand les personnes âgées ont définitivement les cheveux blanc, pas quand c’est encore un peu gris car les pigments encore vivant des cheveux tentent de faire durer un peu encore leurs temps. Fritz est albinos, et de ce fait, ses cheveux sont blancs. Coupés court, cinq à six centimètre de longueur maximum, pour tenter de les garder en bon état le plus longtemps possible, pas trop court tout de même après ça fait militaire selon lui. Ses cheveux sont fins et s’emmêlent entre eux très facilement et il les laisse souvent aller où bon leurs semblent. Il n’y a que quand il commence à être nerveux qu’il se met à tenter de les démêler à l’aide ses doigts en cherchant à retirer quelques nœuds.

Sa maladie ne lui apporte pas seulement une couleur de cheveux qui se veut précoce sur son âge, très précoce, mais aussi des yeux à l’iris rouge. Encore une fois, ce n’est pas un rouge grenat ou rubis, juste de couleur sang. Là aussi les pigments de couleur qui, logiquement, donne leurs nuances aux iris sont en grève à vie et laissent les vaisseaux sanguins donner leurs teintes rouges à l’œil. Ses deux grands yeux, dont la paupière recouvre toujours une petite partie du haut de l’œil, ne fuient pas et regardent en face leur interlocuteur quel que soit la discussion. Des cils fins et en petits nombres autour. Des sourcils eux aussi très fins et ne s’étirant très peu, assez bien dessinés. Ses orbes oculaires sont à une distance dite normal entre eux et ne louchent pas l’un vers l’autre. Entre, un nez légèrement pointu et de petite taille se place sans aucun souci. En dessous de tout ce petit monde il y a des lèvres fines et pales sur les quelles un grand sourire fière et heureux est le plus souvent figé, de petites fossettes se forment sur le haut des joues quand le sourire est au plus grand de sa forme.

La peau pale, blanchâtre, ne supportant pas la lumière trop forte du soleil ou alors devant être préalablement badigeonné de part en part de crème solaire à fort indice de protection, est aussi conséquence direct de sa maladie. Il n’est pas au stade des personnes dites enfants de la Lune -et ne sera jamais à ce stade-là après tout c’est une toute autre maladie- car il peut encore sortir voir le soleil sans que cela soit presque mortel pour lui. Il a simplement plus de chance d’attraper des coups de soleil et à long terme d’être attends de cancers de la peau suite à une exposition trop importante aux rayons U.V. Après, comme toute maladie que l’on a depuis la naissance, il a appris à vivre avec pour avoir une vie quelque peu normal. Il suffit pour lui de ne pas oublier sa crème, ses lunettes de soleil ou bien de porter des vêtements couvrant au mieux son corps pour ne pas avoir de souci quand il sort. Des préventions à prends que cet homme d’un mètre soixante-trois et demi prend très au sérieux.

Avec sa morphologie assez moyenne et sa musculature assez frêle il a tout de même une très bonne endurance, à force de tenter de faire des choses et autre très conne et à devoir courir pour ne pas se faire attraper et punir. Assez habile de son corps et surtout de ses doigts, quand on n’a pas de tête c’est bien d’avoir un peu du reste. Il a aussi une voix légèrement grave et mélodieuse qui porte très facilement qui ne part jamais trop haut et qui n’est pas criante. Ça ne rends ça ne rends pas ce qu’il dit intéressant ou intelligent, mais au moins agréable entendre, dans le sens artistique du terme évidemment, il n’en reste pas moins logique que si ce type de voix vous agace ça sera parfaitement désagréable.

L’ESPRIT

Fritz ce n’est pas un méchant, non pas du tout, vraiment pas du tout. Si il pointe ce personnel de soin avec un couteau en plastique à bout, et hésite à utiliser sa fourchette en plus, ce n’est pas pour être violent, à la base. Il souhaite simplement revoir sa famille, le monde dehors, s’enfuir comme Mc Gyver. C’est-à-dire, avec un vieux trombone, un savon presque neuf et c’est tout. Une fuite digne des plus grands films américains et parfaitement impossibles. Depuis qu’il est petit, à force de regarder trop de film peut-être ou bien c’était son camarade de classe à qui tout arrivait tout le temps, il veut avoir des choses épiques à faire de sa vie. Une vie pleine d’action, de romance, de pleure, de joie, de bien plus de choses qu’une vie classique est normal. Du coup depuis qu’il est au centre il fait des « tentatives » de fuite. Des moment où il reste une demi-journée devant sa porte à crocheter le serrure de la porte non verrouiller, autrement que par un code à l’extérieur et dont il a les clef pour passer le temps, ou bien à simuler des prises d’otage de personnel avec un gant de toilette ou son couteau à bout rond en plastique. Il arrête toujours en plein dans son jeu se disant et se rappelant que si il est dans le centre c’est parce qu’il est malade et il ne voudrait pas inquiéter sa famille avec ses connerie tout de même. Donc Fritz joue, beaucoup, comme un gosse, plus qu’un gosse, mais n’est pas totalement con non plus.

Ce n’est certes pas un prix Nobel et loin de l’être. Il n’était pas fait pour les études, pas son truc. Il y a qui on la patience et la concentration pour, lui non. Il faut qu’il bouge, qu’il s’occupe l’esprit beaucoup. Donc soit il joue du piano, mais trouver un piano pour jouer du soir au matin ce n’est pas toujours le top, soit il joue comme un gamin en tentant de fabriquer des objets. Il avait commencé à étudier de comment devenir réparateur. De quoi ? Il voulait, souhaitait être réparateur d’un peu tout. Du coup il a étudié un peu la plomberie, les circuits électriques, la mécanique et le piano, mais ce dernier point c’est pour son grand-père. Il ne connait pas ce qu’il y à savoir sur la géographie, histoire, faire un repas par soit même, la lessive, le ménage, les mathématique, mais il est capable de réparer des objets qui n’ont pas une trop grande complexité, votre voiture en fait partie pour lui. Il n’étudie que ce qu’il pense lui être utile un jour pour son avenir professionnel depuis l’âge de 13 ans et faisait un petit travail dans le garage de son village les week-ends depuis ses 15 ans. Il a quelques peu l’habitude et un peu de savoir-faire.

Enfin il sait faire avec les machines, les enfants, les personnes âgées, moins avec les gens de son âge ou étant d’âge mur. Avec les machine il a le savoir-faire dont pas de problème dans le pire des cas une recherche sur internet et le tour est jouer. Avec les enfants étant donné qu’il jouait souvent aux mêmes jeux qu’eux pour s’occuper aussi le courant circulait. Avec les personnes âgées soit il tentait l’option piano dans la maison de retraite comme avec son grand-père, soit il écoutait juste en hochant la tête et tentant de suivre ce que la personne avaient à dire, car c’était souvent ce que souhaitait les vieux. Les autre gens il a souvent tendance à partir un peu trop loin dans ses délires. Il veut être social, mais a une forte tendance à avoir des réactions trop extravagante, trop enfantine pour certain, trop en décalage, pas assez délicat. Oui il n’est pas délicat avec les gens autour, mais il tente de faire de son mieux. Il fait de grand monologue parfois, très très grand, sans vraiment faire attention à ce que dit l’autre, mais c’est pour tenter de sociabiliser. A sa façon. Il ne se bat pas. Ne bois pas. Ne fume pas. Il est pour la paix dans le monde, mais incapable d’avoir une réaction sociable avec les personnes adultes.

Sinon il tentera de vous chantonnez une chanson pour détendre l’atmosphère. Ou jouer du piano s’il en a la possibilité. Parfois les mots qui s’écoulent sans sens de sa bouche, alors que la musique arrivent plus simplement à exprimer ce qu’il tente de faire penser. Ce n’est pas un artiste, ça donne juste quelque chose de joli sans être du grand art, mais ça s’écoute. Fritz ne sais pas discuter normalement, ni faire le café, mais il peut vous réparez la machine à café ou vous faire une petite chanson. Fritz n’est pas un méchant. Pas du tout. Juste une peu handicapé des relations sociable pour le moment.


Ce sont nos actes qui font ce que l’on est. Notre passé qui est la base de notre futur.

« Maman, ne pleure pas. Même si papa il rentre jamais moi je serais là pour toi tu le sais. Pour toujours et …
- … Fritz. Ce simplement mes lentilles que j’ai mal mise qui me font mal et rien d’autre. Tout va bien. Ton père rentre des courses dans moins de dix minutes.
- Dommage. »

Sa mère pousse un long soupire. Encore une fois le petit de six ans c’est fait des films. Il se fait des films tout le temps, surtout depuis que l’un de ses camarades de classe lui raconte tout et n’importe quoi. Un petit mytho, qui a une vie beaucoup trop mouvementé, du coup, Fritz voudrais beaucoup en avoir une plus palpitante à raconter à l’école. Que ça soit la mort d’un proche qui le plonge dans la tourmente, même si il ne comprend pas encore ce que c’est. C’est cool dans la bouche des autre c’est tout ce qui compte. La fuite d’un père aussi ça amène dans la tourmente, il parait, mais ça n’arrive pas au petit albinos. Il a une famille classique avec un papa qui travaille comme laveur de vitre, une maman qui enseigne pour les maternelles, deux grand-mère, l’une qui fait de très bon gâteau, l’autre qui perd toujours ses clefs dans la poche de son blouson, deux papy, l’un qui a été professeur de piano, l’autre un conducteur de train, une grande sœur qui ne fait que l’embêter, un petit frère qui le dort beaucoup et Gaston le chat. Oui, il a une famille classique, qui vit simplement dans son appartement, les grands-parents pas très loin tout cela dans un petit village.

Les seules choses dont il peut se vanter à l’école en bombant fièrement le torse c’est de savoir produire des sons potables d’un piano, même si il a encore beaucoup de chemin à faire avant de faire des douces mélodie et de connaitre parfaitement sa maladie. Être albinos c’est pas commun, mais dans ce petit village le fait qu’il vienne d’une vielle famille du coin avait beaucoup aidé tout le monde à le voir juste un enfant normal. Pas de discrimination à l’école ou autour. Oui, sa vie lui semble bien loin des films qu’il a vus. C’est vraiment dommage pour lui, mais sa vie continuera longtemps comme cela, très longtemps, enfin ça aurait pu.

Se résumant à tenter de se faire une vie en jouant un rôle ou en jouant pour son grand-père qui perd peu à peu la tête. Apprendre à utiliser ses doigts car se sentant incapable, n’ayant pas la volonté de faire des études au grand dam de ses parents qui eux auraient beaucoup le voir dans une grande école comme sa grande sœur ou de comme son frère semble suivre le chemin. C’est son choix, ils le respectent, mais n’aiment pas vraiment. Il va aussi souvent à l’hôpital financer par un bienfaisant M. Daw ce qui permet à sa famille de ne pas à avoir trop de dépense du à sa maladie. Tout va bien dans le meilleur des mondes. Ça le désolé ce petit Fritz, mais il vivra avec d’avoir une vie classique. Voir plusieurs manières d’occuper ses doigts lui permettra peut-être de se sentir plus à l’aise avec lui-même et le monde des adultes dont il commence à voir des bouts depuis son dix-huitième anniversaire.

Dix-huit ans c’est d’ailleurs quand tout à commencer à partir dans tous les sens dans sa vie trop calme. Tout d’abord il avait mis sous le coup de la fatigue la vision des poissons qu’il voyait parfois ou d’avoir l’impression d’entendre un chant. Ses rêves récurant où il était sous l’eau avec une queue de poisson aussi devait être dû à une envie de voyage peut-être. En tout cas il a voulu y croire longtemps, très longtemps. Mais ça c’est amplifier peu à peu. Les poissons faisait place à des visions de tempêtes en mers et les chants qu’il entendant étaient de plus en plus fort. La plus violente de ses crises arriva un peu après ses dix-neuf ans où il vit cette fois ses propres bras entrainer un corps de ce qui semblait être un homme au fond de l’eau pour le noyer avec ses chants plus fort que jamais. Il c’était évanouie et réveiller dans un institut médical où il comprit juste qu’il avait une maladie qu’il ne compris pas vraiment dans son état second. Il ne chercha pas vraiment, si il était ici c’est que sa famille pensait que c’était mieux pour lui, enfin certainement. Il tentera de fuir, juste pour passer le temps en attend d’être guéri. C’est bien pour cela qu’il est ici ? Guérir et rentré chez lui réparé une énième fois la machine à café de sa mère avant d’aller jouer du piano à son grand père qui n’avait pas encore pris ses pilules. En tout cas il en est certain lui.
Revenir en haut Aller en bas

Celebren : 2147483647


MessageSujet: Re: Quelque chose en toi ne tourne pas rond [terminé]   Dim 19 Mai - 21:08:12


Tu es validé ! ♥


Tu fais partie du groupe

En quoi leur ressembles tu ?

– Le côté protecteur avec sa mère, tout d'abord...

- Son attachement matériel, sans doute, avec cette volonté de création et de réparation.

- Il semble résistant, non ? Face à ses rendez-vous réguliers à l'hôpital et ce genre de chose...


(Sinon, outre... Attention aux fautes d'orthographe, mais je te pardonne ~)

Tu peux poster ta fiche de relation, ton agenda répertoriant tes rp actuels ou ceux prévus ici
Quand à ton journal intime, tu peux l'ouvrir ici
Concernant ta chambre, tu peux la demander ici
En tant que membre du groupe Terre, tu dormiras dans l'aile Sud de l'institut : Clic

Et pour finir, n'oublie pas de fréquemment consulter le panneau d'annonce en cliquant ici, de faire un tour dans mon magasin ou encore de consulter les rumeurs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Quelque chose en toi ne tourne pas rond [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Y a-t-il quelque chose qui puisse valoir ...
» Envie de taper sur quelque chose
» Si vous voyez quelque chose tomber en poussière, sachez que la Lumière approche.
» Dessine-moi... Quelque chose :B
» Un lien c'est quelque chose d'unique, qu'il soit positif ou négatif. Alors, vous en voulez un avec moi ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naicelea :: 
la fin
 :: corbeille :: Anciennes présentations
-