AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il faut souffrir pour rester beau. [PV Raphaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Celebren : 72
Avatar : Pr. Sycamore (Pokemon)


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Il faut souffrir pour rester beau. [PV Raphaël]   Lun 31 Mar - 11:57:39


J'ai pas vraiment eu un très bon sommeil cette nuit, voire même pas du tout. Ca vient peut-être du fait que je n'ai pas cessé de tourner et me retourner dans mon lit. J'ai tellement mal, mon corps entier me fait mal. J'espère que cette fois avec ce que je compte faire… Ce sera fini. Je m'étire longuement, assez pour faire craquer ma colonne vertébrale. Je grimace d'ailleurs, ce bruit est assez dégueu en soit je trouve, pourtant je ne peux pas m'en empêcher. Juste pour ressentir cette sensation d'avoir le corps libéré d'un poids, l'espace de quelques secondes. C'est trop minime pour faire plus de bien que ça, bien sûr, mais c'est déjà ça.

Je finis par me lever et je traine lentement ma carcasse malingre en direction de la salle de bain. Le matin au réveil, je marche au radar. Pour une fois, je ne perds pas de temps à me regarder dans le miroir. Je préfère au contraire m'attarder dans la douche, sous l'eau chaude. Je prends le temps de bien me savonner, me pouponner. En passant ma main dans le bas de mon dos, je sens ce petit morceau solide qui dépasse de ma silhouette. J'ai déjà essayé d'y faire quelque chose moi-même mais cela m'a plus fait souffrir qu'autre chose et maintenant j'en garde quelques cicatrices sur ma peau claire. Au moins maintenant je savais que ce n'était pas que de la peau… C'est pour cela que j'avais fait appel à Lui. A ce cher docteur.

Je sors de la douche et après m'être bien séché de partout je m'habille enfin. On pourrait croire que j'ai pris mes vêtements au hasard, mais tout est calculé et j'enfile rapidement un pull gris assez léger et un jean taille basse (pour ne pas être gêné par ce truc dans mon dos voyons, rien d'autre ~). Un coup de peigne – ou plusieurs – et un peu de gel pour être sûr qu'aucun courant d'air ne fera bouger ma superbe coiffure toujours très recherchée. Finalement je craque et me fixe longuement dans le miroir, faisant ma séance quotidienne d'autocongratulation avant de quitter ma chambre. Je croise des gens que je connais mais je ne prends pas le temps de leur parler ou même de leur accorder un regard.

Je reste concentré sur mon objectif, ma démarche rapide fait vite comprendre que je suis assez pressé. Je vais même finir par arriver en avance, et c'est un fait assez miraculeux chez moi il faut l'avouer. Enfin je reconnais les salles que je n'aime pas tant, passe à côté de quelques scientifiques en blouse blanche qui sont surpris de me voir là. Il faut avouer que d'habitude je ne traine pas dans le coin, je rate beaucoup d'examens de santé mais je ne supporte pas d'être traité comme un sac de viande malade. Je suis autre chose. Autre chose de beaucoup plus beau, évidemment. Je trouve enfin la porte du bureau dont la plaque indique proprement "Docteur Lindberg". Ah Doc… C'est la classe un bureau comme ça je trouve. Je toque mais je n'attends pas pour entrer à l'intérieur. C'est propret mais ça ne me met pas trop à l'aise. Puis mon regard ambré se pose sur l'aquarium et je suis des yeux les poissons qui se promènent paisiblement dans celui-ci.

"Hmn… Je suis en avance pour le rendez-vous Doc. Ca pose pas de souci j'espère ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 33
Emploi : Chirurgien
Avatar : OC de littleulvar (DA)


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Il faut souffrir pour rester beau. [PV Raphaël]   Dim 13 Avr - 15:46:38


Il faut souffrir pour rester beau

Raphaël reposa son stylo, relut rapidement les quelques lignes qu’il venait de noter sur la page auparavant blanche, et referma le dossier. Il éprouvait un curieux sentiment de jubilation, mêlé à une certaine culpabilité, en remplissant les dossiers des patients dont il avait la charge. Après tout, lui aussi avait subi l’humiliation d’être consigné dans l’un de ses rapports, comme un sujet d’expérience, à St-James. Et lorsqu’il avait lu, par hasard, ce que les soignants pensaient de lui, il s’était senti profondément bafoué. Comme totalement impuissant, sans le moindre contrôle sur sa propre existence. Il soupira en étirant ses bras. A présent, c’était à lui de rédiger ces étranges cahiers. Il s’efforçait donc de ne pas se tromper, ni de noter quoi que ce soit d’excessif, tout en remerciant mentalement Daw de l’avoir sorti de son précédent établissement. Ce dernier avait d’ailleurs dû être très discret quant à son arrivée : personne ne semblait être au courant de son passé, ici.

Après un instant passé à réfléchir, le chirurgien regarda sa montre. D’ici une heure ou deux, son patient, le flamboyant Jesse, arriverait pour son rendez-vous. A cette idée, il ne put réprimer un sourire. D’après ce que lui avait dit Thomas Jolicoeur dans la nuit, l’entretien allait être des plus passionnants. Et malgré ses efforts, l’impatience le gagnait. Il se leva, rangea le dossier et se plaça derrière la fenêtre, pour observer les Alpes qui se dressaient, tout autour du domaine. La même chaîne de montagnes que celle qu’il voyait de sa chambre, dans l’aile sud du deuxième étage. Sa constante présence l’apaisait, comme un repère inébranlable. Il y avait des montagnes aussi, là d’où il venait. Les Scandes, au nord-ouest de sa ville natale. Mais à l’époque, elles ne lui avaient jamais procuré un tel sentiment de sérénité. A croire que la France lui convenait mieux.

On frappe à la porte. Et avant que le docteur n’ait eu le temps de répondre, la poignée fut tournée et le battant pivota pour laisser entrer le patient tant attendu.

"Hmn… Je suis en avance pour le rendez-vous Doc. Ça pose pas de souci j'espère ?"

Un sourire rassurant en retournant vers le bureau, et s’asseoir dans le fauteuil confortable.

« Aucun problème. Asseyez-vous, je vous en prie, Jesse. »

Il lui indiqua l’une des chaises disposées devant lui et prit un stylo, plus pour avoir quelque chose à manipuler que pour écrire quoi que ce soit. L’objet, noir et lustré, lui donnait un air très professionnel.

« Vous m’aviez l’air assez inquiet au téléphone. Alors je suppose que vous n’avez guère envie de faire durer les formalités. Je vous propose donc de m’expliquer dès maintenant ce qui vous amène, et je vous promets que je ferai tout mon possible pour vous aider. »

Bien sûr, il avait déjà une idée assez précise de ce qui poussait le rouquin à venir le voir, mais ce dernier n’en savait rien. Et puis, il voulait connaître précisément sa version des faits et son ressenti à ce sujet. Pour mieux cerner l’origine de la mutation. Alors, inutile de mentionner sa conversation de la nuit passée avec le diététicien. Résolution d’autant plus judicieuse que Jesse risquait de ne pas apprécier que sa mésaventure se soit ébruitée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 72
Avatar : Pr. Sycamore (Pokemon)


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Il faut souffrir pour rester beau. [PV Raphaël]   Dim 20 Avr - 1:47:28


Mon regard ambré parcourt rapidement la pièce avant que celui-ci ne se pose sur le médecin face à moi. Je reste le dos bien droit et l'allure fière malgré la raison qui m'amène ici. Je HAIS les médecins mais je n'ai pas le choix. Je n'ai tout simplement plus le choix. Ça ne va plus je craque. Mes doigts fins pianotent avec agitation sur ma cuisse, signe que je ne suis pas le moins du monde rassuré de ma présence ici. Je ne sais pas vraiment comment cela va se passer, et encore moins si cela va marcher. Je crois que c'est ce qui me fait le plus peur. Qu'il m'annonce qu'il ne peut rien faire pour moi. Ma seule chance qui disparaît sous mon nez… C'est cela qui m'effraie. Je crains tellement ce qui se passe ici après tout…

"Thanks."

Malgré toute la panique et l'angoisse profonde qui agitent mon esprit, je reste nonchalant dans mes paroles et autant que possible dans mes gestes. Du moins j'essaie et je fais tout mon possible pour cela. Regard fixe et assuré sur mon vis-à-vis, la posture droite et la voix sans tremblement. Je sais quoi faire pour ne pas me trahir. Après tout n'avais-je pas constamment un masque sur mon visage ? Je finissais par ne plus savoir qui j'étais réellement. Il ne me faut que quelques enjambées de ma silhouette tout en longueur pour rejoindre la chaise qu'il me présence face à son bureau. Wah… Plus rassurant tu meurs. Je devais garder le contrôle sur moi. Mais en m'asseyant je ne pus retenir une petite grimace de douleur.

Fuck. Bordel. J'avais encore pleins d'autres mots pour exprimer ce que je ressentais mais je crois que mon esprit m'a censuré. J'ai trop mal rien qu'en faisant ça. Sans compter que depuis hier matin je n'arrivais pas à expliquer pourquoi mon corps me démangeait à ce point. J'avais pas la galle pourtant ! Alors pourquoi je ne pouvais pas m'empêcher de me gratter ? Puis alors dans mon dos ça devait être le pire. Mais évidemment c'était l'endroit le plus dur à atteindre. Et j'avais beau être assez souple je n'étais pas un contorsionniste, il y avait des zones qui étaient parfaitement inaccessibles pour moi.

Ce que j'ignorais, c'était que des mutations plus importantes avaient débuté en moi. Ce qui expliquait ce grattement n'était d'autre qu'une espèce de fourrure qui commençait à apparaître. Mais ce n'était que le début. Le tout début. Et c'était pour le moment uniquement mon dos qui voyait apparaître ces poils roux. Je n'avais même pas pu les voir encore… J'allais avoir une surprise. Et pas des meilleures.

"En effet j'en ai rien à cirer des formalités. Je veux savoir si c'est possible ou non ce que j'vais te demander. Et si ça l'est pas, je me barre." Ô politesse, quand tu nous tiens… Il fallait s'habituer au fait que je tutoyais. Un point c'est tout. "J'ai une protubérance dans le bas du dos, c'est osseux, c'est douloureux et je peux rien y faire pour l'enlever à par me blesser davantage ! J'ai déjà essayé depuis les quinze jours que je me balade avec et franchement je me suis arraché la peau plus qu'autre chose. Donc j'veux que tu me débarrasse de ça, Doc. Et rapidement tant qu'à faire, puis je veux pas que ça figure quelque part parce que j'ai pas envie que les "grands chefs" soient au courant là."

Autant assurer mes arrières. Je ne voulais pas que les scientifiques viennent encore me harceler de questions. Oh je devais avoir surpris ce médecin. Mais je voulais des choses bien précises, je me moquais du reste tant que ce que je voulais était fait. Mes prunelles dorées ne le quittaient pas une seconde alors que j'essayais de savoir ce qu'il pouvait se dire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 33
Emploi : Chirurgien
Avatar : OC de littleulvar (DA)


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Il faut souffrir pour rester beau. [PV Raphaël]   Jeu 8 Mai - 17:53:32


Il faut souffrir pour rester beau

Le stylo effectua une figure de haute voltige entre les doigts du chirurgien, dont l’enthousiasme devenait de plus en plus difficile à dissimuler. Un sourire aussi large que passionné tentait de s’imposer sur ses lèvres fines et, surtout, ses yeux sombres brillaient d’excitation. Il s’agissait sans aucun doute du cas le plus intéressant qu’il ait eu à traiter depuis des lustres. Jolicœur  avait dit vrai. Le patient se voyait soudainement doté d’une queue. Et lui, Raphaël Lindberg, allait pouvoir étudier le problème. Mieux : intervenir et opérer. Scalpel, vertèbres sacrées, queue-de-cheval, microscie 0,5 millimètres. Un imperceptible frémissement parcourut la colonne vertébrale du scientifique alors qu’il visualisait déjà tout. Jesse Clavell avait frappé à la bonne porte. Ne restait plus qu’un point à mettre au clair avec ce patient un peu trop exigeant.

« Bien. La bonne nouvelle, c’est que je pense pouvoir m’occuper de votre problème. Une ou deux interventions chirurgicales devraient suffire à vous débarrasser de ce surplus de tissu osseux. Bien sûr, il faudrait que je vous examine avant pour évaluer le travail. Et faire une radio me semble tout aussi indispensable avant d’envisager quoi que ce soit. Mais cela ne devrait pas durer trop longtemps, je pense. C’est l’affaire de quelques jours. »

A cet instant, il s’arrêta. Le verdict était rendu quand à la faisabilité de l’opération ; il lui fallait à présent aborder le sujet plus épineux du dossier médical. En effet, qu’il le veuille ou non, une intervention de cette ampleur ne pouvait que difficilement passer inaperçue. D’une part parce que le matériel avait un prix, et que les finances des laboratoires étaient surveillées de près, et d’autre part parce que le patient ne pourrait probablement pas se lever durant quelques jours, voire quelques semaines après l’opération. Sans compter que Daw finissait toujours par être au courant de tout ce qui avait lieu au sein de son domaine. Difficile de savoir quelle était l’étendue exacte de la surveillance exercée, mais en général les nouveaux venus comprenaient très vite que leurs secrets n’étaient pas à l’abri.

« Pour ce qui est de ma discrétion… Je peux faire en sorte que vos congénères patients ne soient pas mis au courant. Par contre, il m’est impossible de cacher cela à mes supérieurs, j’en ai peur. »

Le stylo s’immobilisa dans sa main, tandis qu’il s’appliquait à afficher une expression désolée mais ferme. Que son patient soit considéré comme la diva de l’institut ne pouvait rien changer, hélas pour lui. Le chirurgien espérait seulement que ce dernier ne serait pas contrarié au point de changer d’avis quant à l’opération. Il n’osait même pas imaginer la frustration qui le gagnerait si cela arrivait. Certes, le rouquin n’avait pas vraiment d’autre personne vers qui se tourner, mais il y avait toujours un risque…

« Je suis désolé de vous l’apprendre, mais même si je voulais respecter votre choix, certains membres de l’équipe scientifique semblent être déjà au courant de votre condition. Et je ne peux dissimuler ce genre d’intervention sans risquer des représailles, par conséquent… »

Il ne termina pas sa phrase, estimant que ses mots étaient largement suffisants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il faut souffrir pour rester beau. [PV Raphaël]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il faut souffrir pour rester beau. [PV Raphaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Pour rester en vie, il faut se battre. [Entrai. ft nocturne]
» Il faut souffrir pour être beau ► 31/01 - 17H23
» Il en faut peu pour être heureux
» Il faut souffrir pour progresser. [Entrainement continue]
» Il faut souffrir pour être libre / Sibby-Zayn
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naicelea :: 
l'institut naicelea
 :: Troisième étage :: Bureau du Docteur Lindberg
-