AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une histoire de cheveux - PV Raphaël (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Scientifique

Scientifique
avatar


Celebren : 53


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Une histoire de cheveux - PV Raphaël (terminé)   Mer 12 Fév - 14:42:58

3 : 46 Indique le cadran alors qu’une tête blonde se faufile dans les couloirs pour essayer de rejoindre son repaire. Il avait réussi sa mission de la soirée à la perfection et s’en félicitait alors qu’il passait des doigts sur la longue et épaisse tresse qu’il avait dans les mains. Elle pesait au moins sept cents grammes. Le sourire ne quittait pas ses lèvres alors qu’il repensait à son coup. Un vrai gamin… qui aurait cru qu’il allait continuer à faire ce genre de conneries une fois passé dans la « vie active », comme quoi la limite est bien plus mince que ce qu’il pouvait imaginer.

Il avait attendu que sa victime s’endorme, les yeux rivés sur son écran d’ordinateur, regardant l’image retranscrite par la caméra en avalant sa dixième tasse de café de la soirée. Mais tout lui paraissait normal. C’était un jour normal dans la vie du faux diététicien. Il  avait toujours voulu avoir ces cheveux, cette masse de douceur, pour pouvoir y glisser les doigts, pourquoi pas la glisser sous son oreiller, en bon taré qu’il était, pour avoir l’odeur du garçon et la sensation qu’il était avec lui, qu’il aimait son cœur malade. Lean s’était couché tôt. Cela aurait pu réjouir le scientifique, mais non, il préférait jouer la sécurité et attendre que le garçon soit profondément endormit ainsi que son camarade de chambre. Il avait même préparé une petite seringue de sédatif pour intensifier son sommeil durant son passage. Il s’était donc glissé dans la chambre du garçon, armé de ses ciseaux, avait endormi un peu plus les deux jeunes patients, puis avait glissé la lame le long de la joue de Lean, imaginant ce que le contraste de sa peau avec le métal glacé aurait laissé sur sa peau s’il avait été éveillé. Aurait-il eu peur ? Aurait-il même paniqué ? Peut-être que dans la panique, il se serait éraflé sur la lame, aurait fait couler son propre sang…. Il était là, complètement à sa disposition, à son bon vouloir. Il aurait même pu le tuer s’il avait voulu… enfin quoi que, pas sûr qu’on le laisse faire…

Mais non, il s’était retenu. Il n’avait volé que la tresse, cédant à son impulsion en toute impunité, sans prendre en compte les sentiments du jeune Irlandais. C’est triste… Jusque-là, aucun problème. C’est après que cela allait se corser. Il pensait être le seul réveillé, mais ce n’était pas le cas. Au détour d’un couloir qu’il empruntait pour retourner à son repaire, il l’avait croisé. Cet homme n’était pas là depuis très longtemps, peut-être moins que lui, même, mais il en avait pas mal entendu parler. Un chirurgien. Surement un vrai ? Cela ne se lisait pas sur son visage et ici il valait mieux se méfier de tout le monde. Il lui fit un petit sourire poli, bien qu’on ne puisse pas croiser quelqu’un à cette heure-là et s’en sortir avec un simple sourire, surtout lorsqu’on a les bras chargé de cheveux…

« C’est une magnifique nuit n’est-ce pas ? »

Thomas n’était pas quelqu’un de très doué en ce qui concernait les relations avec les autres. Son obsession d’une seule personne prenait très souvent le pas sur le reste et son manque d’intérêt envers les autres lui donnait un air un peu gauche lorsqu’il parlait à quelqu’un et ses paroles étaient surtout très maladroites, dévoilant son manque d’expérience. Mais il aurait du y penser, à ce qu’il se passerait s’il se faisait prendre… comment faire pour ne pas éveiller ses soupçons, ni se faire reporter ? Il leva la quantité de cheveux qu’il avait dans la main pour la lui montrer plus franchement.

«J’avais besoin d’un échantillon… Je fais une étude sur l’influence de la longueur des cheveux sur la corpulence des individus... »

Pure baliverne. Il n’était même pas sûr qu’une telle étude puisse avoir du sens, mais il valait le coup d’essayer. Peut-être qu’un chirurgien n’y verrait que du feu.


Dernière édition par Thomas Jolicoeur le Ven 4 Avr - 4:08:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 33
Emploi : Chirurgien
Avatar : OC de littleulvar (DA)


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Une histoire de cheveux - PV Raphaël (terminé)   Sam 15 Fév - 20:05:40


Une histoire de cheveux

Relever la tête, émerger enfin. Combien de temps avait bien pu s’écouler ? Beaucoup, sûrement. L’horloge murale indiquait vingt-trois heures trente, mais il s’était aperçu plus tôt dans la journée qu’elle était défectueuse. Alors, aucun moyen de savoir. Une heure ? Deux heures ? Il haussa les épaules.

Raphaël avait pris l’habitude de rester travailler tard. Il aimait le calme absolu qui régnait dans les laboratoires durant la nuit, et qui lui permettait de se laisser absorber autant qu’il le souhaitait dans son travail. Au début, il s’était attendu à des remarques ou des reproches, mais non. Apparemment, ici, personne ne le considérait comme un patient. Il avait retrouvé sa blouse blanche, ses instruments, ses recherches, et on lui avait même attribué un badge sur lequel était inscrit « Dr. Lindberg ». Ces deux petites lettres à elles seules l’avaient convaincu : il aimait cet endroit. Certes, il n’avait pas encore bien compris quelle était sa tâche à l’institut, ni pourquoi on l’avait fait venir, mais cela n’avait que peu d’importance. Il aimait cet endroit, bien plus que l’hôpital Saint-James en tout cas.

La souris qu’il venait de découper gisait sur la paillasse, devant lui. Il avait déposé plusieurs de ses organes vitaux dans de petits flacons numérotés de 1 à 8 et alignés à sa droite. Il les observerait plus tard, au microscope, pour tenter de trouver quelques unes de ces anomalies qui le passionnaient tant. Tumeur ou déformation. Quant au reste du petit corps blanc et rose épinglé sur sa planche de liège, il fallait le jeter. Puis nettoyer les instruments soigneusement, ranger le matériel, les flacons au réfrigérateur et quitter la salle en prenant garde à bien éteindre les lumières. Le bruit de la clef dans la serrure résonna sur les murs du couloir désert.

Le chirurgien enfonça ses mains dans les poches de sa blouse et se mit à marcher sans se presser en direction de l’aile sud, où se trouvait sa chambre. Tout le monde devait dormir, et il avait l’impression grisante d’être seul au monde – sentiment qu’il chérissait particulièrement depuis son internement précédent. Une chanson murmurée en suédois lui revint en tête, un sourire étira ses lèvres sur son visage anguleux. Peut-être qu’un jour, il aurait l’occasion de remercier l’homme qui l’avait fait sortir de Saint-James. Le mystérieux Monsieur Daw. Tout à ses pensées, il tourna vers la gauche, et ne put retenir un léger sursaut lorsqu’il tomba nez-à-nez avec un autre représentant de l’équipe soignante. Il l’avait déjà croisé dans les couloirs, quelques fois. C’était un jeune médecin aux cheveux clairs dont il ne se souvenait pas le nom. Un diététicien, si ses souvenirs étaient bons. Ce dernier semblait aussi surpris que lui de rencontrer quelqu’un.

« C’est une magnifique nuit, n’est-ce pas ? »

Raphaël remit en place son sourire. La question semblait tout droit sortie d’un mauvais film, comme ceux que regardait Mirjam ; il se demanda une seconde ce qu’il allait bien pouvoir répondre. Mais avant qu’il n’ait eu le temps de formuler quoi que ce soit, l’autre reprenait la parole.

« J’avais besoin d’un échantillon… Je fais une étude sur l’influence de la longueur des cheveux sur la corpulence des individus... »

Le chirurgien resta interdit en posant les yeux sur ce que lui montrait son interlocuteur. Une masse impressionnante de cheveux tressés. Soyeux, d’un roux sombre étonnant, très épais… peut-être ceux d’une femme, pensa-t-il en détaillant l’intrigant objet. Il se demanda où le jeune homme avait bien pu se les procurer. Était-il possible de commander des échantillons ? Si c’était le cas, il allait falloir qu’il se renseigne : il manquait cruellement de poumons de porcs. Mais là n’était pas la question. Il releva les yeux vers le presque-inconnu.

« Voilà qui semble intéressant. Et original, ma foi. »

Sûrement une théorie basée sur l’énergie utilisée par le cuir chevelu au détriment de l’efficacité des adipocytes, ou quelque chose de ce genre. Raphaël était sceptique quant à l’obtention de résultats, mais pourquoi pas.

« Je ne suis pas expert dans ce domaine, mais vous allez avoir besoin des laboratoires, n’est-ce pas ? Je viens de fermer, venez, je vais rouvrir. »

Et il entama son demi-tour en direction des salles de recherche. Bien sûr, n’importe qui aurait pu trouver étrange que quelqu’un se mette au travail à cette heure tardive, mais pour Raphaël, l’appel de la science prévalait sur le sommeil ou la logique. Ce jeune homme devait se dédier entièrement à son travail, chose qu’il comprenait parfaitement, puisque c’était aussi son cas.

« Je ne crois pas vous avoir été présenté. Je suis Raphaël Lindberg, ravi de vous rencontrer. »



Dernière édition par Raphaël A. Lindberg le Lun 3 Mar - 16:38:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Scientifique

Scientifique
avatar


Celebren : 53


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Une histoire de cheveux - PV Raphaël (terminé)   Jeu 20 Fév - 3:52:04

Dans l’ombre, les yeux de Thomas ne semblaient être que des billes de verres, comme si ses émotions ne venaient pas de l’intérieur mais qu’elles se reflétaient sur leur surface lisse et luisante. Il était persuadé qu’on ne le voyait pas et donc arborait cette expression bien caractéristique qu’il avait lorsqu’il volait un objet du jeune homme ou qu’il prenait une photo compromettante, voir même un film… Ce genre de choses qui font que la vie vaut la peine d’être vécue.
Il suivait le chirurgien comme son ombre, ravi qu’il ne pose pas de questions sur ses véritables motivations, et pour le remercier, il en ferait de même. Même si au fond de lui une petite pointe d’angoisse naissait, venait lui titiller l’œsophage sans pour autant le prendre à la gorge.

« Oui, ce serait très apprécié. »

Avait-il répondu à son offre de rouvrir les labos. Bien qu’il ne comptait que ramener cette magnifique tresse dans son bureau, il valait mieux jouer le jeu et créer une fausse étude : - de un, il prouverait qu’il essayait de travailler dans son domaine, et de deux, il endormirait les soupçons du chirurgien, s’il en avait. Il sursauta presque lorsque le dit chirurgien lui adressa la parole à nouveau, le sortant de ses pensées. Il lui sourit donc dans l’obscurité, revenant à la situation présente, une présentation formelle. Génial. Au moins il n’avait pas à lui tendre et lui serrer la main. Thomas avait toujours trouvé cette pratique un peu étrange… Théoriquement si l’on considère que les mains sont les parties les plus sales du corps humain, ce contact était encore plus dégoûtant que s’il lui avait fait un baiser baveux. Il ne voulait pas les microbes de personnes et encore moins ceux d’un inconnu. Mais il fallait faire des efforts alors il lui fit le meilleur sourire dont il était capable, dévoilant ses dents.

« Mais tout le plaisir est pour moi… Je suis Thomas Jolicoeur, le diététicien…C’est vrai qu’on s’est déjà entrevu, mais vous savez avec le boulot on est toujours en train de courir à droite à gauche, ce n’est pas vraiment évident pour qu’on puisse parler entre collègues. »

Encore plus quand on est asocial, mais cela il se garda bien de l’ajouter. Ils étaient proches des labos alors leur périple ne dura pas éternellement, mettant fin au supplice des présentations et au sourire faux du diététicien. Il caressait la tignasse rouge dans ses mains avec envie, incapable d’y résister, maintenant que son collègue lui tournait le dos pour déjouer la serrure. Il allait entrer, contourner les machines de tortures biologiques qui s’étendait là (et auquel il ne comprenait rien du tout, à peine s’il savait se servir d’un microscope) pour rejoindre l’ordinateur sur lequel il travaillait. Il l’allumerait, ouvrirait un dossier quelconque, un avec beaucoup de données, genre celui sur lequel il recensait toutes les variations de poids de ses patients, puis ferait semblant de travailler sur le cas le temps que Raphaël le quitte, puis là, il emmènerait son butin dans son repaire où il l’enfermerait à double tour comme une précieuse relique, savourant déjà l’expression de Lean lorsqu’il le croiserait le lendemain avec cette nouvelle coupe. Serait-il désemparé ? Fâché ? Indifférent ? Il sourit tout seul à ses pensées en rentrant dans le labo. Enfin, pour être gentil, il devrait peut-être lui faire la conversation.

« Et vous, sur quoi travaillez-vous en ce moment ? Il y a tellement à faire avec nos patients, j’imagine qu’en chirurgie cela doit être pareil, peut-être même plus occupé que pour le diététicien… L’avantage c’est que l’on peut vraiment faire ce que l’on veut, tant qu’on ne les tue pas. On a de la chance de travailler ici… En tout cas, personne ne m’a jamais demandé de rendre des comptes… »

Il étira son sourire et contourna la première table d’observation…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 33
Emploi : Chirurgien
Avatar : OC de littleulvar (DA)


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Une histoire de cheveux - PV Raphaël (terminé)   Sam 1 Mar - 15:37:03


Une histoire de cheveux

Le brun accorda une attention particulière à ces derniers propos. Ce que l'on veut, tant qu'on ne les tue pas. On le lui avait dit plusieurs fois depuis son arrivée, mais il avait tenté de passer outre jusque là. Non pas que l'idée de pouvoir opérer à volonté lui déplaise - loin de là - mais quelque chose lui disait que ce n'était...pas bien. Mirjam n'aurait pas approuvé, il en était certain. Alors, il avait fait de son mieux pour se retenir. Par bonheur, cela n'avait pas été très difficile puisque, pour le moment, aucune occasion de manier le scalpel sur les patients ne s'était présentée. Mais cela allait-il durer ? Tôt ou tard, quelqu'un finirait forcément par lui demander d'exercer ses talents, et là... Quand ce moment viendrait, il devrait être prêt à mentir à sa sœur. Secouer la tête. Mieux valait ne pas y penser pour l’instant.

« J’étudie les malformations entraînées par l’exposition à certains médicaments. Et les mécanismes de croissance, aussi. Je me dis que ça pourrait aider à comprendre l’état de certains patients. Enfin, ce ne sont que des théories, comme pas mal de travaux menés par ici. »

Tout en parlant, il longeait les étagères remplies d’instruments divers, tandis que le dénommé Thomas s’avançait entre les paillasses, en direction du matériel informatique. Sûrement allait-il consulter les bases de données de l’institut, ou quelque chose de ce genre. Dans ses mains se trouvait toujours son encombrant échantillon tressé. Des cheveux. Inconsciemment, le chirurgien porta une main aux siens, noués sur sa nuque par un élastique noir. D’un point de vue scientifique, la pilosité ne l’intéressait vraiment pas. Un tas de cellules mortes sans mystère. En cela, il ne comprenait pas vraiment la démarche du diététicien. L’intérieur des corps était tellement, tellement plus passionnant.

D’un autre côté, plus sentimental, il n’était pas difficile de deviner qu’il aimait les cheveux longs. Ceux de sa mère, ceux de sa sœur l’avaient encouragé à laisser pousser sa propre chevelure jusqu’à ce qu’elle atteigne une longueur tout à fait respectable. Cette masse noire, qu’il ramenait sur le côté gauche de sa tête lorsqu’elle n’était pas attachée, le rassurait. Les mèches qui se collaient à sa joue étaient des amies, des complices en provenance directe de Suède. Et en décortiquant un livre particulièrement compliqué, il pouvait jouer avec, du bout des doigts. Alors, même si ses cheveux n’étaient pas indispensables, les couper n’était pas non plus une priorité. C’est important, des cheveux. La personne qui avait fourni son objet d’étude à Jolicœur  devait lui être très dévouée. Ou avait besoin d’argent, peut-être. A moins que le médecin ne se soit servi tout seul sur l’un des patients.

Attraper un modèle moléculaire en plastique et le faire tourner entre ses mains. Les patients. De véritables cobayes, à en croire les paroles de Thomas. Des cobayes aux caractéristiques étranges. Comment étaient-ils choisis ? D’où venaient-ils ? Mystère. Et tout le monde gardait le silence à ce sujet. Seules traces qu’il avait pu dénicher à propos d’eux : des dossiers médicaux à l’organisation aléatoire qui témoignaient ça et là d’un problème comportemental ou physique…

« Je me posais une question… Vous avez déjà travaillé sur beaucoup de cas, ici ?»

Il se retourna vers le médecin aux cheveux clairs, jeta un œil à ce qu’il était en train de faire. Il ne souhaitait pas le déranger plus que de raison, surtout si l’autre était concentré sur sa tâche. Mais l’ordinateur était encore en cours d’allumage ; il continua donc sur sa lancée. Pour une fois qu’il pouvait discuter avec l’un de ses collègues…

« A vrai dire, j’ai reçu un message dans la journée. Il semblerait qu’un patient ait besoin de mon aide dès demain, mais je ne sais pas encore de quoi il s’agit. Le patient en question, c’est Jesse Clavell. Je voulais savoir si vous aviez des informations à me donner sur son cas. Je ne le connais qu’assez peu…et je n’ai pas eu l’occasion de consulter son dossier. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Scientifique

Scientifique
avatar


Celebren : 53


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Une histoire de cheveux - PV Raphaël (terminé)   Lun 3 Mar - 19:29:22

En l’écoutant, il était sûr que les recherches de Raphaël étaient bien de vraies recherches. Il avait l’air de savoir pas mal de choses qu’il ignorait et dont il n’imaginait rien. Il n’avait littéralement aucune idée du pourquoi du comment Lean se retrouvait dans cet institut où tous semblaient subir des modifications inattendues, que ce soit au niveau du comportement ou même du physique. Certains avaient même des os qui poussaient un peu partout, souvent pour imiter l’ossature d’un animal. Aussi calé était-il sur la vie de Lean, il n’avait aucune idée du pourquoi cela lui arrivait à lui aussi, mais il espérait que l’avoir ici empêcherait que la transformation aille trop loin. Peut-être grâce aux travaux de Raphaël ? Qui sait ?  Du moment qu’il ne rentrait pas ses scalpels sous la chair de Lean…

« Passionnant… j’imagine que vous avez de quoi faire pour cette étude, je pense qu’elle touche pas mal tout le monde, à des degrés plus ou moins fort, évidemment. »

Il continua de parcourir les données à l’écran comme si elles avaient une utilité de la plus haute importance et en sélectionna quelques-unes de façon totalement aléatoire pour les copier-coller dans un document Word. Il faisait toujours semblant de travailler, le temps que Raphaël se décide à s’éloigner… Sauf que le chirurgien ne semblait pas vraiment motivé pour ça. Il s’arrêta en entendant sa question, levant les yeux vers lui pour essayer de deviner la réponse qu’il voulait entendre. Il ne pouvait pas décemment lui répondre  la vérité. Qu’il était ici pour Lean et que les autres patients ne l’intéressaient pas, qu’il les recevait quand même pour garder sa couverture intacte mais que de toutes façons, il n’était habilité à soigner personne.

Mais quand le nom de Jesse franchit ses lèvres, il eut tout d’un coup toute son attention. Il haussa les épaules, s’enfonçant un peu plus dans le fauteuil qu’il occupait, faisant mine de réfléchir.

« Hm… Au niveau nutritionnel, pas grand-chose à dire. Je ne peux pas dire qu’il n’est pas gourmand, par contre il prend beaucoup soin de sa ligne… Rien de très intéressant pour moi. Par contre il fait beaucoup de grabuge il paraît. Ce n’est pas le genre à se laisser faire et il a quelques problèmes avec l’autorité… Enfin ça c’est pour ce que j’ai entendu dire. »

Devait-il lui dire aussi que Jesse était un pervers narcissique qui semblait prendre énormément en compte le regard d’autrui et qu’il tournait un peu trop à son goût autour de Lean ? Devait-il lui dire qu’il s’en méfiait comme de la peste et qu’il n’attendait que la bonne occasion pour pouvoir lui sauter dessus et lui mettre une bonne raclée pour ces câlins que les deux avaient échangés… ? Non, trop personnel. Il valait mieux qu’il reste le plus neutre possible, après tout il n’était pas supposer détester les gens d’ici. Pas même les Jesse. Sauf que voilà, il se sentait obliger de lui casser un minimum de sucre sur le dos. Juste un peu.

«  Honnêtement ce n’est pas mon patient préféré. Son caractère est épouvantable et surtout son arrogance, des fois t’as envie de lui mettre des tartes. Mais j’imagine que tout dépends de comment on aborde l’énergumène. Il doit aussi avoir des bons côtés et j’espère qu’il vous sera donné de les voir… »

Son visage s’était un peu enflammé alors qu’il essayait de contenir sa rage tout en donnant cet avis négatif. Il toussa doucement dans son coude pour reprendre contenance et essayer de faire fuir cet air qu’il voyait se refléter dans l’écran de l’ordi. Merde, il était sûr qu’il en avait trop dit. Il finit par enfin répondre à la question, avec un air beaucoup plus neutre.

« Ceci-dit, je n’ai aucune idée de ce qu’il doit subir comme intervention. On dit qu’il lui pousse une queue, c’est sans doute à cause de cela. »

Edité un peuu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 33
Emploi : Chirurgien
Avatar : OC de littleulvar (DA)


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Une histoire de cheveux - PV Raphaël (terminé)   Dim 23 Mar - 15:45:24


Une histoire de cheveux

Raphaël fit mine d’ouvrir une brochure publicitaire pour en feuilleter les pages pleines de matériel de biologie hors de prix. Avec son habituel sourire posé sur les lèvres et une mèche fugitive qui coulait sur son front, il était l’image même de la sérénité, penchée sur les pages plastifiées. L’image seulement, toutefois, car la réponse de Thomas venait de faire entrer chaque partie de son cerveau en ébullition. Évaporée, l’appréhension passagère de devoir s’occuper d’un patient difficile. Si on lui donnait l’occasion de voir une mutation aussi spectaculaire que l’apparition d’une queue chez un spécimen humain, il pouvait tout supporter, jusqu’aux pires caprices. Son imagination se projetait déjà vers le lendemain. Allait-il pouvoir opérer ? Avec un peu de chance, Jesse voudrait qu’il l’examine…

Un frémissement d’excitation parcourut sa colonne vertébrale, tandis que son sourire s’élargissait irrépressiblement, dévoilant malgré lui ses dents blanches. Comment avait pu se développer l’anomalie ? Y avait-il eu un facteur déclencheur ? Le tissu squelettique existant s’était-il déformé ? Ou de nouvelles pièces osseuses s’étaient-elles formées sans explication ? Mais peut-être qu’il ne s’agissait pour l’instant que d’un peu de cartilage… En tout cas, à cet endroit, cela devait être douloureux. C’était probablement la raison pour laquelle la diva du centre souhaitait une consultation. Heureusement que son scalpel était là, palpitant impatiemment dans sa poche. Il ferait de son possible pour soulager le malheureux de son problème. Retenant du mieux qu’il le pouvait son enthousiasme – mieux valait ne pas alerter son collègue diététicien - le chirurgien referma le magazine et le rangea sur l’étagère où il l’avait trouvé.

« Je suis certain que tout se passera bien. Il n’avait pas l’air très à l’aise au téléphone, je pense que la perspective de l’intervention le perturbe. Il a simplement besoin d’être rassuré. C’est normal, dans ce genre de situation. Ce doit être un peu traumatisant de voir son corps changer de cette façon. »

Raphaël se remit à marcher, en direction du blond cette fois. Autant profiter de l’ordinateur allumé pour jeter un coup d’œil à l’heure inscrite en bas de l’écran, puisque l’horloge murale ne remplissait pas son rôle. Il vint donc se placer derrière l’autre docteur, et observa par-dessus son épaule. 04 :09, indiquait la barre des tâches, en dessous de tableurs Excel remplis de noms et de chiffres. Déjà si tard… S’il voulait être en forme pour sa consultation avec Clavell, il valait peut-être mieux qu’il aille se coucher. Sa main droite confirma cette pensée en venant tâter les cernes qui nichaient sous ses yeux. Le travail nocturne avait ses bons côtés, mais certains aspects restaient problématiques.

« Je vais vous laisser à votre travail, il est temps pour moi d’aller recharger les batteries. Et merci pour les précisions, elles m’ont rendu un fier service. »

Tournant les talons vers la porte, il dénoua ses cheveux, signe que sa journée était, bien que tardivement, terminée. Mais avant de passer le seuil, il marqua un temps d’arrêt et interpela une dernière fois son interlocuteur.

« Je vous laisse la clef du laboratoire, n’oubliez pas de fermer en partant. »

Et il quitta la pièce, un sourire toujours plaqué sur les lèvres. Il était certain de faire de beaux rêves.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Scientifique

Scientifique
avatar


Celebren : 53


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Une histoire de cheveux - PV Raphaël (terminé)   Ven 4 Avr - 4:08:00

L'idée d'avoir un petit Jesse tout timide au téléphone lui paraissait tellement peu probable... Ce dude là avait donc un côté vulnérable sous sa personnalité égocentrique ? Évidemment qu'il en avait un. Tout le monde en avait un. Tout le monde avait des faiblesses, et Raphaël venait de lui en livrer une sur son cher rival, directement, sur un plateau. Il avait donc peur de voir son corps changer. Intéressant. Bien plus que ce que le scientifique aurait pu croire. Parce qu'il n'y avait pas que "ce genre" de modifications corporelles. Peut-être qu'il pouvait lui faire pire que simplement lui faire pousser une autre queue ? Il était sûr qu'en trafiquant juste un tout petit peu son régime... Il pourrait aisément descendre sa confiance en lui de pas mal... et surement freiner ses relations avec autrui. Peut-être un plan intéressant. Il n'était pas sûr de pouvoir le mettre à exécution cependant. Ou alors très subtilement, Jesse n'était pas Lean, il savait s'alimenter comme il faut, il verrait probablement tout de suite le plan du scientifique entre les lignes du planning de repas.

"C'est sûr... On verra bien comment il se comporte après votre rendez-vous... peut-être cela le changera-t-il ?"

Son visage paraissait bien plus calme maintenant qu'il avait la perspective de descendre le garçon... pourquoi n'y avait-il pas penser avant ? Mais rien que le fait de savoir qu'il allait peut-être souffrir d'une opération prochainement lui donnait un petit plaisir coupable, une petite revanche, à sa manière. Il prit une petite inspiration en voyant le scientifique se rapprocher, beaucoup moins à l'aise que lorsqu'il regardait la brochure. Quelque chose d'inquiétant dans son regard, même s'il était parfaitement courtois. Peut-être une anticipation ? Un pressentiment qu'il ne fallait pas être ennemi avec ce type là... Après tout, il était chirurgien, découper la chair et les organes était son métier. Il se détendit cependant en le voyant repartir vers la porte, il devait sans doute avoir vérifié l'heure ou quelque chose du genre sur son écran. Espérons qu'il n'ait pas une mémoire photographique qui lui ferait comprendre que l'enquête était bidon.

"Ravi de vous avoir aidé... Bonne nuit. Dr Lindberg."

Il attendit d'entendre la porte se refermer avant de se détendre totalement. Trop de charisme ce dude là. Il ne voulait pas avoir affaire à lui trop souvent. Il éteignit une bonne fois pour toute l'ordinateur, enregistrant la fausse enquête, puis éteignit les lumières, ne gardant que celle qui éclairait le bureau de recherche, observant tous les reflets dans les cheveux de Lean. Il avait été mauvais. Ce n'était pas bien. Et pourtant il se sentait tellement heureux de l'avoir fait. C'était comme si une partie de Lean l'accompagnerait toujours avec lui, à présent.

(désolééé j'suis tellement nulle pour clore les rps ;^;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une histoire de cheveux - PV Raphaël (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une histoire de cheveux - PV Raphaël (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Déclaration de guerre (pv Raphaël) [terminé]
» Mais où est passé l'anneau que j'avais au-dessus de la tête ? [Raphaël] Terminée ♥
» (Mini RP) Une histoire de cheveux [Yong Ran]
» Serah Farron - L'histoire d'une âme pure [Terminée]
» Ne laissons pas une histoire de turlute tout gâcher [Terminé]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naicelea :: 
la fin
 :: corbeille :: RP Finis / Arrêtés
-