AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Happy Holliday, you bastard... #_FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Celebren : 31


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   Mar 3 Déc - 10:50:33


    Judicaël haussa un sourcil en une moue interrogative, cela donnait toujours un côté étrange avec son visage avec son œil au milieu du front qui se tordait, se penchait pour suivre le mouvement général du visage. Il cligna des yeux puis se pinça l’arrête du nez. Il était sortit du pensionnat pour prendre l’air et quitter le côté oppressant des regards qui migraient toujours vers son œil… Il avait beau les envoyer bouler avec quelques répliques bien senties et des regards hautains, le fait qu’ils reviennent sans cesse à la charge et ne le regarde qua dans cet œil là le fatiguait doucement.  Il avait donc décidé de profiter de sa ballade impromptue pour chercher quelques plantes nécessaires contre le mal de crâne qu’il sentait poindre. Alors maintenant il se demandait comment diable ses pas avaient pu le mener ici ? Franchement il aurait pu aller nul part et partout en étant perdu dans ses pensées alors pourquoi était-il là ? Au cimetière ? Franchement ? Sans doute devait-il cela à la corneille, corbeau peut-être, qui hantait ses étranges rêves. Les corbeaux ça vivait dans les cimetières avec les sorcières non ? Il rit de cette pensé voilà qui était bon pour les idiots de telles pensées, il était bien au dessus de cela lui qui en avait connue une vraie.Il fini par hausser les épaules, après tout dans ce genre d’endroit poussait parfois certaines plantes bien particulière qui pouvait lui servir. Et un cimetière ça repoussait le commun des mortels après tout, voilà un endroit où il pouvait espérer être tranquille. Il sortit un petit coutela de sa poche intérieure, il l’avait emprunté à un repas quelques temps au part avant, ça facilitait bien sa tâche et ça lui évitait aussi de déduire certaine racines en tirant dessus comme un forcené à bout de nerf.Il porta une main à son front et plissa les yeux, la douleur revenait en force. Il se laissa tomber lourdement au sol, il failli poser ses fesses sur une tombe mais heureusement non… Il était méprisant mais les morts il savait les respecter quand même. Il respira doucement pour calmer la douleur et fouilla dans ses poche à la recherche d’une petite feuille qui s’empressa de mâcher sans l’avaler pour autant. Ça faisait légèrement refluer la douleur mais il aurait besoin de quelque chose de bien plus fort. Il ferma les yeux mais c’était trop tard les images commençait déjà à s’imprimer derrière ses paupières.-Fait chier…Il grinça des dents et son œil central s’écarquilla. C’était comme s’il superposait une image au décor devant lui, il y avait un homme, du moins il en avait déduit cela grâce à sa silhouette. Il doutait de le connaître, il était incapable de dire jusqu’à combien de temps portaient ses visions, ni même si elles étaient vraiment futures d’ailleurs. Il vit l’homme se tordre, il ressentit le cri douloureux plus qu’il ne l’entendit. Le corps en face de lui se déforma doucement, le visage principalement comme si un bec tendait de prendre forme sur cette face. Puis la vision s’arrêta là, brusquement, le laissant pantois. Il y avait quelqu’un qui venait voilà ce qui l’avait sortit de sa transe, il essaya de se redresser et de faire comme si de rien n’était.



Dernière édition par Judicaël Selaouit le Lun 31 Mar - 12:44:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 96


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   Ven 13 Déc - 14:06:57

      Malgré la terreur qui envenime le sang dans mes veines à chaque fois que je le croise, une curiosité insatiable m’envahit. Qui est-ce? En écoutant, comme par habitude, j’ai pu apprendre que son prénom était Judicaël. Mais après, je ne sais plus ou moins rien. On parle plus de cet œil qui orne son front que d’autre chose, et pourtant ce n’est pas ce qui m’intéresse le plus. D’où vient-il? Pourquoi est-ce qu’on le rejette autant? Est-ce que tout le monde se trompe à son sujet? De quoi avait-il l’air, avant? Pareil, non? Juste sans le troisième attribut dans son visage. Peut-être même sans lunettes. Son sourire… non, ce rictus—

      En y pensant, je me pince les lèvres. J’ai peur, et pourtant en même temps elle me rappelle la présence en mon être. Nous ne sommes pas si différents, j’ai cette impression. En apparence, oui, l’on nous croira dans de mondes complètement opposés. Je ne me limite pas à ce que les autres pensent. Ni à ce que pourrait penser la personne source de ces pensées; certes, c’est facile lorsque je ne lui fais part de rien de tout cela.

      Pratiquement obsédé, j’essaie de l’oublier ou du moins, de ne pas trop réfléchir sur lui. Mais voilà que je n’y parviens pas. Mais voilà que je le suis, et c’est du n’importe quoi! N’a-t-il pas un sixième sens? Pourquoi ne me chasse-t-il pas? Sait-il que je suis là, au détour d’un couloir? Tapis dans les ombres, à vouloir en apprendre plus. Son aura m’a toujours inquiété, moi qui est si calme d’ordinaire. Je recherche souvent à me sentir plus vivant, avec des sensations fortes, mais ceci dépasse tout entendement. Est-il dangereux? Est-ce pour cela que je ne peux pas l’ignorer? Je ne lui ai jamais adressé la parole, et je n’y compte même pas— alors bordel, qu’est-ce qui m’arrive? Je n’en sais rien.

      Je me prêtais à une sieste, près des portes menant à l’extérieur, lorsque je pressentis l’arrivée d’un pers. Je bondis sur mes pieds et sortis, puis en voyant le blond passer, ma gorge se noua. Évidemment, je ne vais pas retourner dormir et suis complètement éveillé. Une distance s’impose, mais je ne le perds pas de vue. C’est bien en ma faveur, cette fois, de voir loin.

      Quelle scène affreuse, le cimetière, d’autant plus parce que j’y ai une affinité particulière. Les morts, ou la mort— cet état qui a emmené tant d’âmes dans le néant.  Et dans mes cauchemars, je les empêche de faire la transition… je ne me sens pas mal, ni méchant. Tout comme si cet endroit était mon parc, que je ne faisais que jouer. Avec la vie des autres. Bref, ce n’est pas l’important. Mon attention est rivée sur le jeune Selaouit. Durant la brève interruption de mes pensées, je ne vis pas ce qui s’était passé, et ne comprit pas ses mouvements brusques. Avait-il mal? Je m’approche d’un pas et me raidit en comprenant qu’il sait que je suis là.

      Dois-je parler, faire résonner mes cordes vocales? J’essaie, mais rien ne sort. J’ai seulement la bouche ouverte, l’air un peu con. Je réalise que je n’ai absolument aucune conversation qui me vient à l’esprit, et je tourne donc les talons. Je reste muet, ne m’excuse même pas de mon impolitesse. Mais je ne vais pas très loin. Je vais me poster derrière une pierre tombale, m’assoit et ferme les yeux. Mon cœur bat très vite, ce qui est presque douloureux. Je ne pensais pas que cela me ferait cet effet. Quelque part, j’ai envie de jouer, comme si c’eut été, ici, mon terrain de jeu. Je ne pouvais pas. Pas si quelqu’un était là pour le voir. Et encore cette illusion, l’impression tangible—d’être un putain de chat! Je ronronne. Je ne peux pas aimer les cimetières à ce point, merde--
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 31


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   Ven 20 Déc - 21:02:35

    Judicaël soupira doucement et douloureusement, il espérait que l’intrus ne l’ai pas entendu il voulait garder son image d’insensible. Il ne pouvait pas se permettre de se montrer faible même un instant, comment pourrait-il avoir l’air convaincant après ? Il était persuadé que si il laissait tomber son masque hautain à un instant il ne pourrait plus se permettre de faire ses contres expertises médicale sans passer pour autre chose qu’un enfant capricieux. Et puis il n’avait pas vraiment eu le temps de voir le visage de cet opportun, si ça se trouvait c’était une personne qui ne l’aimait pas et qui pourrait se servir de ce moment de perdition contre lui. Comme si les gens ne regardaient déjà pas assez son troisième œil de travers comme ça, si en plus il le voyait en pleine hallucination, à suivre des yeux une silhouette qu’il était le seul à voir.

    Il passa une main sur son front pour frotter la paupière de l’appendice qui s’y trouvait avant de reprendre un visage impassible. Il se retourna vers la personne qui semblait vouloir partir discrètement. Il claqua de la langue avant d’avancer un peu vers lui les sourcils froncés et l’air agacé.

    -Et toi là ! Part pas comme ça.

    I
    l continua à avancer vers lui jusqu’à le reconnaître, il ne lui avait jamais parlé, pas plus qu’au commun des mortels en fait… Mais il le connaissait de vue, au moins lui ne le fixait pas bêtement dans l’appendice frontal comme un idiot à essayer de parler comme si de rien n’était… Bon il ne parlait pas beaucoup, mais c’était presque un bon point pour lui au moins il ne passait pas pour un crétin plus qu’il ne l’était… Judicaël esquissa un rictus un peu méchant, c’était son système de défense à lui après tout. Il hésita un instant quand à la marche à suivre, il était presque retissant à garder son habituel comportement devant la mine de chat battu de l’adolescent en face de lui. Il commençait d’ailleurs doucement à désespérer de trouver des gens de son âge ici, à part les médecins trop sûrs d’eux et certainement trempés dans les magouilles du directeur. Mais son trouble ne se vit pas sur son visage et il remballa rapidement les remords loin de lui. Il continua sur sa lancée agressive.

    -T’as vu quoi ?

    R
    ien il espérait mais il savait que ce n’était pas le cas… Sa langue claqua contre son palais, ça n’était sans doute pas la meilleure solution pour avoir ses réponses mais c’était celle qu’il connaissait le mieux pour sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 96


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   Mar 7 Jan - 22:15:41

      « Pardon…? » Le ronronnement a enfin cessé, je peux réfléchir. Feindre l’innocence pourrait me sauver des arguments, me sauver de cette situation des plus déplaisantes—

      Doucement, son accusation pèse de plus en plus sur mon esprit. Est-ce que sa douleur est si intime que c’en est terrible s’il y a un témoin? Judicaël était visiblement sur la défensive, tout comme si j’eus été une menace. Je ne voudrais pas lui causer de soucis, les réputations sont parfois importantes. Mais il m’attaque. L’énergie qui émane de lui m’infecte et pour éviter d’être dans la même humeur, je me redresse. Une fois sur mes pieds, je recule et l’observe. Sa bouche, d’abord, surtout à cause du bruit que j’ai entendu à deux reprises.

      « Vous sembliez… souffrir. » J’hausse une épaule, maudissant ma curiosité.
      Le suivre, c’était déjà une erreur, mais lui avouer que oui, je l’avais vu? Il avait vu son corps se tordre sous l’emprise de la douleur. Je peux maintenant compter sur lui pour me cracher quelques injures bien placées. J’ai, par contre, nullement envie de les entendre. Je peux me les imaginer. « Écoutez… »

      Après une courte pause, durant laquelle mon regard absinthe descend jusqu’aux pieds du blond, je reprends mes excuses.

      « Je suis désolé, je vous suivais et— » Ce n’était pas tout à fait ce que je comptais dire pour sauver ma cause. Je recule à nouveau, et détourne les yeux de ses chaussures. Je vois ensuite ses mains, elles sont sales. « Mais que faisiez-vous? » Cela se retrouve à être plutôt macabre. Un type avec de la terre sous les ongles, dans un cimetière… Fouillait-il pour un cadavre? Oh, dégueulasse. Non, probablement pas. Avant d’attendre une réponse, je le contourne et me rapproche d’où il était avant qu’il ne me rejoigne.

      Les tombes sont là, il n’y a aucune pelle, aucun indice qui puisse me dire ce qu’il faisait. J’étais distrait dès qu’on a atteint le cimetière, je n’ai donc rien vu avant le geste brusque qui nous ramène à la situation présente. Et malgré moi, je veux en savoir plus. Je n’ai aucune bonne raison d’être là, mais lui non plus. À moins de connaître une personne décédée, enterrée là, sous leurs pieds? J’hésite et me penche pour voir un des noms inscrits. « Je vous ai suivi plusieurs fois. Si je voulais vous nuire… » Ne serait-ce pas fait, depuis? Je ne me sens pas très à l’aise de lui avouer que j’ai pris pour habitude de l’épier, mais peut-être comprendra-t-il qu’il n’a pas besoin d’être sur la défensive. Je rougis, cherchant un moyen de me déculpabiliser.

      « Vous pouvez me frapper, si cela peut aider… » Je lève les yeux, et le regarde dans les siens. Enfin, les deux premiers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 31


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   Mer 15 Jan - 14:01:32

    Une légère grimace tira ses traits, il n’aimait pas vraiment la réponse du garçon en face de lui. Ça n’était pas le plus masculin des gens de l’institut d’ailleurs, du moins pas à la connaissance de Judicaël, il se demanda un instant si il pouvait se servir de ça pour l’éloigner de lui, après tout son ‘pardon ?’ méritait bien qu’il se serve d’arguments aussi bas et insultants non… Quoi que au final, lui n’était pas plus ennuyant qu’un autre et même au contraire. Tant pis il garderait cette idée dans un coin de sa tête si un jour l’agacement ce faisait encore plus sentir. Il se demanda si il s’excusait vraiment de l’avoir surpris ainsi où si il disait juste ça pour la forme. Dans les deux cas ça ne plaisait pas à l’ainé, l’une des version était très hypocrite, mais ça c’était assez commun à l’humanité et dans l’autre cas il arriverait presque à le faire se sentir vaguement coupable de son ton agressif. Il haussa les épaules.

    -Et alors ? T’es docteur t’aurais pu y faire quelque chose ? J’suis pas convaincu tu vois…

    C
    ’était bon l’agacement revenait en force, il ne faisait que confirmer ce qu’il savait mais c’était déjà trop. Il l’avait vu, Judi n’avait pas été assez prudent et un minet l’avait vu dans un moment de faiblesse. Il n’en avait sans doute rien à faire mais qu’importait il l’avait vu et ça le blond avait du mal à se le pardonner, à lui pardonner aussi du coup.

    Il haussa un sourcil dubitatif. À parce qu’en plus il le suivait et il disait ça sans la moindre gêne ? Sa langue claqua contre son palais. Décidement il était encore plus sans gêne qu’il ne le croyait. Il demanda un instant pourquoi il avait agi ainsi, il voulait bien être quelqu’un d’intéressant mais de là à être suivit ainsi fallait pas non déconner. Surtout depuis quand faisait-il ça ? Et il n’avait même pas été capable de s’en rendre compte ? Vivre enfermé ici, dans cet institut lui pourrissait visiblement plus le cerveau qu’il ne l’avait pensé. Il ignora délibérément la question suivante, que son vis-à-vis réponde d’abord aux siennes.

    -Pourquoi tu me suivais ?

    S
    érieusement il ne pouvait même pas être tranquille à l’extérieur des bâtiments ? Il comprenait à l’intérieur il ne faisait rien pour être aimable et jouait volontiers avec les médecins. Mais là alors qu’il avait la possibilité de l’éviter il venait le voir comme ça ? C’était incompréhensible… Lui qui pour une fois ne faisait rien de particulier, cueillir des herbes bien sûr mais ça c’était habituel pour lui. Enfin il aurait sans doute du mal à justifier pourquoi il faisait ça dans un cimetière… Mais il n’avait pas à se justifier devant lui. Ses trois yeux s’écarquillèrent légèrement.

    -Ah parce qu’en plus ce n’est pas la première fois ?

    I
    l soupira. Vraiment il avait un truc de bizarre ce môme… Il resta un instant surpris de le voir le regarder droit dans les yeux. Il n’était plus vraiment habitué… Il devait admettre qu’il appréciait.. Un nouveau soupire lui échappa puis il remonta ses lunettes sur son nez.

    -Je vais pas te frapper voyons ! Soit pas plus idiot que t’es déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 96


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   Mar 11 Fév - 3:12:48

      Mais oh, qui n’était pas idiot ces jours-ci? Je ne pouvais pas lui en vouloir, sachant bel et bien que j’étais celui dans le tord. Par contre, son attitude continuait d’aller vers l’agressivité et démontrait clairement son irritation. J’absorbais, sans le vouloir, sa négativité. Je n’avais pas vraiment la pêche, me sentant plutôt nauséeux. Pourquoi étais-je aller me mettre dans une telle situation… ? Il n’avait pas besoin de savoir qu’une personne le suivait. Il n’avait pas besoin de savoir que quelqu’un s’intéressait à ce qu’il faisait. Par principe, tout le monde m’intéressait. Je fais si peu, je rêvais trop, que je me devais d’être un spectateur de mon entourage. Cet entourage en avait tout de même rien à cirer.

      Judicaël ne pouvait être un sujet de ma curiosité. Je le voyais, devant mes yeux, se maîtriser. Il était las. Il soupirait. Je ressentis chaque expiration comme un poids lourd, s’appuyant petit à petit, sur mon cœur. Je m’en voulu de lui avoir adressé la parole, mais en même temps j’étais inquiet que ce fusse grave— sa douleur.

      Je soupirai à mon tour, baissant les yeux et fut prit d’une brusque envie de lui prendre ses lunettes. De les jeter sur le sol et de les fracasser avec mon pied. Mais ce n’était pas moi. Je posai une main sur mon front et fit une grimace. Ces envies, ou plutôt ce sentiment, m’avait déjà pris avant d’être interné. Je perdais le contrôle si je ne changeais rien à la scène. J’inspirai un grand coup et reculai, levant de nouveau le regard vers mon interlocuteur.

      « Il y a… si peu à faire… dans ce foutu bâtiment… non? J’ai pas le droit d’observer les autres… un peu? » La peur ne faisait pas partie de ce que je ressentais. Que Selaouit puisse me frapper m’était égal. Qu’il ait pu me pousser ou m’insulter aussi. J’étais à présent aussi agacé que lui. Était-si mal de l’avoir épié ? Il ne semblait pas avoir de gros secrets à cacher.

      Je fronçai les sourcils, m’approchant de deux pas sans le quitter des yeux. « Vous n’avez pas intérêt à croire que vous pouvez m’intimider… je n’ai rien fais de mal. Visiblement vous vous sentez menacé. » Bon, peut-être pas. Mais ce n’était pas un secret, toute personne sur la défensive se sent menacée, n’est-il pas vrai?

      Notre proximité avait tout d’inconfortable, puisque je devais lever la tête pour le regarder dans les yeux. De près, les détails de son visage se gravèrent dans ma mémoire. Merde, je désirais le dessiner. Un petit garçon à la peau pâle et aux boucles blondes. De grands yeux couleur jour de pluie. Un air plutôt misérable. Son troisième n’existait probablement pas, à cet époque.

      Je me ressaisis et glissai une main dans ma frange. « Pardon de vous avoir suivi, deux ou trois fois. » Mes mots, malgré mon attitude, étaient sincères. Mettre de l’émotion dans ma parole est trop difficile, par contre. « Si je promet… de ne pas recommencer… ça vous irait? »

(Lean est un peu déroutant, pardon // A //;; )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 31


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   Mer 12 Fév - 14:24:36

    Il n’était pas désolé du ton qu’il employait pour parler à son vis-à-vis. Il aurait sans doute du s’il avait un peu plus d’empathie pour le commun des mortels, mais comme ça n’était pas le cas il n’éprouvait aucune honte à le prendre ainsi à parti. C’était vrai que le garçon avait un peu plus de considération pour lui et il aurait du respecter un minimum ça, après tout il ne semblait pas, ou au moins, moins voir en lui un monstre de foire mais bien un humain. Mais Judi’ était un crétin hautain et égoïste, et comme il avait été attrapé dans un moment d’égarement il ne pouvait pas s’empêcher de retenter d’asseoir sa prétendue supériorité. Il n’avait besoin de personne, surtout pas de quelqu’un qui s’inquiétait inutilement pour lui, il était bien capable de s’occuper de lui seul.

    Il l’observa baisser les yeux avec une satisfaction teinté de fatalisme. Il n’était visiblement même pas capable d’assumer… En fait quoi il puisse faire il ne trouverait pas grâce aux yeux du blond, il avait si peu de considération pour les autres au final. Il n’aimait pas les gens qui s’écrasait trop vite ça manquait de challenge à ses yeux. Mais ceux qui s’accrochaient trop longtemps était tout aussi ennuyant… Il eut un rictus en entendant la phrase suivante, ainsi il cherchait juste une distraction ? Il n’avait qu’à prendre un crayon et un bout de papier si c’était ça ! Pas la peine de venir le suivre non plus.

    -Ben observe quelqu’un d’autre. Un que ça agacerait moins !

    S
    ’il n’avait pas eut autant de contrôle de lui même il aurait sans doute marmonné dans sa barbe inexistantes quelques insultes bien sentie et agacée. Mais il frappait rarement les gens, pas sans être sûr qu’on ne pouvait pas l’accuser en tout cas. Pour le coup il serait plus prompt à lui offrir un thé parfumé à la Bella Donne qu’autre chose… La finalité aurait été la même : douloureuse, mais au moins il aurait été plus discret qu’un poing dans le visage. Il haussa les sourcils en retour, voilà qu’il s’énervait lui aussi.

    -Trop tard. Je suis sûr d’en être capable. Je ne me sens pas menacé mais particulièrement agacé… C’est très différent.

    L
    e dernier mot avec quasiment été craché. Il tenta de ne pas bouger même s’il détestait cette intrusion dans son espace privé.

    -Parce qu’en plus tu l’as déjà fait ? Et comment te croire ?

    S
    es yeux se plièrent alors que celui du front au contraire sembla s’écarquillé. Merde… Ça n’était définitivement pas le bon moment. Sa vision se fit floue et une image se superposa à la réalité. Ça arrivait de plus en plus souvent même quand il été éveillé c’était désagréable. Une image animale passa rapidement sur le visage de Leannan sans qu’il n’eut le temps de l’identifier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 96


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   Jeu 13 Fév - 1:04:57

      Son troisième oeil ne m’intéressait pas plus que les poils du nez de quiconque et certainement je ne le regardais pas. Mais nous étions si proches que je ne pus m’empêcher de le remarquer lorsqu’il s’écarquilla. Un étrange phénomène se produisit ensuite et en tant que personne extérieure, je ne pus comprendre ce que cela signifiait. Était-ce la cause de ses douleurs? Bon, cela ne me regardait pas. L’homme avait été clair là-dessus et je n’allais pas m’obstiner. Mon intérêt ne s’était pas évanoui, mais m’acharner ne servait à rien.

      Je m’avançai d’encore un pas, refusant de le laisser croire qu’il puisse m’intimider. Certes, l’organe dans son front me dévisageait, mais ce détail ne m’importunait pas.

      « T’as des secrets? Qu’est-ce que tu fais, là? » Je me sentais loin du qualificatif « bien ». Je le regardai dans les yeux, cherchant une réponse. Ce type était agacé, vu ce qu’il avait dit, mais alors je l’étais aussi. Je n’aimais pas que l’on me menace. Je désirai me défendre, lui remettre ses idées en place.

      En même temps, l’option de l’agacer davantage restait ouverte. Comment faire, cependant? La ligne était mince entre ce qui pouvait être fait et ce que je pouvais faire. Si je dépassais la ligne, il pourrait m’abandonner dans le cimetière. Alors je serais forcé de le suivre encore dans le seul but de rentrer. Ce qui, en soit, n’était pas le pire scénario imaginable. Avec un sourire détestable, pas le mien évidemment, je m’emparai de ses lunettes et me détournai dans le même mouvement.

      Je perdis le contrôle de mes actions, et sans perdre le sourire, je m’éloignai avec l’objet en question. Est-ce que cet œil était magique? Pouvait-il me jeter un sort? Non, sinon ce serait déjà fait. Ou le blondinet attendait l’occasion pour s’en servir. Je ris et me moque ouvertement de Judicaël. « En espérant que tu connais ton chemin… et que tu saurais t’y rendre avec les yeux fermés! » Je ne voulais pas lui redonner ses lunettes. Avec de la chance, le plus vieux n’en avait pas tellement besoin. Certaines personnes pouvaient se déplacer sans ces trucs. À cette heure-ci, ce serait un peu risqué.

      Bon, et puis suffisait d’accepter mes excuses! Je serrais les dents, contournant les tombes. Je voulais, de nouveau, briser les verres. Serrer la vitre dans ma main. Sentir les plaies s’approfondirent… C’est ce que je fis. Au détour d’une croix plus haute que moi, je cassai l’objet et maintenait les débris. Je sentis le sang couler. Je sentis l’odeur. La douleur circulait jusqu’au bout de mes doigts, jusqu’à mes épaules. Je n’arrivai pas à me ressaisir et m’effondrai contre l’herbe fraîche. C’était le néant, dans mon esprit. Mais pas noir. Rouge. Rouge. Rouge.


(Si ça ne convient pas, je change aussi vite que je peux °°;; )


Dernière édition par Leannán O'Keefe le Ven 14 Fév - 15:14:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 31


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   Ven 14 Fév - 11:01:21

    Il n’avait pas la moindre idée de ce qu’était cette vision. Passé ? Futur ? C’était forcément en lien avec le garçon mais comment ? Avait-il eut un lien fort avec un quelconque félin par le passé ? Un lien suffisamment fort entre la créature et Leannan devait exister sinon il ne l’aurait jamais vu. Il ne savait pas ce que ça pouvait être, la vision avait été trop courte et trop rapide pour qu’il puisse la comprendre. Il ne pouvait pas non plus demander au garçon d’autres explications, il ne doutait pas qu’il le prenne pour un fou si il lui disait ça. Peut-être devait-il trouver une alternative et une manière détournée de lui poser la question.

    Il passa deux doigts sur sa tempe pour la masser essayant de faire passer le début de migraine que la vision lui avait donné. Que cela cesse par merlin. Il eut tout de même un rictus en entendant la phrase du roux. Il le trouverait presque attendrissant avec le nombre de bêtises qu’il pouvait dire en une minute. Si il avait des secrets ? Bien sûr et même que pour lui plaire il allait tous les lui dire à l’oreille dans une seconde le temps que son rire s’arrête.

    -Bien sûr, comme tout à chacun !

    I
    l hésita un instant quand à la réponse à la seconde partie. Peut-être pouvait-il lâcher la vérité à demis mots pour une fois, il en était plutôt fier pour le coup et si il arrivait à convaincre le garçon d’abandonner les répugnantes médecines du centre pour des plantes il se sentirait un peu mieux.

    -Je cherchais des plantes, contre les migraines, voilà tout…

    I
    l avait dit ça d’une voix égale comme si ça n’avait pas plus d’importance que toutes les ‘méchancetés’ qu’il pouvait avoir dit avant. Il resta un instant choqué en sentant ses lunettes partir. Merde, il ne l’avait pas vu venir ça… Il ne s’attendait pas à ce que le garçon approche ses mains autant de lui. Enfin il pouvait voir sans ses lunettes, un peu plus mal qu’en temps normal certes mais c’était surtout que ses yeux fatiguaient beaucoup plus vite et que rapidement il ne s’appuyait plus que sur son troisième œil… Il ne voulait pas que cela arrive !

    -Rends les moi !

    I
    l se lança à sa suite en jurant. Il sentait déjà les images envahir son esprit pour palier sa vue déclinante. Il le vit frapper la croix avec un effroi certain, il ne le pensait pas capable de cela. Il s’approcha de lui et le vit saigner, pour le coup son instinct d’infirmier pris le dessus, il ne pouvait pas se permettre de le laisser ainsi. Judi ce pencha vers lui.

    -Bouge pas.

    I
    l attrapa dans sa poche quelques feuilles vertes qu’il écrasa légèrement puis posa sur les plaies, normalement ça l’aiderait à mieux cicatriser et surtout à ralentir l’afflux de sang. Il se servit de la fine écharpe qu’il portait pour lui bander la main en un bandage grossier mais suffisamment serré pour que le sang ne tache plus l’herbe. Il soupira doucement.

    -Ça va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 96


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   Ven 14 Fév - 16:23:00

      Ce que j’enregistrai d’abord, ce fut l’arrêt du saignement. Il n’y avait plus de rouge, plus de sang, plus qu’un silence et quelques mots. J’ouvris les yeux, sans comprendre ce qui se passait, ce qui venait de se passer… et fut avant tout surpris de voir le cadre sur le sol. Les verres étaient brisés, tous les fracas peuplaient l’herbe, et mes hémoglobines faisaient partis de la scène. Mon esprit avait, décidément, découper quelques séquences de mes souvenirs puisque je ne comprenais pas. Ces dernières minutes avaient été noircies, incompréhensibles. Cela avait commencé avant d’avoir les lunettes en main.

      Les mots résonnèrent, intensifièrent le mal de crâne qui m’accablait à présent. J’eus une grimace, n’ayant pas la moindre idée de la réponse que je devais fournir. Oui? Non? Peut-être? Je levai le menton pour le regarder, scrutant ses yeux pour savoir. Savoir pourquoi il m’avait aidé.

      « … pardon… » murmurai-je en réalisant que Judicaël n’était pas aussi mauvais que les rumeurs pouvaient suggérer. Je voulus me redresser, mais cela envoya une charge de douleur, comme un coup de marteau, dans mon cerveau. Je serrai les dents, inspira par le nez et soupira par la suite.

      « … enfin merci, mais… » J’hésitai un instant avant de lui poser la question qui me brûlait les lèvres. « Qu-qu’est-ce qui s’est passé…? » En même temps, peu importe ce que serait la réponse, cela n’était pas important.

      Le résultat restait identique. Je m’étais blessé en brisant ce qui n’était pas à moi. J’étais passé à un cheveu de m’évanouir. Par habitude, je vins enrouler une mèche bourgogne autour de mon doigt, mais m’arrêtai en voyant que cette main était celle munie du bandage. Ou plutôt du foulard? Je rougis et me redressai malgré les protestations de mon corps. Je m’appuyai sur la tombe qui était la plus près, grimaçant une nouvelle fois.

      « Avez-vous une autre paire? Sinon, je la remplacerai… » Je doutais d’en avoir les moyens, mais j’avais quelques celebrens qui pourraient offrir une paire utilisable. Sinon, je pouvais toujours expliquer la situation.

      Mais cela signifiait avouer ses problèmes au personnel, aux scientifiques. J’étais encore hésitant à l’idée de déclarer que j’avais ma place au sein de l’institut. Cela signifiait aussi renoncer à une quelconque libération. On me placerait sous évaluation, on chercherait ce qui clochait chez moi. Je n’en avais pas envie, et alors là, pas du tout. « Je n’avais pas… dans l’intention… de vous nuire. »

      Ce qui était en et pour tout la vérité. J’aurais du y penser avant d’avoir fais ma présence connue. Hélas, il était trop tard pour s’apitoyer sur de telles pensées. Je devais rentrer, sortir de ce cimetière. Je ne voulais pas ramasser les débris. Je me pinçai la lèvre et sentit une nouvelle vague de douleur me persécuter le crâne.

      « Vous avez mentionné… des herbes et des migraines… non? Ça vous arrive souvent? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 31


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   Lun 17 Fév - 14:20:09

    Il s’inquiétait un peu de la réaction de son vis-à-vis, surtout de ce qui avait pu motiver son geste. Il ne lui avait pas semblé particulièrement violent à première vue. Il ne se laissait pas marcher sur les pieds et avait du répondant mais il n’était sans doute pas du genre à se blesser volontairement ou avoir recourt à de la violence gratuite. À moins bien sûr que Judicaël ne se soit trompé sur sa première impression, mais c’était assez rare. Peut-être avait-ce un lien avec l’image animale qu’il avait vu ? Mais il lui semblait que la violence inutile était plus le propre des humains, surtout quand il s’agissait de se blesser soit même. Il lui faudrait sans doute essayer de le questionner à ce sujet, même si son air perdu ne lui laissait que peu d’espoir d’obtenir des réponses. Il ne savait pas non plus si il devait avertir un des médecins de l’institut, il n’en avait pas la moindre envie mais il le faudrait peut-être pour le bien du gamin.

    -C’est pas ta faute.

    D
    u moins il en était intimement persuadé… Cependant c’était vrai que son mal de crâne empirait avec sa vue qui déclinait doucement. Il posa une main sur l ‘épaule de Leanan pour le faire se rassoir, ça ne servait à rien qu’il se lève maintenant. C’était un coup à ce qu’il tombe dans les pommes juste devant lui et il ne voulait pas se rajouter ça. Il hésita ensuite un instant à lui mentir mais ça n’aurait servit à rien si bien qu’il expliqua ce qui c’était passé, il semblait donc vraiment ne se souvenir de rien…

    -Tu m’as volé mes lunettes puis tu as éclaté cette pierre tombale avec tes propres mains… Ce qui en soit n’était pas la meilleure idée possible.

    Il manqua sans doute de tact quand il lui expliqua cela, mais c’était habituel avec lui. Il claqua sa langue contre son palais en le voyant se relever, il ne devrait sans doute pas. Il n’y pouvait rien pour le coup c’état l’instinct de l’infirmier en lui qui parlait et non plus le connard prétentieux qu’il était en temps normal. Il faudrait sans doute rapidement lui changer le bandage et peut-être même désinfecter, il n’avait pas pris le temps de vérifier si il n’y avait rien dans les plaies trop occupé qu’il était.

    Il grimaça. Ses lunettes allaient gravement lui manquer pour le coup c’était sûr. Il allait devoir trouver un ophtalmologue, c’était pas plus mal d’un autre côté ça lui permettrait de revérifier ça vue… Mais ça donnait aussi une belle opportunité pour les médecins d’ici de se venger de lui…

    -J’ai une vieille paire dans ma chambre, ça suffira pour le moment.

    I
    l leva les yeux au ciel avec un air presque amusé. Voilà qu’il s’excusait à nouveau… Lui nuire ? Quelque part il trouvait ça presque amusant, comme si il pouvait vraiment le faire. Il était peut-être un poil ennuyant du fait de son vol de lunette mais pas au point de le qualifier de nuisance tout de même… Il hésita à répondre une fois de plus mais choisit de dire la vérité.

    -De temps à autre oui, assez fréquemment même en fait… Pourquoi ? T’as mal au crâne ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 96


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   Mer 26 Fév - 3:44:48

      Mal, mal, mal, oui. Une douleur continuelle martelais l’os de mon crâne, ou du moins j’en ai l’incontestable impression. Je ne saurais expliquer pourquoi, bien que je puisse avoir quelques théories sur la question. Peut-être cela devait être relié à ma perte de conscience, à une perte de contrôle sur mes gestes. Judicaël aurait du partir, ou me chasser. Pourtant, non, même qu’il restait là et partageait quelques bribes d’information sur sa personne. J’en fus étonné, trop pour le dire. Mon regard émeraude le scrutait, cherchait à comprendre sa compassion. Était-ce même cela? Était-ce autre chose?

      Malgré ses conseils, malgré sa tentative de me garder près du sol, je me redressai. Je n’avais pas perdu beaucoup de sang et je tâchai de ne pas trop utiliser ma main blessée. Son foulard était complètement souillé et la couleur commençait tout juste à devenir plus foncée. « Plus à la main qu’à la tête… » Ce qui était de pures balivernes. Mais cela n’était pas important.

      « Je… je ne me rappelle pas entièrement. Mais écoutez— » J’élevai ma main valide pour jouer avec le bout de ma tresse. Cela me permettais de me concentrer, et de continuer sur ma lancée. Chaque mot me paraissait crié, alors que c’était à peine si je murmurais. « J’ose espérer que vous n’en direz rien aux médecins. Après tout… moi je garde votre secret. » J’assumai que c’en était un. En y repensant, je l’avais bien vu écarquiller le troisième œil.

      Cela signifiait qu’il voyait, mais probablement une version alternative à celle de ses premiers yeux. Je soupirai en grimaçant, m’écartant alors de mon interlocuteur. J’étais reconnaissant, encore une fois, de son aide précieuse. Bien que je ne la méritais pas. Je ne savais pas comment je pourrais lui rendre la pareille. Rester hors de sa vue? Loin de lui? Ce ne serait pas difficile.

      « Je vous remercie comment? Je croyais vous embêter... » mais vous m’avez dit beaucoup de trucs, pensai-je.

      Maintenant que nous avions vécu un évènement étrange, et douloureux pour ma part, je ressentais moins de peur… ce n’était pas un sentiment habituel pour moi. Tout ce qui m’effrayait, c’était la solitude. Pas les gens. J’eus un faible sourire, réfléchissant à un cliché des faveurs. Je m’étais rapproché de lui, pour envahir sa bulle, mais surtout rapprocher mon visage du sien. L’amour était encore très loin, alors pourquoi placer cela dans mon chemin? Un baiser de l’être humain qui a brisé vos lunettes, a agis comme un taré et agis encore pire? Oui. Pour le distraire. Pour me distraire de cette migraine. Je l’embrassai avant de le laisser riposter et espérai que ce ne fusse pas son premier baiser…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 31


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   Lun 17 Mar - 14:14:56

    Il n’était pas dupe, il avait eu une formation d’infirmier après tout et depuis tout petit il aimait bien réparer les bobos de ses rares amis. Il avait déjà travaillé dans un hôpital psychiatrique pour un stage d’étude, alors il avait reconnaître quelqu’un qui mentait sur son état de santé. Mais que pouvait-il fait face à un patient récalcitrant ? Surtout quand ça n’était pas vraiment un patient et lui pas vraiment un médecin habilité… D’autant plus qu’on ne forçait pas quelqu’un a admettre qu’il avait mal et à prendre une quelconque médicamentation. Et puis il n’allait pas ruiner plus que ça son image en s’inquiétant inutilement pour quelqu’un d’autre que ça personne.

    -Bien…

    I
    l se fichait bien de ce qui pouvait arriver à son foulard qui se teintait encore un peu plus de rouge. Il était complétement égoïste et si vraiment il avait tenu au bout de tissus il ne l’aurait jamais mis sur la plaie de quelqu’un… Surtout que le sang ça tachait sévèrement ! Bref, le connard en lui n’était jamais loin de s’exprimer, il ne savait même pas vraiment pourquoi il faisait des efforts actuellement. Ah si peut-être un vieux relent de conscience professionnelle, dieu que c’était ennuyant.

    Il esquissa un sourire en l’entendant, il se demanda un instant si c’était une sorte de chantage. L’idée lui fit échapper un petit rire. Imaginer que lui puisse aller raconter quelque chose aux divers incompétents qui servaient de médecins ici, c’était drôle. Il détestait aller les voir, il en envoyait chier un bon paquet et Judiaël pensait bien que la plus part l’aimait aussi peu que lui ne le faisait.

    -T’en fais pas pour ça… Et quoi qu’il arrive tu tiendra ta langue j’en suis sûr.

    I
    l lui fit un grand sourire. Lui aussi pouvait tomber dans le chantage, mais il préférait simplement compter sur sa réputation et d’autre petites choses comme ça… Il secoua doucement la tête comme pour faire partir cette discussion, c’était fatigant de toujours répéter les mêmes choses et avec son mal de crâne suite à la perte de ses lunettes…

    -Comment ? Retrouve moi simplement des lunettes au plus vite ça suffira…

    I
    l fit craquer son dos en se tordant légèrement. Il avait l’impression que ses os bougeaient de temps à autre, c’était désagréable comme sensation, mais pas encore assez étrange pour qu’il en parle à quelqu’un…

    -Aller viens, je t’aide à rentrer faut que tu laves ça…

    E
    nfin, il tenta de dire cela mais la fin de sa phrase fut rompue par cette tête qui traversait son espace personnel, trop proche, il était bien trop proche. Des lèvres posées sur les siennes, il resta un instant troublé sans réagir, il n’y avait pas grand monde qui se permettait ce genre de familiarité avec lui, il n’était certes pas inexpérimenté, mais généralement on ne l’embrassait pas comme ça sans préavis et sans raison. Reprenant ses esprits sa tête se recula brusquement et son corps suivit le mouvement. Et la question un peu choquée passa ses lèvres sans aucune délicatesse.

    -T’es complètement con ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 96


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   Mer 26 Mar - 21:30:16

      Ce ne fut que quelques secondes, pas même trente. Un baiser papillon qui se posait et disparaît ; un contact qui ne laissait pas une ombre de sensations. J’en étais plus ou moins conscient, cependant, et ne pus ignorer la douleur envahissante qui refusait de me laisser tranquille. Cela donnait pratiquement envie de faire chier tout l’univers, et l’univers pour l’instant restait la personne en sa compagnie.

      Judicaël.

      « Oui, ou plutôt complètement idiot, non ? » Un long soupir franchit mes lèvres, vidant l’air qui avait précédemment été dans mes poumons. Je sentis un frisson parcourir mes vertèbres, glissant d’un au prochain. Son troisième œil me rendait à présent mal à l’aise.

      Peut-être était-ce l’absence de ses lunettes qui intensifiait son regard ? Je ne saurai dire, mais ne comptait pas l’apprendre. Il m’avait de nouveau offert de l’aide, et vu son insulte, je n’étais pas si naïf de croire que cela était encore sur la table.

      « N’est-ce pas épuisant ? D’être tant sur la défensive ? Tout le temps ? » demandai-je finalement en le fixant de mes billes absinthe. « Peut-être vos maux proviennent de ça… »

      J’étais encore aussi curieux quant à son comportement, maintenant que la peur s’était dissipée. Certes, j’aurais bien fait une sieste ; cette douleur était loin de tout ce qui puisse être qualifié agréable. En toute honnêteté, je ne croyais pas être capable de rejoindre le bâtiment de l’institut seul dans cet état. Je m’échouerai en quelques pas et dormirai pendant quelques heures avant de pouvoir m’y rendre. Mais demander pour de l’aide ? Je n’étais pas un idiot à ce point.

      « Je peux vous aider à récolter des plantes et on… on pourrait rentrer, » cela me paraissait raisonnable, mais j’ignorais si mon interlocuteur serait du même avis.

      Je serrai la main qui était blessée, question de recevoir quelques endorphines supplémentaires. Quelques gouttes tâchèrent le sol, mais cela ne me préoccupait pas. J’eus une palpitation, un tressautement au niveau du cœur qui me fit serrer les dents. J’en fus près de gémir, mais me retint. Ce lieu n’était définitivement pas mon havre de paix— sinon je n’aurais pas toute ces envies étranges— ces pulsions qui ne provenaient pas de moi. « Finalement, je… je pense pas en être capable… »

      Doucement, mon corps se plia pour se rapprocher de mes pieds où j’y posai ensuite les fesses. Les tombes tournaient, s’écroulaient, des silhouettes s’agitaient. « J’sais pas ce qui se passe ! Putain, j’ai mal ! » Tant que ma lèvre en tremblait. Je voulais simplement m’étendre, fermer les yeux…

      Alors je m’étendis sur l’herbe, abaissai mes paupières, et sombrai dans l’inconscience. (Je pensais finir comme ça, je sais pas si Judicaël peut rentrer seul ou serait du genre à le laisser là… en dormant un peu Lean devrait se sentir mieux alors bon)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 31


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   Lun 31 Mar - 12:43:52

    C’était inconvenant et profondément surprenant aussi. Alors oui il le traitait sans ménagement comme quelqu’un à l’humour douteux, puisqu’il ne pouvait être là que question d’humour et certainement pas être sérieux. Judicaël avait un poil les nerfs en pelote du coup, même complètement. Il ne comprenait pas ce que ça pouvait bien lui apporter de faire ça. Encore y aurait-il eu une histoire de paris derrière ça il aurait pu comprendre mais là il n’y avait pas le moindre témoin pour lui faire gagner son paris ni rien. Donc c’était simplement pour le faire chier, oui il parlait grossièrement parfois et il vous emmerde bien profond…

    -Complètement idiot oui…

    I
    l se redressa un peu plus pour le toiser de tout ce que sa taille pouvait lui permettre. Il avait mal au crâne, de plus en plus violement même. Il avait besoin de remettre une paire de lunette et de ne plus vois par ce maudit troisième œil. Il avait besoin de s’enfermer dans le noir et de fermer les yeux. Bien que même si il faisait ça, il avait voir des choses déplaisantes… Ce n’était pas un peu de noir qui allait empêcher cet œil de voir, surtout que dans les bâtiments il semblait c’être passer bon nombres de choses ou de nombreuses choses allaient si passer. Mais dans l’ensemble elles n’avaient jamais rien de très plaisant. Comme si il était incapable de voir quelque chose de joyeux, alors forcément que ça devait jouer sur son comportement…

    -Non.

    L
    a réponse était froide et cinglante. C’était un comportement qu’il avait l’habitude d’avoir, certes c’était peut-être une carapace mais c’était bien mieux que de baisser ses propres barrières et permettre à n’importe qui de voir derrière. Il n’était même pas sûr de ce qu’il y avait derrière alors bon… Il haussa un sourcil à la proposition. Lui proposait-il vraiment de passer plus de temps avec lui ? Il ne devait décidément pas être sain d’esprit…

    -Tu saurais les reconnaître ? J’en suis pas certain et j’ai pas envie de mourir empoissonné à cause d’une mauvaise herbe.

    I
    l haussa les sourcils ensuite. Visiblement il n’allait pas très bien et il ne voyait pas quoi faire de plus pour l’aider… Il était déjà peut sur de trouver son chemin avec sa vue déclinante, du moins pas sans encombre alors aider un… Un inconscient puisqu’il venait visiblement de tomber dans les pommes… Bref, il n’allait vraiment pas pouvoir l’aider.

    Il jura et hésitant un instant il prit la décision de rentrer de son côté. Heureusement il arriva sans encombre à l’institut où il prévint rapidement un médecin d’où ce trouvait le gamin. Tant pis pour sa parole et son dégoût de ceux-ci pour une fois il ne pouvait faire guère mieux que de ce reposer sur eux. Il remonta rapidement à sa chambre ensuite où il s’enferma sans un mot de plus.

[Fini n.n]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Happy Holliday, you bastard... #_FINI   

Revenir en haut Aller en bas
 

Happy Holliday, you bastard... #_FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» 04. Happy Birthday, Cat.
» Holly Holliday ~ You don't have to be cool to rule my world
» 06. Sunday, Monday, Happy Days. || with Chris Lorentz
» Happy B-day tooooooo youuuuuuuuuuuu! ^^
» POURQUI ET POURQUOI DES DRAGES AUX COCHONS???HAPPY FATHER S DAY !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naicelea :: 
la fin
 :: corbeille :: RP Finis / Arrêtés
-