AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ouverture Exceptionne de l'Atelier Arts Manuels

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Celebren : 2147483647


MessageSujet: Ouverture Exceptionne de l'Atelier Arts Manuels   Jeu 18 Juil - 13:58:26






Ouverture de l'Atelier
Arts Manuels


Exceptionnellement, pour profiter du beau temps, l'Atelier a ouvert ses portes à l'extérieur. Simples visiteurs ou membres actifs, vous pouvez profiter pour un mois d'une ouverture estivale ! Ainsi, dans un coin aménagé, de grandes toiles peintes par les mains des membres n'attendent qu'à être contemplées. D'autres toiles ont été préparées, de même que des pots de peintures, pour que vous puissiez y joindre votre talent. Un peu plus loin, une grande table toute en longueur se dresse majestueusement : vous pouvez y trouver de la terre ou bien de l'argile, il y a, aussi, de quoi faire de la pâte à sel. Ne rêvez pas, aucun four n'est accessible à proximité ! Il vous faudra rejoindre la cuisine, enfin, espérer que Loras vous laisse y accéder...
Cherchez-vous le gérant ? Il s'agit d'un homme assez grand, coiffé de longues dreadlocks et dont le nez s'orne bien souvent d'une paire de lunettes de soleil. Bien vêtu, discret, peut-être parviendrez-vous à approcher ce chat sauvage, ce fauve à la peau tannée sans vous prendre un coup de griffes ? Quoi que, ses mains préfèrent manier l'argile...

Il s'agit d'un post d'ouverture pour un rp libre à grande échelle. Tous les volontaires peuvent y participer. Nous vous demandons de jouer entre vous. Évitez de laisser quelqu'un à l'écart ! Ces ouvertures sont une occasion pour vos personnages de se rencontrer, et de nouveaux liens, de se créer. Dans un mois, ce rp libre fermera ses portes : nous préviendrons les participants une semaine avant son scellement pour qu'ils puissent conclure leur Rp en cours. Si vous partez en vacances après avoir posté ici, nous vous demanderons d'annoncer le départ de votre personnage, auquel cas nous supprimerons vos postes.

Merci à tous ceux qui participent !


Dernière édition par M. Daw le Ven 20 Sep - 11:06:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 72
Avatar : Pr. Sycamore (Pokemon)


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Ouverture Exceptionne de l'Atelier Arts Manuels   Jeu 18 Juil - 22:47:52


L'art. C'est beau. Il parait. Enfin dire ça a un narcissique n'est pas la meilleure des idées. Un atelier d'art est ouvert. Je l'ai appris rapidement. Tout s'apprend rapidement dans cet institut. Il ne pourrait y avoir qu'un seul. Petit. Minuscule. Problème. Cet atelier ouvert à tous a lieu…. A l'extérieur. C’est-à-dire… Qu'il faut sortir. Dehors. Déjà il n'est pas simple pour moi de sortir de ma propre chambre lorsque je suis dans certaines… "Phases". Mais alors à l'extérieur de tout mur protecteur… Je l'ai déjà fait, ce n'est pas un problème… Mais il y aura des gens. Des gens qui ne me plairont pas forcément. D'autres que j'apprécie… Assez. Disons que je veux bien leur prêter ma personne un petit moment pour les occuper. Mais pour d'autres, je ne peux vraiment. Pas. Les sentir. Je ne sais pas pourquoi. C'est comme essayer de coller deux aimants du même pôle. Ils se repoussent. Tiens… Depuis quand je sors des comparaisons comme ça moi? Je ne devrais pas, cela donne l'impression d'être une grosse tête. Et je n'entre pas dans cette catégorie. C'est la catégorie des scientifiques. Hm. J'espère qu'il n'y en aura pas là-bas. Je les déteste. Eux aussi. Vraiment. Surtout ce binoclard blond. Déjà il est blond. Il est mal parti dans la vie. Bon. C'est bien beau de regarder la porte mais il faudrait peut-être que je me motive à la pousser. Glissant ma main vers la poignée, je pousse la chaise qui me sert à la bloquer de l'autre et je l'ouvre avant de faire un pas.

Enfin dehors. Je prends une grande inspiration. L'odeur qui règne dans le couloir est bien différente de celle de ma chambre. En même temps il n'y a que l'odeur de mon parfum. Dans ma chambre. Logique jusque-là, vu que je n'ai pas de colocataire. Et que je n'en aurai jamais. Je fais craquer mes phalanges une à une avant de soupirer doucement. Ça fait du bien. Regardant autour de moi, mes prunelles ambrées se posent sur tout ce qui pouvait passer à ma portée. Il n'y a personne dans le couloir on dirait. Tant mieux. Je me vois mal m'arrêter à mi-chemin pour tenir une discussion. Surtout si c'est une personne que je n'apprécie pas. Tout le monde devrait être comme moi, il y aurait une meilleure entente… Avec moi-même. Pas pressé pour un sou, je prends la direction de l'extérieur. Le pire dans toute cette histoire, c'est que l'atelier s'est installé dans le pré. Je vais avoir de la paille partout sur mes vêtements. C'est sale. Et si jamais cela touche mes cheveux… … Je ne veux même pas envisager cette possibilité. Ce. N'est. Pas. Possible. Que ça touche mes cheveux. Je vois enfin la dernière porte qui me sépare du vrai monde. Du dehors. Du vent qui souffle et qui me décoiffe. Les gens ne comprennent pas l'effet décoiffé que je donne volontairement à mes cheveux. C'est de l'art, ça. Mais je me demande tout de même ce que les gens peuvent comparer à l'art. Que je vois si je peux me classer également dans cette catégorie.

Une nouvelle fois je pousse la porte et… Ah non. Celle-là il faut la tirer. Dommage. Cela gâche tout l'effet dramatique que j'avais prévu pour cette scène. Bref. Je tire la porte et je fais mon premier pas à l'extérieur. Tous ses effluves différents me montent au nez. Et me donnent envie de vomir. Je suis quelqu'un de la ville moi. Chanter le bonheur assis au milieu d'un champ de fleurs, ce n'est pas mon truc. Je soupire. Il va un jour falloir que je m'y habitue pourtant, vu que j'ai été trainé jusqu'à cet endroit paumé dans les montagnes. Je donnerai cher pour respirer une nouvelle fois l'air pollué par le passage un vieux taxi londonien. Je crois que… Cela s'appelle avoir le mal du pays. Il paraît. Mais bien sûr, j'ai trop de fierté pour l'avouer à voix haute. Tout de même. Je réajuste le col de ma chemise et sursaute un instant. Beurk. Un insecte. Une espèce de boulette rouge à pois noirs. On dirait qu'il est habillé dans cette vieille mode des Sixties. Je donne une pichenette sans douceur à la coccinelle qui dégringole de mon épaule. Bien fait. Tu n'avais qu'à pas te poser sur ma belle stature. D'un pas un peu plus pressé, n'appréciant guère toutes les "subtilités" de la nature, je m'approche du pré. Enfin. J'ai l'impression d'avoir traversé un véritable parcours piégé. Mais je m'en suis sorti. Evidemment. J'approche. Je regarde. Des toiles. Des sculptures. Des toiles. C'est ça l'art?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Scientifique

Scientifique
avatar


Celebren : 72
Emploi : Scientifique
Avatar : Sweden || APH


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Ouverture Exceptionne de l'Atelier Arts Manuels   Lun 22 Juil - 17:47:49


J'avais mis longtemps à me décider.

Sortir assister à un atelier... De l'art manuel, qui plus-est ! Je n'étais doué de mes mains que pour soigner mes patients, mais j'étais bien incapable de créer quoi que ce soit. Poterie, peinture, sculpture ! Des mots bien différents, des voies si divergentes, mais que je parvenais à réunir en un mot : échec. Voir les autres réussir attisait ma jalousie, mon envie. Enfin, j'avais fait médecin pour gagner en reconnaissance, pour flatter un peu mon ego. Un but que j'avais fini par abandonner face à la souffrance de mes patients. Comme on le dit si bien, la véritable nature revient toujours au galop ! Et la mienne continuait à me ronger. Dans la plus minime de mes activités. Je me sentais moins doué qu'untel en ménage, en cuisine, en psychologie, etc. Toujours, je me comparais ; toujours, l'herbe de mon voisin me paraissait plus verte. Un raisonnement stupide, quand on y réfléchit. Un raisonnement immature, pour un homme tel que moi. Allons, j'approchais des 40 ans, et je continuais à agir comme un adolescent ? Comme un vulgaire gamin qui espère qu'on le vante pour avoir une meilleure image de lui-même...

Bref, passons. Je n'avais pas enfilé ma blouse, cette fois-ci. Je savais cependant que les patients n'auraient pas de difficultés à me reconnaître. J'avais opté pour un jean et une chemise bleue, soigneusement boutonnée, dont j'avais cependant retroussé les manches. Face à un tel soleil, un homme aussi accroc aux règles que moi se permettait d'y faire un écart. Tant qu'il respectait les limites du raisonnable. Je passais rapidement ma main dans mes courts cheveux blonds, dont quelques mèches menaçaient de tomber devant mes yeux. Légèrement agacé, je dois le reconnaître, je les écartais du bout des doigts. Avant de sortir, je fis un rapide tour aux différents étages : avec ces chaleurs, il arrivait que certains patients s'évanouissent en plein milieu des couloirs... Mais le soleil avait eu la bonté de ne faire aucune victime aujourd'hui ! Rassuré et satisfait, je finis par sortir dehors. Un vent frais vint m'accueillir, comme ravi de pouvoir me guider jusqu'à l'atelier. Après quelques minutes de marche, je fus cerné de toiles bariolées. Je les contemplais longuement, un sourire amusé venant éclore sur mon visage.

Je pensais à ce que nous avons tous fait une fois : la caricature d'un professeur. Allais-je trouver un dessin me représentant ? J'imaginais déjà l'esquisse de mon visage dont les défauts auraient été exagérés à l'extrême. J'aurais probablement râlé pour la forme, mais j'avais assez d'humour, concernant l'auto-dérision. Hey, il me fallait bien une qualité parmi la montagne de mes défauts ! Je continuais mon errance, examinant finalement les statues plus ou moins grandes qui se présentaient à moi. L'une d'elle symbolisait probablement une femme, si je me fiais à ses hanches et aux courbes présentes au niveau de sa poitrine. Les femmes... Je devais avouer qu'elles manquaient à l'établissement. Qui sait, peut-être aurais-je pu y faire la rencontre de la femme de ma vie ? Elle aurait pu réussir... à me faire oublier mon attrait des hommes. Et c'est alors que mes yeux bleus remarquèrent un mouvement.

Je reconnus le jeune homme qui me tournait le dos. Sa chevelure de feu semblait plus voyante encore sous les rayons du soleil.
_ Eh bien, Monsieur Clavell, je me permets de vous dire qu'il est surprenant de vous voir ici ! Mais c'est un vrai honneur que vous soyez descendu de votre chambre..., ai-je besoin de commenter en allant le rejoindre en quelques pas. Il m'a toujours amusé, ce garçon, bien qu'il me prenne de haut. On va dire que Jesse n'a jamais été très humble, bien qu'il s'amuse à jouer avec les apparences quand il est avec moi. Depuis longtemps, j'avais remarqué qu'il était du genre casanier : le voir ici, à cet instant, en plein soleil, en compagnie d'autres personnes... était tout simplement incroyable. Ce serait un bon sujet de discussion autour de la machine à café, en compagnie de mes autres collègues. Eh, vous savez quoi ? J'ai vu le rouquin mettre son nez dehors, si si !
_ Comment allez-vous ? Le soleil ne vous fait pas trop souffrir ? M’enquérais-je en regardant rapidement autour de nous. Sa peau a toujours été assez claire... J'espérais qu'il n'attraperait pas de coups de soleil. Ou pis encore, une insolation...


Dernière édition par Ludwig Undume le Jeu 1 Aoû - 6:58:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité



MessageSujet: Re: Ouverture Exceptionne de l'Atelier Arts Manuels   Mar 23 Juil - 19:17:05





Atelier.




Je m'étais inscrit à l'atelier d'arts manuels dès que j'ai eu vent d'activités proposés au sein de l'institut. Il y en avait beaucoup d'ailleurs des ateliers. Difficile furent mes choix car nous ne pouvons assister qu'à trois d'entre eux. Mais pour le premier, il fut évident que je prendrai les travaux manuels. Ah! L'Art! Je ne vis que pour sa grandeur. Aussi, j'avais grande hâte de voir s'ouvrir ce fameux atelier. Cependant il n'y avait aucune date d'ouverture pour le moment. J'attendais donc patiemment tous les jours qu'on puisse modeler, jouer avec les couleurs et s'évader.

Quelle ne fut pas ma surprise en lisant ce mot du directeur, annonçant une ouverture exceptionnelle de l'atelier d'arts manuels. Mon cœur bondit dans ma poitrine de joie. J'étais aux anges. J'étais encore plus impatient maintenant. Mais je n'avais plus longtemps à attendre.

Le jour J n'arriva pas assez vite à mon goût. Après avoir pris mon parasol et mes lunettes, je me rendis de mon pas habituellement lent vers le lieu de l'atelier: le pré. Quelle merveilleuse idée que de s'adonner aux joies de la peinture en pleine nature, dans un cadre si beau. Je m'étais déjà rendu dans le pré pour dessiner notamment. Je savais qu'en cet endroit l'herbe était verte et agréable sous les pieds. Des fleurs aux milles couleurs y poussaient. Un petit vent frais et léger y soufflait. Par contre, le pré n'offrait aucune protection contre le soleil. Au contraire, il y était exposé et ça, ce n'était pas bon pour ma peau fragile. Aussi, avant de m'y rendre, je me badigeonnais de crème solaire. Heureusement que j'ai pu en acheter une, sinon je n'ignore comment j'aurai passé mon été. Certainement cloitrer dans ma chambre.

Enfin! Je chassais toutes ses pensées en arrivant, mon parasol grand ouvert au-dessus de ma tête telle une gigantesque ombrelle. En arrivant, je constatais que des toiles avaient été installé, une grande table avec tout ce qu'il fallait pour faire de la poterie. Mes lèvres s'étirèrent en un large sourire en posant les yeux sur les pinceaux et les peintures. Mes yeux scintillaient littéralement derrière mes lunettes noires.

Je posais ensuite mon regard sur les personnes déjà présentes. Il y avait un homme avec dreadlocks. Certainement l'animateur de l'atelier. Je reconnu Jesse, le jeune homme à la chevelure flamboyante qui avait tendance à me prendre dans ses bras. Ce n'était pas désagréable, bien au contraire. C'était juste nouveau et déstabilisant. Près de lui se trouvait le médecin blond. Le docteur Undume. Je ne l'aimais pas trop. En fait, il me mettait mal à l'aise. Je ne savais pas trop pourquoi. Peut-être dans ma manière de me regarder. Je sentais bien que quelque chose n'allait pas.


- Bon-bonjour.

Aussi, après les avoir saluer, je me mettais dans un coin. Je plantais mon parasol et m'assis par terre, bien à l'abri du soleil, en attendant que ça commence. Je me demandais si Jayden allait venir. Il aimait bien mes dessins et j'avais remarqué en lui une certaine sensibilité non exploité. Ca serait vraiment très sympa qu'il assiste à cet atelier.


Revenir en haut Aller en bas

Celebren : 90
Avatar : S. de Alexzappa


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Ouverture Exceptionne de l'Atelier Arts Manuels   Mar 23 Juil - 22:16:24

    Jay’ était très excité, aujourd’hui l’atelier auquel il participait ouvrait ses portes aujourd’hui. Il farfouillait dans son armoire à la recherche d’une tenue parfaite, et qui ne craindrait pas trop la peinture, pour descendre dans le parc. Il avait passé un jean délavé gris puis se décida sur un tee-shirt blanc ‘My Little Chocobo’ sur lequel quelques taches était déjà présentes. Il se retourna vers son lit y attrapant la trousse de crayons de couleurs bariolés qui y trainait et Octopws à qui il avait passé un tissus blanc en guise de blouse pour pas le tâcher. Il faisait ça depuis l’institut de Londres où il avait eu une grosse crise de larme parce qu’il avait taché la peluche. Heureusement un infirmier avait réussit à le calmer en faisait disparaître la tache et avait bidouillé un tablier pour le poulpe avec un mouchoir à lui.

    Il dévala les escaliers, sautant les dernières marches pour courir vers le parc. Il avait hâte de voir les installations qui avaient été faites pour la journée, il se demandait ce qui allait être présent. Après tout il y avait tellement de choses possibles entre la sculpture, le dessin, la peinture… Il voulait de la peinture, il adorait ça, c’était amusant il pouvait peindre avec n’importe quoi, il pouvait même y aller avec les doigts s’il voulait. Il était beaucoup moins doué avec la sculpture, moins patient aussi. Enfin il aimait jouer avec la pâte à modeler, mais c’était différent et puis on pouvait bien moins voir cela comme de l’art qu’autre chose, il n’était pas doué de pression…

    Il arriva sur les lieux avec des grands yeux écarquillés, la peluche poulpesque serrée contre son torse, ils n’avaient pas lésinés sur les moyens : il y avait de quoi toucher à tout et cela ravissait le jeune homme. Il sautilla entre les installations, pour tout regarder les yeux grotesquement écarquillés comme s’il s’empêchait de cligner des yeux afin de ne rien louper. Il y avait tout ce qu’il fallait pour rendre Jayden heureux, de quoi s’occuper toute l’après midi et des gens avec qui échanger, pour que tout soit parfait il ne manquait finalement que de quoi remplir son estomac.

    Il salua d’un grand signe de main le docteur Undume, un sourire sur les lèvres, content de voir l’homme ici même si sans sa blouse blanche il était un peu moins rassurant… Il sourit aussi au pensionnaire qui l’accompagnait avant de continuer sa route vers les grandes toiles de peinture d’un pas guilleret. Il ne savait pas s’il avait le droit de toucher tout de suite à la peinture ou s’il devait attendre. Il se mordilla la lèvre inférieur en regardant autour de lui puis sourit en voyant Lorian assit par terre.

    Il se dirigea vers lui avant de s’agenouiller pour lui faire coucou, un grand sourire sur les lèvres. Il était content de le voir ici, déjà parce qu’il l’aimait beaucoup et aussi parce qu’il savait qu’il dessinait vraiment bien alors il était toujours ravi de pouvoir voir ce qu’il faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Celebren : 72
Avatar : Pr. Sycamore (Pokemon)


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Ouverture Exceptionne de l'Atelier Arts Manuels   Lun 29 Juil - 22:26:37


Mes prunelles d'ambre continuaient de passer sur les différents ateliers qui se présentaient à moi. Oserai-je passer le pas et toucher à ce… Ce bâton doté de poils communément appelé… Pinceau? Je ne pense pas qu'une telle chose soit réalisable. Je risquerai de me tâcher. Et bien sûr cela n'était pas acceptable. Finalement je m'éloignai des toiles présentées et des nombreux pots de peinture. Ce genre artistique trop salissant n'était vraiment pas pour moi. Je finis par retomber sur les sculptures en argile. Peut-être pourrai-je faire cela dans ce cas? Je regardai un patient qui travaillait la matière de ses mains et retenait une petite grimace de dégoût. Autant ces choses étaient belles autant je ne voyais pas toucher l'argile de mes mains. Je préférai encore tracer la courbe fine d'un corps nu du bout des doigts, juste après l'ébat car c'était là le meilleur moment, celui où l'on révélait sa beauté. Un visage traversa mon esprit, un véritable symbole de force et de charme pour mes beaux yeux et pourtant cette pensée me fit serrer le poing. De toute façon toute rencontre avec lui ne serait plus possible. Jamais. Une voix horriblement familière me fit sortir de mes pensées un peu obscures. Je ne bougeai pas de suite, le temps de me façonner un masque puis je fis volte-face et posais un regard provocant sur le scientifique binoclard. Encore et toujours lui. Je n'arrivais pas à le sentir celui-là et par réflexe je fis un pas en arrière. Sans savoir pourquoi j'avais presque envie de montrer les crocs. Drôle d'envie, surtout pour moi. J'étais pourtant loin d'être un animal. Pourtant je donnais à mon geste de recul un mouvement tout à fait naturel en glissant ma main dans ma chevelure rousse et en regardant d'un air soudain nonchalant ce qui se passait autour de moi. Comme si cela pouvait vraiment m'intéresser. Ah ah.

"Ouais. Mais si la compagnie est aussi mauvaise je pense que je vais pas tarder à y remonter. Franchement je croyais que c'était pour distraire les gens? Pas les faire fuir avec de pareils numéros."

A nouveau je plantais mes prunelles dorées dans celles bleues de mon adversaire. C'est comme ça que je le voyais après tout. Avec lui je restais toujours en alerte, distant et pourtant ô combien provoquant pour bien lui faire comprendre qu'il était hors de question que je m'écrase devant les blouses blanches. Déjà que je voulais pas rester dans ce coin paumé. Je devrai d'ailleurs potasser une vraie évasion avec Frite. Une qui soit une réussite bien sûr, vu que je serai le cerveau de l'opération. Un mouvement non loin me fit un instant lâcher l'homme du regard et un léger sourire se dessina sur mes lèvres fines quand je reconnus le visage pâle de Lorian. Sans rien dire de vive-voix, je lui fis un petit signe de main pour le saluer avant de le regarder s'installer un peu plus loin. Je l'appréciais. Avec sa bouille timide il me plaisait bien et surtout… Je m'étais fixé l'objectif de le déniaiser un peu. Il en avait bien besoin. Puis je fis un petit sourire à Jayden qui passa peu de temps après, lui aussi je l'aimais bien. Il était assez particulier mais avec lui je pouvais parler et parler en me sentant écouté… Vu qu'il ne parlait pas. A nouveau je regardais Ludwig, ou plus communément surnommé l'abominable blond binoclard. Non non, je l'assure. Je n'ai rien contre la lettre "B" pour en mettre autant dans son surnom. Je suis juste un être très poétique. A la question de l'homme je haussai délicatement un sourcil puis les épaules avant de murmurer sur un ton mou, ne me souciant pas de ce genre de chose de toute façon.

"Mouais, ça va comme d'habitude quoi. M'en fous du soleil, je crains pas grand-chose."

Et puis même si je choppais un coup de soleil, qu'est-ce que ça changerait? C'est pas comme si j'allais bronzer par la suite de toute façon. Après réflexion… J'espérai qu'il n'allait pas se proposer pour me mettre de la crème solaire. Buh. Je ne voulais pas être touché par un scientifique. Ils n'avaient pas le droit. De toute façon le dernier à avoir fait ça avait eu le privilège de se faire mordre par mes petites quenottes en pleine santé. J'espère lui avoir laissé une belle trace sur la peau à celui-là! M'enfin. En parlant de dents je ne pouvais pas assurer que j'allais extrêmement bien non plus car celles-ci me faisaient mal. Une douleur qui lance dans la joue et qui provoque des maux de tête si on ne les apaise pas rapidement. Point de carie pourtant, juste une douleur incompréhensible, comme si mes dents poussaient. Chose qui bien sûr ne pouvait plus arriver, vu qu'on m'avait arraché mes dents de sagesse il y a un certain temps maintenant. Enfin je n'allais pas lui conter mes petits soucis dentaires, vu qu'il n'était pas dentiste et que de toute façon je ne comptais pas le laisser trifouiller dans ma bouche comme si de rien était. Dans un extrême geste de bonté de ma part, montrant à quel point je peux me montrer généreux et bon par moments je finis par murmurer du bout des lèvres non sans difficultés.

"J'espère aussi que tout… Va bien pour vous."

Aaaargh. Que c'était difficile. Je me demandais encore comment je pouvais l'avoir fait. Surtout pour lui. Enfin. Peut-être que si j'arrivais à lui faire croire que j'étais gentil je pourrai l'appâter et lui voler sa seringue pour ensuite me venger? C'était une chose à méditer. Pour le moment je lui fis un petit signe de tête pour le saluer et pris la direction du coin où s'étaient installés Lorian et Jayden. Jetant un regard à l'herbe, je pris une grande inspiration et fis une esquisse de geste pour m'asseoir avant de… Non c'était vraiment pas possible je préférais rester debout. M'essayant à un petit sourire, surtout après la rencontre avec le médecin, je me penchais pour ébouriffer gentiment les cheveux de Lorian.

"Coucou tous les deux. Vous vous… Amusez bien ici?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Scientifique

Scientifique
avatar


Celebren : 72
Emploi : Scientifique
Avatar : Sweden || APH


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Ouverture Exceptionne de l'Atelier Arts Manuels   Jeu 1 Aoû - 6:59:40


Je redressais les prunelles en entendant un salut timide. J'offrais un sourire à Lorian, du bout des lèvres. Un sourire qui m'était bien inhabituel ! Il était rare que je me laisse ainsi aller à la bonne humeur... Mais ce soleil resplendissant et toute cette agitation qui nous entourait m'emplissait d'énergie, d'une vie que j'oubliais bien trop vite en compagnie des patients. À force de côtoyer la souffrance des uns et des autres, on en vient à oublier les joies les plus simples. Jusqu'au jour où on les découvre de nouveau. Que ce soit par un bon repas ou par un simple regard échangé. Je ne me sentais plus tellement scientifique, durant quelques secondes, mais un homme parmi d'autres. C'était un vrai courant d'air pour mon esprit renfermé comme l'air au fond d'une boîte oubliée. Lorian était attendrissant, avec son grand parasol et ses lunettes de soleil. Je l'ai toujours effrayé, sans que je ne comprenne vraiment pourquoi, mais il n'a jamais été le seul... Je faillis perdre mon sourire à cette pensée, mais voilà qu'un poulpe bien connu attira mon regard !
Je répondis à Jayden par un signe de tête accompagné d'un petit signe de main. Il était surprenant de le voir aussi animé ! Je le voyais sautiller ici et là, se réjouir de tout ce qu'il pouvait voir. Je crois que je n'avais jamais eu l'occasion de le voir aussi heureux, bien que cette journée ne soit pas non plus des plus exceptionnelles. Être médecin est un métier déprimant, en soit. Il n'y a jamais personne pour vous sourire ou vous assurer que tout va bien. On ne vient vous voir que lorsque la maladie nous terrasse ou que l'humeur nous abandonne et nous laissent las. Au contraire de Lorian ou de bien des patients, Jayden n'avait jamais vraiment eu peur face à moi. C'eut toujours été l'opposé : il venait chercher ma manche assez régulièrement. Avoir tous ces patients sous ma coupe me donnaient comme des envies de paternité. J'apprenais progressivement à les connaître. Et j'espérais réussir à les accompagner. À rendre leur vie plus agréable.

Oui, et ce même pour cet insupportable rouquin qui me tenait compagnie ! Enfin, insupportable... J'exagérais un peu. Il n'était pas si désagréable que cela. Ses mots finissaient toujours par m'arracher un petit rire amusé. Ou bien de la stupéfaction. Comme à cet instant. J'avais légèrement écarquillé mes yeux bleus sous la surprise. Avais-je bien entendu ? Est-ce que Jesse... espérait vraiment que tout aille bien pour moi ? Je ne voyais pas de rictus hypocrite sur son visage, ni de clignements d'yeux exagérés... Était-il donc sincère ? Grand Dieu ! Je pourrais aller me vanter auprès de mes collègues ! Je répondis par un petit signe de tête, incapable de lui répondre, comme si ce fourbe en avait profité pour me voler ma voix. Et déjà, il s'éloignait auprès des 3 patients. Je les détaillais d'un rapide regard, mais je n'étais pas vraiment inquiet. Certes, Jesse était un individu disons particulier, mais il semblait bien s'entendre avec Lorian. Jayden était bien plus renfermé sur lui-même en temps normal et n'était pas forcément un individu très social, mais il semblait bien se porter et d'humeur à s'ouvrir à Lorian. Quant à ce dernier... c'eut toujours été un patient assez craintif, mais je le savais doux et inoffensif.

Un sourire revint sur mes lèvres jusqu'à que mon bipper sonne. Hm. Je perdis toute ma bonne humeur. Le patient mis en quarantaine devait avoir un problème... à moins qu'il n'y ait eu un autre soucis ? Le cœur serré, je m'éloignai finalement de l'Atelier pour rejoindre l'Institut. Mais je gardais au fond de mon cœur la vision éphémère que j'avais pu percevoir. Celle de 3 garçons bien particuliers, mais qui parvenaient à m'arracher un peu de tendresse. Je puis les abandonner sans crainte pour retourner à mon travail.

Départ de l'Atelier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ouverture Exceptionne de l'Atelier Arts Manuels   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ouverture Exceptionne de l'Atelier Arts Manuels

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Atelier d'Ô ~ Réouverture
» Atelier du Mek Rukza
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Atelier de travail sur le phénomène de l'exclusion dans la société haitienne
» L'Atelier d'Uz' : bastion ork en WIP
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naicelea :: 
la fin
 :: corbeille :: RP Finis / Arrêtés
-