AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Petit creux nocturne (pv Loras)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité


Invité



MessageSujet: Petit creux nocturne (pv Loras)   Mer 19 Juin - 12:27:22





Faim.




Je dors merveilleusement bien. Depuis que je suis ici, je n'ai plus eu aucune hallucination. Je pouvais enfin souffler et reprendre une vie normale. Enfin, autant que c'était possible puisque j'étais encore dans cet institut et le fait de ne plus avoir d'hallucinations ne signifiait pas forcément que j'étais complètement guérit. Mais c'était un bon début et j'en était heureux. Je n'espérais maintenant plus qu'un seule chose: aller mieux pour pouvoir retrouver mon frère dans le monde extérieur. J'avoue que je me sens un peu seul car il n'est pas à mes côtés et je n'ai pas la possibilité de le contacter. Aucun appel, aucune visite, aucune lettre... Nous ne sommes pas autorisés à communiquer avec l'extérieur.

Alors que j'étais paisiblement en train de dormir dans mon lit, je commençais é ressentir des tiraillements. Je me tournais d'un côté, puis de l'autre mais rien n'y faisait. J'avais mal si bien que je fus tiré de mon sommeil. J'ouvris lentement les yeux et m'habituais rapidement à l'obscurité environnante. Je me redressais et compris immédiatement se qui m'avait réveillé en l'entendant gronder. Mon ventre. Ce gouffre sans fin, ce trou noir qui réclamait son dû tel une entité à part qui me parasiterait. Je soupirais. Pourtant, j'avais bien dîner, mais ce ne fut pas assez apparemment.

Je restais quelques instants assis à jauger le pour ou le contre; Devais-je me recoucher et l'ignorer ou me lever et le nourrir? Soudain ma "bête" fit entendre son mécontentement en un gargouillement qui se voulait presque menaçant.


- D'accord! D'accord! C'est bon! Tais-toi donc un peu!

Et oui, je parle tout seul, ou plutôt à mon ventre. Mais quand on est comme moi, très solitaire, parler à soi-même ou à des objets est monnaie courante. Une façon de se sentir moins seul. Je jetais un rapide coup d'oeil à la photo posée sur ma table de chevet. Mon grand et moi, tout sourire. Enfin lui, moi seul une esquisse de sourire étirait mes lèvres. Cependant, au moment où la photo a été prise, j'étais heureux, même si cela ne se voit pas forcément. Je souris en repensant à cette journée à la foire, lorsque mon vente gronda de nouveau. Ah oui, je l'avais oublié. Si vite? Oui, j'étais comme ça, un peu tête en l'air.

Je me levais et me trainais hors de ma chambre. Le carrelage était froid sous mes pieds et c'était agréable en cette saison si chaude. Silencieusement, j'avançais des les couloirs de l'institut direction le réfectoire. J'ignorais si à cette heure, j'allais trouver quelque chose. Peut-être un morceau de pain ou un gâteau sec... Ah oui un gâteau! Quelque chose de sucré serait le bienvenu. Mon estomac en rêvais déjà car il fit de nouveau un gargouillis.

Enfin j'arrivais à destination. Je m'arrêtais quelques instants au milieu de cette immense salle vide. La nuit, j'avais l'impression de redécouvrir cet endroit. C'était comme si je le voyais pour la première fois. Mon regard glissait sur les tables, les chaises, les murs... Comme si j'étais pris de fascination, alors qu'il ne s'agissait que d'un réfectoire. Il n'y avait rien de quoi s'enthousiasmer. Ce que me rappela mon trou noir en me tiraillant de nouveau. Je posais mes mains dessus comme pour le faire taire, comme si je risquais d'être pris la main dans le sac, ce qui était stupide car je ne faisais rien de mal. Mais je n'avais pas envie de faire trop de bruit et de risquer de réveiller quelqu'un. Je me sentirais trop mal si cela arrivait. Aussi, je marchais sur la pointe des pieds pour faire encore moins de bruit.

Je me dirigeais vers les cuisines en silence lorsque mes oreilles perçurent quelque chose. Un tintement métallique en provenance du couloir. Se pourrait-il qu'il y ait quelqu'un? Avais-je été trop bruyant? Je tendis l'oreille puis plus rien. J'allais retourner à mes occupations lorsqu'un autre bruit se fit entendre. Puis un autre. Encore un autre. Le fantôme? J'avais entendu une rumeur concernant un spectre qui habiterait avec nous, au sein de l'institut. Je n'ai pas un esprit carthésien, alors je veux croire à ses histoires même si pour l'instant, je n'ai jamais vu de phénomènes inexpliqués de mes propres yeux ou autres manifestations fantomatiques. Pourtant, mon coeur se mit à battre plus fort dans ma poitrine et mon sang courait plus vite dans mes veines. Je pouvais le sentir. Je dû même poser ma main sur ma cage thoracique, de peur qu'il n'en sorte. Mon ventre aussi se fut. Le bruit semblait se rapprocher de plus en plus. Et là, je les reconnus. C'était des pas, sans aucun doute possible.

Je soufflais un bon coup, évacuant ce stress soudain. Bon, là, ça ne pouvait être un fantôme, mais dans ce cas, qui était-ce?




Revenir en haut Aller en bas

Celebren : 72
Emploi : Cuisinier en chef ♥
Avatar : Barnaby Brooks Jr. • Tiger & Bunny


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Petit creux nocturne (pv Loras)   Mar 2 Juil - 19:22:00


    S’il y a bien quelque chose dont j’ai horreur, ce sont les anchois. Je suis bon cuisinier, je devrais tout gouter et tout aimer mais, kupopo, je déteste les anchois ! Sur les pizzas, ce sont les choses les plus infectes, en plus du pepperoni, et je ne peux pas supporter ça. Oui, je parle de nourriture ! Normal, je crois, j’ai faim, kupo. J’ai faim comme toujours, d’ailleurs. Quelque chose qui ne change et changera jamais chez moi ! Et l’avantage, c’est ce que je peux me rendre aux cuisines quand je le veux pour me faire d’excellents petits plats des plus délicieux, kupo ! Et c’est ce que je vais faire, je crois. Il faut simplement que je trouve la force de me relever de mon lit… Car je suis là, allongé sur le dos, en train de masser mon ventre un peu trop rebondi à cause d’un repas bien lourd que je m’étais préparé le soir même. Et impossible de dormir avec mes cheveux qui me grattent ! Mais je n’ai pas de poux, kupo, j’ai traité ça déjà… Je ne sais pas pourquoi j’ai ça dès que je me mets au soleil, ça me gratte, je dis encore plus kupo, kupo, et je me gratte encore. Donc impossible de dormir, donc bon repas, donc massage de bidou pendant des heures en lisant un livre peu intéressant. Quelle vie des plus passionnantes, kupopo ! Il faut dire que je ne peux pas aller voir Ludwig le soir, enfin, la nuit… Il ne m’ouvrirait pas la porte et de toute façon, le couloir des scientifiques, ça fait trop peur la nuit… Parce que Ludwigchouchérikupo, il dort la plupart du temps dans son bureau et impossible pour moi d’aller l’embêter directement dans les dortoirs. Je ne peux pas lui apporter de gâteaux la nuit, du coup ! J’ai essayé, mais ils sont restés devant la porte de sa chambre pendant une éternité et personne n’y a gouté. Ca m’a fendu le cœur de les voir tous si abîmés. J’en ai pleuré. Si c’est vrai, kupo, j’en ai pleuré !

    Je me lève, enfin, finalement. Le tintamarre de mon ventre me force à aller chercher quelque chose à cuisiner, et j’ai le droit de faire cela quand je veux de toute façon ! Le directeur me l’a dit, si si kupo, c’est ma cuisine et personne n’entre sans mon autorisation. Bon si, Kelan le fait parce que sinon il me frappe, et Ludwigchouchéri pourrait le faire aussi, kupo, ça ne me ferait rien, mais pas les autres ! Hors de question ! Je déteste que l’on entre dans ma cuisine sans me demander et de toute façon, même quand on me demande, je dis non. C’est- comme ça, j’ai peur du bazar que je peux retrouver, j’ai peur de toutes les casseroles mal lavées, peur des poêles mal rangées et de la nourriture qui traine de partout, kupo ! C’est sacré, une cuisine, on ne fait pas d’erreur dedans, on range tout bien comme il faut, on nettoie tout aussi ! Kupo… Parfois j’en rêve la nuit, vous savez. Je rêve qu’il y a des gens dans ma cuisine et qu’il mange toutes les pâtes à gâteaux que je laisse reposer pour le lendemain… Ah peut-être que c’est le cas ! Ca me motive encore plus à me bouger, à marcher encore plus vite. Je prends une petite veste, détestant le froid de ces lieux malheureusement et la glisse sur mes épaules avant de gratter une fois de plus le sommet de mon crâne. J’en ai marre de ça aussi, de ce gratte-gratte-gratte insupportable…

    S’il y a bien une chose dont j’ai horreur, ce sont les personnes qui rentrent par effraction en pleine nuit dans le réfectoire. Et là, je viens de voir la porte se claquer. Je commence de plus en plus à croire à cette étrange histoire de fantômes… Les portes battantes sont encore là à trembler devant moi, couinant même durant quelques brèves secondes jusqu’à enfin se stopper… Kupo, ce que je peux avoir peur, il faut que je demande à Ludwig s’il n’existe pas des remèdes contre la peur… Mais j’entre, je prends mon courage à deux mains et j’entre.

      « HORS DE MA CUISIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIINE ! »


    J’ai hurlé plus fort que jamais je crois. Ce n’est pas un fantôme qui est là, enfin, ça n’a pas la forme du drap blanc avec deux trous… Oui, je vois encore les fantômes comme ça et alors ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naicelea.forumactif.fr

Invité


Invité



MessageSujet: Re: Petit creux nocturne (pv Loras)   Jeu 18 Juil - 13:28:08





Peur.




J'étais arrivé à bonne destination et j'étais bien décidé à faire taire le parasite qui me servait de ventre. Nul doute que ce n'était pas un estomac ordinaire, mais bel et bien une entité à part que je dois nourrir quand ça lui chante, même à des heures peu conventionnelles.

J'espérais trouver dans ce lieu formidable quelques morceaux de pains, de gâteaux, encore mieux) pour le rassasié. C'est en me dirigeant vers la cuisine du refectoire que j'entendis des pas dans le couloir. Je pensais immédiatement au fantôme qui rôdait dans l'institut. Mais les fantômes existaient-ils vraiment? Pour ma part, je n'en avais jamais vu, mais cela ne voulait pas forcément dire qu'ils n'existaient pas. A vrai dire, je n'avais pas vraiment d'avis sur la question, ce qui ne m'empêcha pas d'avoir peur. Je cherchais même dans mes poches, le petit fantômes en plastique que mon grand frère m'avait donné. Mais il ne s'y trouvait pas. Je l'avais laissé sur la table de nuit. Mince! C'était mon porte-bonheur. Il éloignait le mauvais oeil de moi, j'en était convaincu. Avec lui, j'étais plus fort. Ce petit fantôme était magique, assurément.

Et là, je ne l'avais pas sur moi! Catastrophe! Mais en tendant bien l'oreille, je me rendis compte que c'était des bruits d pas. Et les fantômes ne font pas de bruit de pas. D'ailleurs ont-il encore des pieds? Donc, il s'agissait forcément de quelqu'un, un être humain bien vivant.

J'était dans l'encadrement de la cuisine et je me penchais pour voir qui allait entrer lorsque soudain...

Je reculais de quelques pas, mon pauvre coeur complètement affolé. En reculant, je trébuchais bêtement et tombais en arrière. Je me congais contre le mur.... Heu... Non, un meuble de cuisine dans lequel était rangé des provisions. Une porte du placard, au-dessus de ma tête s'ouvrit sous le choc et je me fit attaquer par des paquets de pâtes. Je me recroquevillais sur moi-même, protégeant ma tête jusqu'à ce que ça s'arrête.

Au bout de quelques instants, je relevais la tête et regardais autour de moi. Mon coeur battais affreusement fort mais était en train de se calmer. Les paquets de pâtes étaient jonchés sur le sol et moi, j'étais au beau milieu tel un pantin désarticulé.

Je posais les yeux sur la personne qui avait crié, qui l'avait fait mourir de peur ou presque. Je le reconnaissais. Le cuisinier. Je soupirais de soulagement. J'avais la confirmation que ce n'était ni un fantôme, ni un monstre mais bel et bien un humain. Le cuisinier en plus! Peut-être qu'il me fera quelque chose de bon à manger. Non, je ne perds pas le nord.


- Vous m'avez fait peur... Dis-je en me relevant avec difficulté.

Puis, je commençais à ramasser les paquets tombés au sol et les rangeais n'importe comment dans le placard.




Revenir en haut Aller en bas

Celebren : 72
Emploi : Cuisinier en chef ♥
Avatar : Barnaby Brooks Jr. • Tiger & Bunny


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Petit creux nocturne (pv Loras)   Dim 21 Juil - 15:22:10


      « MA CUISINE. KUPOPOPOPO ! »


    La panique est encore bien présente au fond de mes entrailles. Quelqu’un a osé entrer dans ma cuisine comme ça, sans autorisation, sans que je sois vraiment d’accord. Kupo… Je déteste ça ! Et tout le monde le sait, en plus ! C’est pour ça que lorsqu’une personne a faim, elle vient directement me chercher dans mon dortoir. C’est aussi simple que ça, kupo. Mais là. Peut-être qu’il est nouveau ? Je ne sais pas. J’ai l’impression que je le vois souvent ici. En fait, je ne sais jamais qui est nouveau ou non. La nouveauté, je m’en fiche un petit peu. Moi, du temps que j’ai des estomacs à nourrir, que l’on vient me demander de faire de bons petits plats, tout me va ! Je me moque bien de savoir qui est nouveau, du coup. En fait, je crois que même si c’est quelqu’un qui n’est pas sensé être dans l’enceinte de l’établissement, je ne m’en rendrais même pas compte. Je lui donnerais tout de même une bonne assiette du bœuf bourguignon fait la veille pour qu’il soit en pleine forme ! J’ai d’ailleurs reçu des messages de Monsieur Daw à propos de ça… Comme quoi je devrais arrêter de donner à manger tout le temps à tout le monde. Comme ça sans raison. En plein milieu de la journée ou en plein milieu de la nuit. Je le ruine à lui faire acheter tant de provisions mais kupo ! Il faut bien se nourrir, c’est primordial, la nourriture ! Moi c’est ce qui me tient debout ! Manger et faire à manger pour moi ou pour un autre. Mais bon, peut-être que je devrais faire attention. Peut-être que je devrais aussi me renseigner sur qui est arrivé récemment à l’Institut… Oh oui, je pourrais faire des paniers de cookies et de muffins pour les nouveaux arrivants ! Bonne idée, kupopo ! Je crois qu’il faut que je retienne cette idée, réellement. Mais ce n’est pas le sujet. Là, je dois me préoccuper du jeune homme dans ma cuisine. Je fronce d’ailleurs un petit peu les sourcils pendant que je me rapproche en prenant le rouleau à pâtisserie dans mes doigts, au cas où ! Je ne suis pas violent, mais j’aime pas qu’on vole dans ma cuisine ! Alors je peux faire peur avec ça ! Haha, kupopo !

    Je le regarde un peu mieux en me rapprochant tout doucement, toujours mon rouleau à pâtisserie à la main, prêt à l’abattre sur le meuble à côté et à crier de façon aigue pour l’effrayer encore plus. Il semble plutôt… normal ? Il est humain ! Sauf si les fantômes prennent des visages de vraies personnes maintenant, kupo… Je crois que je me pose trop de questions et je vais finir par avoir peur, kupopo… Oh il a des cheveux trop mignons ! J’ai presque envie de passer ma main dedans et de l’ébouriffer ! Kupo, non, un petit peu de sérieux quand même. Qu’est-ce qu’il fait couverts de paquets de pâtes ? Je n’ai même pas fait attention à ce qu’il a fait quand je suis rentré en hurlant, j’ai juste entendu des bruits… Ah et il parle enfin, kupo ! Il a une voix normale. Mais je préfère ne rien dire tout de suite et le regarder encore un petit peu. Qu’est-ce qu’il peut bien faire dans ma cuisine ? Il vole ? IL VOLE ?! NON NON NON ! Interdit, ça !


      « Kupo ? »


    Oups. Je ne suis pas sensé dire des kupos sans sens à voix haute, parce que de toute façon, personne ne comprend ce que je raconte j’ai l’impression. Ca me semble normal moi de dire kupo ! Mais je ne le faisais pas avant. Et même Ludwig ne sait même pas ce que c’est. Mais je le dis tout de même, je m’en fiche, je dis ce que je veux ! Surtout dans MA cuisine.

      « … ça se range pas là ! Je vais le faire, pousses-toi, kupo. »


    Je pris les paquets de pâtes en chantonnant, heureux simplement de voir de la nourriture. Puis, je ne sais pas pourquoi, je pris le temps de lui expliquer.

      « Je les range par ordre de cuisson ! Celles qui mettent le plus de temps se rangent derrière, et les autres devant. Dis, kupopo, tu fais quoi dans ma cuisine ? »


    Autant lui demander pour en avoir le cœur net. Je range le tout et ferme le placard avant de me retourner vers lui et redresser mes lunettes sur mon nez.

      « Pardon si je fais peur parfois parce que je crie et j’ai pas l’air gentil… Eh, me dis pas que tu t’es perdu au fait, parce que je sais parfaitement qu’on peut pas se perdre jusqu’à ma cuisine ! Tu voulais manger ? Me voler mon bœuf bourguignon ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naicelea.forumactif.fr

Invité


Invité



MessageSujet: Re: Petit creux nocturne (pv Loras)   Mer 24 Juil - 14:43:15





Excuses.




Finalement, je suis soulagé. Même si le cuisinier me menaçait encore avec son rouleau à pâtisserie, il n'était ni un monstre, ni un fantôme. Je retrouvais un rythme respiratoire plus régulier. Je savais qu'il n'allait pas me frapper avec son ustensile de cuisine. Enfin, je l'espérais. Il avait l'air plutôt gentil alors je doutais qu'il le fasse. Bien sûr, je ne le connaissais pas beaucoup. A part "bonjour" et "merci" lorsque je le croisais au réfectoire, nous n'avions jamais eu de véritable discussion digne de ce nom, même si je passais ici, la moitié de mon temps. L'autre étant partagé entre ma chambre, le lieu où se trouve Thim et l'extérieur. Mais mon ventre réclamait souvent le sacrifice de quelque nourriture, fruits ou gâteaux que je me devais de lui fournir sous peine d'affreuses crampes d'estomac.

Cependant, si mon coeur se calmait, cette frayeur passagère avait indirectement causé du désordre. En effet, en me cognant contre le meuble, je fis tomber des paquets de pâtes. Aussi, vu que c'était de ma faute, j'entrepris de les ranger à leur place.

C'est là que le chef cuisinier intervint. Je me poussais sur le côté, en baissant la tête.


- Je suis désolé.

Je me sentais stupide. Bien sûr que je ne savais pas rangé correctement. C'était évident. Mon père ne le reprochais assez souvent pour que j'arrive à m'en convaincre.

Aussi, j'écoutais d'une oreille attentive, les explications du cuisinier.


- Ah mais oui, c'est logique. Je le saurai pour la prochaine fois.

La prochaine fois? Parce que je comptais de nouveau tout déranger et tout ranger? En fait, non pas vraiment, mais savait-on jamais que je dois un ranger un jour ou l'autre pour une obscure raison.

Alors que j'étais parti dans mes pensées, à imaginer le pourquoi du comment j'en serai revenu à ranger une nouvelle fois les placards de cette cuisine, la voix du chef me sortit de toutes les hypothèses les plus farfelues qui me passaient par la tête.


- Hein?!... Ah non non! Dis-je en agitant les bras de manière nerveuse. Je ne suis pas un voleur.... J'avais faim. Je voulais juste un petit bout de quelque chose... de sucré.

Je préférais préciser que je voulais quelque chose de sucré et non de salé. C'était ce que je mangeais le plus. De toute façon, il avait dû s'en rendre compte. Je faisais un effort pour manger les plats salés. Et je devais reconnaître qu'ils étaient très bons, mais ma préférence allait vers le sucré et j'en réclamais très souvent pour ne pas dire tout le temps.

Ca y est, dès qu'on parlait de nourriture, mon ventre se remettait à grogner. Je posais donc mes mains dessus pour le faire taire et rougit comme une tomate, tellement j'étais gêné.


- Heu... Désolé... Je ne voulais pas voler ni déranger ta cuisine. Pardon. Pardon. Pardon.

Je baissais de nouveau la tête. J'étais affreusement mal à l'aise. Je me sentais fautif et coupable, comme un enfant qu'on aurait pris la main dans le sac.


Revenir en haut Aller en bas

Celebren : 72
Emploi : Cuisinier en chef ♥
Avatar : Barnaby Brooks Jr. • Tiger & Bunny


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Petit creux nocturne (pv Loras)   Mar 30 Juil - 19:22:38




    J’ai encore les sourcils froncés, kupo. Mais au moins il s’excuse… Parfois, les gens ne s’excusent pas et ça m’oblige à hurler pour qu’ils sortent de ma cuisine. Mais là au moins, pas besoin ! Je finis de ranger les pâtes, regardant toutes celles à terre que je ne pouvais pas sauver. Ce n’est pas sale, au sol, mais enfin, je n’ai pas envie de faire de la cuisine qui est tombée sur du carrelage à toutes les personnes de l’institut ! Je prends le balai et la petite pelle pour tout nettoyer, le cœur fendu à l’idée de jeter ce qui pourrait constituer un si bon repas si ça n’était pas venu, pour certaines pâtes, s’éclater au sol. Je referme la poubelle, je range tout, je tourne un petit peu dans ma cuisine avant de revenir vers le jeune garçon sans trop sourire. Tout le monde dit que je souris dans ma cuisine, oui, c’est vrai kupo, mais là je n’ai pas trop envie de sourire… Je le fixe seulement en remettant mes vêtements comme il faut, s’étant un petit peu relevé quand j’ai rangé les paquets de nourriture. Je ne dévoile pas mon bidou si facilement, ah, ça non ! Finalement mon regard se repose sur lui. Je ne sais pas trop quoi penser, mais il a l’air sympathique et sincère, kupopo. Une main s’échappe dans ma chevelure et je me gratte pendant un long moment jusqu’à réfléchir un petit peu. Je m’éloigne, je vais allumer la lumière, et je reviens. C’est bien mieux ! De toute façon, j’ai el droit d’être dans la cuisine quand je veux, alors on peut bien se faire repérer !

    Je l’écoute calmement, mais je suis fatigué, je crois. Pourquoi est-ce que je suis venu ici déjà ? Ah, oui… Simplement pour manger. Je m’écarte, quelques instants, pour sortir des biscuits et surtout des restes du gâteau à la mousse au chocolat que j’ai fait la veille. Hm… C’est encore meilleur comme ça et encore plus appétissant, surtout !


      « Tu sais, c’est ma cuisine, et je n’aime pas trop qu’on y vienne sans me prévenir, kupo… Viens me voir au dortoir, la prochaine fois.  »


    Je souris. Il faut bien que je lui fasse un sourire, je suis un gentil cuisinier et je ne veux pas qu’il ne vienne plus manger les délicieux repas que je prépare si souvent pour tout le monde. Je prends deux petites cuillères et deux assiettes, aussi, avant de mettre une grande part de gâteau dans chacune.

      « Tiens ! Il y a de la chantilly si tu veux, et si tu n’aimes pas le chocolat… Il doit y avoir des restes de framboisier, mais je le gardais pour le directeur… »


    Le gâteau que je viens de lui servir est certainement l’une de mes plus belles créations ! Une pâte sablée, et par-dessus une bonne mousse au chocolat assez solide et contenant par endroits quelques billes croustillantes elles aussi chocolatées. J’ai mis du temps à le préparer, mais j’en suis très fier ! Il en reste peu d’ailleurs, je le garde pour quand j’ai envie de grignoter…

      « Alors, kupo, comment tu t’appelles ? Moi c’est Loras, mais je pense que tu le sais, parce que je suis le seul cuisinier ici ! »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naicelea.forumactif.fr

Invité


Invité



MessageSujet: Re: Petit creux nocturne (pv Loras)   Sam 3 Aoû - 16:25:02





Gâteau.




Oula. Il avait l'air de m'en vouloir. Et moi, je me sentais si mal. J'étais vraiment affligeant de nullité. Mon père avait raison. Je n'arrivais jamais à rien faire de bien. Au contraire, j'étais un fardeau pour tout le monde. Pour lui, pour mon frère, pour la société et maintenant pour l'institut. C'est vrai que s'occuper de quelqu'un de malade comme moi, ne devait pas être une vocation. Peut-être qu'il avait raison. Si seulement ce jour-là, ma chute avait été mortelle. Ca aurait été mieux pour tout le monde. Mon frère serait libre et n'aurai pas à s'occuper de moi en permanence, ni à payer pour qu'on s'occupe de moi. Je me sentais minable. Tout ça, à cause de mon satané ventre qui réclame tout le temps à manger. Je ne pourrai pas lui dire de se taire une bonne fois pour toute? Il m'arrive de le détester. Il m'arrive de ma détester de ne pas être normal. Je gardais la tête baissée et attendait de me faire disputer et virer comme il se doit.

Mais ce ne fut pas le cas. Les néons s'allumèrent et je relevais une visage surprit. Puis, je pose mon regard sur le cuisinier, écoutant avec attention ses explications. Je le fixe avec de grands yeux ronds. Loras préfère que je vienne le voir dans sa chambre quand j'ai faim? J'ai peur de le dérange, mais après tout, si c'est ce qu'il désire, je le ferai.

Je le vois sortir un gâteau à la mousse au chocolat. J'en ai l'eau à la bouche. J'en avais mangé au dîner et il était absolument fabuleux ce gâteau. Je vois le cuisinier m'en servir une part et m'inviter à le rejoindre. A ce moment, mes yeux se mirent à scintiller et une large sourire étira mes lèvres. Alors en fin de compte, il en m'en voulait pas! J'en étais heureux et d'autant plus si j'avais le droit de manger encore de son fameux gâteau.

Evidemment, j'aurai bien aimé goûter le framboisier, mais vu qu'il était réservé à quelqu'un, je me défendais d'en prendre. Surtout s'il était destiné au directeur. Voilà encore une personne que je n'arrivais pas sonder et qui m'effrayait. Pas comme le Docteur Undume... Non, plus que lui! Ah oui! Le directeur affichait toujours ce sourire énigmatique. Difficile de savoir ce qu'il avait derrière la tête. J'étais toujours mal à l'aise en sa présence. Et son regard glissait sur vous tel une anguille. J'en frissonne rien que d'y penser. On a l'impression qu'il a les yeux d'un serpent et qu'il va sonder votre âme... Ah non! C'est trop effrayant, je préfère penser à autre chose, comme le gâteau que j'entends d'ici m'appeler. Le pauvre, il est tout seul dans cette grande assiette. Il n'attend qu'une chose, se faire dévorer et je me fais une joie de le satisfaire. Et par la même occasion, satisfaire mon gouffre ventral.

Je me joignais à lui avec le visage illuminé d'un enfant devant un arbre de noël.


- Ah non! C'est une hérésie la chantilly sur un si délicieux gâteau. M'exclamais-je. Le goût de la chantilly masque le subtile et délicat mélange de la pâte sablé et de la mousse. C'est une véritable exposition de plaisir qu'il ne faut pas gâché avec de la chantilly. La crème convient bien aux fruits ou toute seule ou pour cacher le goût de pâtisseries ratées, mais pas pour un tel.... chef d'oeuvre culinaire. Dis-je en dégustant ce fabuleux dessert.

Je poussais de petits soupirs, petites exclamations, à la limite de l'érotisme, à chaque bouchée. Même mon ventre faisait de petits bruits, exprimant ainsi son plaisir, ce qui me fit sourire. Il semblait complètement satisfait alors je l'étais aussi. Sans compter que mes papilles étaient à la fête avec ce succulent dessert chocolaté.


- Ah oui, désolé. Moi, je m'appelle Lorian. Dis-je avec un large sourire et du chocolat autour des lèvres. Oui, je sais comme tu t'appelles. Je passe beaucoup de temps au réfectoire parce que j'adore ta cuisine et parce que j'aime manger. Ajoutais-je avec sincérité.

Je n'avais aucune raison de mentir. Et puis, ce n'était pas mon genre de passer de la pommade à quelqu'un pour obtenir ses faveurs.



[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Celebren : 72
Emploi : Cuisinier en chef ♥
Avatar : Barnaby Brooks Jr. • Tiger & Bunny


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Petit creux nocturne (pv Loras)   Mar 6 Aoû - 18:34:07




    Mes yeux se mettent à briller, un grand sourire illumine mes lèvres. Je n’arrive pas à croire en ce que je suis en train d’entendre, là, tout de suite, maintenant. J’en viens même à relâcher ma cuillère un petit instant pour taper joyeusement dans mes mains. Quoi ? Oh, oui, je n’ai pas dis. La chantilly ! Enfin quelqu’un qui a le même avis que moi sur la chantilly ! Je souris encore plus et je me remets à manger. La chantilly, c’est délicieux, ça oui, mais il a bel et bien raison ! C’est délicieux sur de simples fruits ! Les fraises, les framboises aussi, j’aime bien. Il faudrait que j’en fasse manger à Ludwig un jour pour qu’il me dise son avis. Surtout que je sucre les fraises à la perfection, toujours. Et je fais ma chantilly moi-même, attention ! Hors de question d’acheter ces choses infectes que l’on trouve dans ces supermarchés qui font plus souvent liquides sur vraiment sous une forme qui est sensé être la bonne et qui est loin de l’être. Surtout que c’est simple à faire, la chantilly. Je me demande pourquoi tout le monde l’achète… Enfin bref. C’est bon avec les petits beurres aussi, oh, ou alors avec les palets bretons ! Oh oui, avec les palets bretons ! Un peu de cette délicieuse crème et ça rend le tout encore meilleur, tout ce que j’aime ! Ca me donne d’ailleurs envie de le faire. Je fouille un petit peu dans les placards et je sors les gâteaux pour les poser sur la table. Puis je réagis, enfin.

    Je réagis à l’autre chose qu’il a osé dire. Mon gâteau lui plait… ? Vraiment ? Je n’arrive pas à y croire, ma cuisine lui plait, il aime ce gâteau là ! Entre temps, il faut dire ce qui est, c’est une recette que je maîtrise à la perfection et que j’adore faire par-dessus tout ! Surtout que c’est loin d’être facile, ça. J’ai toujours eu une dent contre la mousse au chocolat que j’ai tendance à louper parce que j’ai trop hâte de la gouter, mais hier, je l’avoue, j’étais en pleine forme pour tout faire. Je souris encore un petit peu et en fin de compte je lui coupe une autre petite part que je rajoute à son assiette en me remettant à manger. Je suis tellement touché par sa remarque que j’en oublie de dire kupo, kupo ! Voilà… je le redis finalement. Kupo, je crois que j’ai les joues toutes rouges et que j’ai chaud. Je me détache encore un petit peu et je sors du jus de pommes, tout simple, quoique finalement non, personnellement, je craque sur le jus de mangues dont je me sers un immense vers. Vu que je ne sais pas pour le jeune homme à mes côtés, je lui sers un verre de chaque, comme ça au moins !



      « Oh, tu sais, le réfectoire, c’est un peu comme ma deuxième chambre ! J’ai mis un petit canapé dans le coin, et ça me fait lit ! Mais personne ne dort dessus sauf moi. C’est tout à moi. Monsieur Daw m’a dit que je pouvais faire ce que je voulais, kupo, du temps que ça n’était pas dangereux.»


    Je ris encore un petit peu et je regarde mon assiette vide dans un petit soupir. Kupo, je crois que je mange vraiment trop vite… Je soupire un peu et je tapote mon ventre bien rond avant de relever les yeux.

      « Tu sais, si tu es gentil, je t’apprendrai à faire ce gâteau ! »

    Je prends enfin la boite de petits palets bretons pour les recouvrir de chantilly et les dévorer en riant. En fait, quand je suis dans ma cuisine, je suis vraiment… moi. Je me permets de manger ce que je veux quand je veux et je suis tout heureux ! Personne ne pourrait se douter de ça, j’ai l’air sérieux dans les couloirs après tout. Est-ce que Lorian savait que je suis un grand gourmand, en vrai ?

      « Et puis, bah, si tu veux, tu peux venir à la fin des repas parfois et je te donnerai une part en plus, kupopo… »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naicelea.forumactif.fr

Invité


Invité



MessageSujet: Re: Petit creux nocturne (pv Loras)   Mer 7 Aoû - 20:18:49





Propositions.




Tout en mangeant... Non en dégustant assez rapidement, je dois bien l'admettre, ce succulent gâteau au chocolat, j'expliquais mon point de vu sur la crème chantilly. Je ne doutais pas qu'elle ne soit pas bonne, surtout qu'elle était faite à la main, alors si elle était du même niveau que tous les autres plats de Loras, elle devait certainement être fabuleuse. Cependant, je n'étais pas très emballé par l'idée de mélanger du gâteau avec de la chantilly. C'est alors que je le vis relâcher sa cuillère et se mettre à applaudir. Je fixais Loras avec de grands yeux. J'ai eu peur pendant un instant d'avoir dit une bêtise. Mais vu ses yeux brillants et son large sourire, ce n'était pas le cas. Alors lui aussi était de mon avis? Voilà qui était fort plaisant. Je lui adressais un sourire en retour. J'étais bien heureux que nous soyons du même avis! Ca prouvait que je ne disais pas n'importe quoi, parce que c'était parfois l'impression que j'avais quand je voyais les gens autour de moi, mettre de cette douce crème sucrée sur tout et n'importe quoi!

Je le vis ensuite se lever et aller chercher... Oh! Des palets bretons! C'était délicieux ça, avec la chantilly justement. J'avais grande hâte d'y goûter et mon ventre aussi, qui grommela dans son coin parce que ma bouche n'allait pas assez vite. Je finis, sans me pressé ma part de gâteau, lorsque je vis une autre part fleurir dans mon assiette.


- Merci! Dis-je avec un large sourire et des étoiles dans les yeux.

Loras était un dieu. Oui, ça ne pouvait être que ça! Quelqu'un d'aussi doué en cuisine qui me sert des desserts en pleine nuit pour m'en faire péter la panse. Il n'était plus un ange descendu sur Terre pour veiller que mon ventre soit toujours bien rempli, il était le dieu de la cuisine incarné. Un homme exceptionnel, comme on en rencontre une fois dans sa vie. Et maintenant voilà qu'il me sert à boire. Du jus de pomme ou du jus de mangue? Ah non, il y a deux verres pour moi?


- Merci! Dis-je de nouveau.

Je posais ma cuillère sur le bord de mon assiette et me saisis du verre de jus de mangue. Je le levais pour trinquer puis le bus d'un trait. C'est qu'il donnait soif son délicieux dessert. Je reposais mon verre vide sur la table et me léchais les babines. C'était délicieux avec le chocolat, la mangue. Je repris ensuite ma cuillère et l'écoutais pendant que je terminais ma deuxième part.

Je regardais le cuisinier avec de grands yeux ronds lorsqu'il me dit qu'il avait installé un lit dans sa cuisine. Oh! Mais en voilà une bonne idée! Pourquoi je n'y avais jamais pensé? Dormir dans la pièce la plus importante de la maison. Une pièce qui sentait toujours bon, car les plats sucrés comme salés sentent toujours délicieusement bons... Sauf quand on les brûle. Loras était un bienheureux. Je me surpris à l'envier. Mais moi, je ne savais pas faire grand chose en cuisine. C'était toujours risqué avec mes crises qui pouvaient surgir à n'importe quel moment. Mais là, je n'en ai plus de crises! Alors je pouvais apprendre la cuisine! Surtout si c'était Loras qui me l'apprenait.

A sa proposition, mes yeux se mirent à scintiller et un large sourire étira mes lèvres jusqu'aux oreilles.


- Oh, c'est vrai?! C'est très gentil de ta part.

Je reposais ma cuillère dans mon assiette maintenant vide. Je me saisis d'un palet et mis de la chantilly dessus, tout comme le cuisinier juste avant, puis je croquais dedans avec grand plaisir. Mmmmhhh... C'était délicieux! Et cette crème était à la hauteur de mes espérances! Non, même mieux que ça! Elle était meilleure que je ne l'aurai cru. Plus jamais je n'en achèterai de déjà faite.

Puis, je m'arrêtais et le regardais avec un air enfantin sur le visage.


- C'est vrai?... Vrai de vrai? Je pourrais revenir à la fin du service pour en ravoir?... Parce que je n'y manquerais pas! Et puis, je suis toujours sage et gentil, et aussi, je crois tout ce qu'on me dit. Alors si tu me dis tout ça, je vais revenir te harceler pour avoir des restes et pour que tu me montres comment faire feu-le délicieux gâteau au chocolat!

Bah oui, ce n'était pas tombé dans un sourd mais d'un gourmand. Un vrai de vrai.


Revenir en haut Aller en bas

Celebren : 72
Emploi : Cuisinier en chef ♥
Avatar : Barnaby Brooks Jr. • Tiger & Bunny


Dossier médical
Vous êtes ? :
Inventaire:

MessageSujet: Re: Petit creux nocturne (pv Loras)   Mar 13 Aoû - 16:41:31



    J’aime voir quelqu’un de joyeux dans ma cuisine. Il n’y a rien de mieux que de voir de beaux sourires ! Même si je n’aime pas avoir quelqu’un  avec moi en ces lieux d’habitude, je tiens à dire qu’une fois que la personne y est… Ca me rend tout heureux, kupo. Surtout que d’habitude, quand on vient dans ma cuisine, c’est pour me réclamer de la nourriture seulement. Enfin non. C’est Kelan qui vient m’en réclamer et il n’a jamais le sourire, et vu que j’ai peur, kupo… Eh bien je le laisse se servir. Sinon c’est Ludwig qui vient et ça, oh ça, c’est bien différent. Ludwigchouchérikupo ne vient que rarement dans la cuisine et quand il vient, c’est pour discrètement me demander de le resservir un tout petit peu plus. Il ne fait pas cela depuis longtemps, mais au moins il le fait et je peux le voir, je peux enfin le voir. Mon cœur a envie d’exploser dans ce genre de moment en principe. Je m’empresse toujours de lui sourire et de lui redonner un petit peu de nourriture bien chaude, avec un supplément de tendresse et d’amour que j’offre sous forme de plus grand sourire et d’un petit ‘kupo’ de ma petite voix. Mais enfin, là, je ne vais pas faire la même chose avec Lorian. Je ne ressens pas les mêmes éléments, mon cœur ne bat pas de la même façon même s’il semble s’emballer joyeusement à chaque fois que le jeune homme prend une bouchée de gâteau au chocolat ou même des petits gâteaux que j’ai déposé sur la table. C’est pas la même joie qu’avec Ludwig, loin de là. C’est pas la même joie qu’avec Jayden, ni même celle que j’ai avec Kelan car oui, même s’il râle, je l’aime bien moi, Kelan. Là, avec Lorian, c’est juste… un sentiment de bienêtre. Je suis ravi d’avoir fait la rencontre de quelqu’un qui aime autant la cuisine et qui n’aime pas seulement… manger juste pour manger. Il connait les gouts, les textures, ce qui va avec quoi. Il ferait peut-être un très bon cuisinier, kupo. Oh mais kupo un moment… AH. IL RISQUERAIT DE ME REMPLACER. Kupo ça fait peur…

    Je nous resserre un petit peu de jus de mangue et je souris encore en buvant d’une traite mon verre. C’est rafraichissant et ça me donne de la force ! Finalement, je repose mon regard sur lui et je remets en place mes lunettes rapidement, léchant ensuite mes doigts plein de chantilly. J’ai du m’en mettre dans les cheveux d’ailleurs…

      « Oui kupo, tu peux venir, tu sais. Je peux te resservir s’il reste un peu de nourriture, il en reste toujours un petit peu de toute façon.  »


    Bien entendu qu’il en reste toujours un peu ! J’en fais toujours trop exprès, kupo, parce que je sais parfaitement que plusieurs personnes vont venir m’en réclamer… Finalement je tourne la tête vers la pendule et je soupire.

      « Déjà 4h30… C’est l’heure où je me lève, kupo…  »


    Je m’étire un peu et je commence à sortir plein de choses du réfrigérateur pour les mettre sur la table, puis je regarde Lorian.

      « C’est l’heure à laquelle je me lève pour préparer le petit déjeuner de tout le monde et où je commence à faire cuire les plats les plus longs pour midi, kupo.  »


    Eh oui, il faut bien que tout le monde mange, alors je me lève tout tôt pour ça et comme ça je fais les meilleurs petits déjeuners ! Je fais toujours beaucoup de chocolat chaud, de café, de thé… Je prépare des cookies, du brownie, tout plein de choses ! Et aujourd’hui, j’opte pour… oh des brownie, ça fait longtemps, oui !

      « Tu veux rester ? Par contre je te demande pas de m’aider, je préfère tout faire tout seul, mais tu pourras gouter et me dire si tu aimes ! Et s’il reste du chocolat au fond du plat, tu pourras le manger ! Je fais ça tout le temps…  »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naicelea.forumactif.fr




Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Petit creux nocturne (pv Loras)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Petit creux nocturne (pv Loras)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Petit creux nocturne [libre]
» Un petit creux... [PV Rosanna Sanders]
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Un petit caniche ou bichon ? 3 ans maltraité (60) ADOPTE
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naicelea :: 
l'institut naicelea
 :: Rez-de-chaussée :: Réfectoire
-