AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'aveugle vous regarde de toutes ses oreilles.. Mais s'il a des boules Quiès ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité


Invité



MessageSujet: L'aveugle vous regarde de toutes ses oreilles.. Mais s'il a des boules Quiès ?   Mer 12 Juin - 18:48:03

“Silhouettes. Rêve. Sombre. Moite. Terre. Sculpture. .. Silhouettes.”


Noir, ocre, sang. Les trois teintes se mélangent pour donner corps à l'une d'entre Elles, et Corto sursaute dans son sommeil. Elle s'approche, Elle le pleure, Elle le hante avec un amour haineux, comme s'il devait être sa fin et son aboutissement. Corto a froid, chaud, peur. Il passe par les différents stades de l'angoisse, l'attente, la paralysie inexorable. Elle s'avance, et Elle tend la main vers lui pour toucher son visage. Elle même n'en a pas, et c'est bien pour ça qu'elle veut lui voler le sien. Avoir un visage, c'est avoir le droit d'exister. Les doigts d'argiles s'approchent un peu plus, laissant tomber ça et là quelques miettes ocres au sol. Avec un visage, elle ne sera plus délétère. Elle sera Une, solide et vraie. Corto ne mérite pas de l'être, Corto ne l'est pas, ne l'est plus. Son corps devient couleur terre au fur et à mesure que la main s'approche, alors qu'il reste figé et incapable de bouger. 10 centimètres, 5 centimètres, 1 centimètre, quelques milimètr..


Réveil. 

Encore haletant, Corto écoute autour de lui. Tout est calme. Ce qui doit signifier que Kayron n'est pas dans les environs. Micro-sourire de la part du métis. Kayron n'est pas fondamentalement méchant mais.. Il lui fait un peu peur, tout de même. Plus que les autres, qui se tiennent loin. Les yeux toujours clos, Corto se redresse, et cherche quelques secondes sur sa table de chevet ses lunettes de soleil. Ce n'est qu'une fois qu'elles sont posées sur son nez qu'il commence à se détendre. Doucement, il ondule de la colonne pour se réveiller et se lève. Comme à l'accoutumée, ses yeux sont toujours fermés lorsqu'il franchit finalement la porte de sa chambre. Le monde est trop moche et effrayant pour qu'il ait envie de le voir. Même un monde de corridors aseptisés.

Doucement, ses pas l'amènent vers le foyer : il a envie de sculpter, encore. Comme à chaque réveil, si on y réfléchit bien. C'est comme un exorcisme, pour expulser loin de lui toute cette angoisse moite et les visions qui vont avec. En habitué, Corto compte ses pas pour arriver devant l'endroit où il range ses affaires et l'argile. Prenant ce dont il a besoin, il s'assoit à la première table où il n'entend personne d'installé, en l'occurrence non loin de l'entrée, et commence à sculpter. Comme dans un rêve, il oublie ce qui l'entoure et se concentre sur ses doigts, sur ce corps miniature auquel il donne le droit de vivre peu à peu. Elle émerge du tas de glaise, et il La représente aussi fidèlement que possible. Sans prendre gare à la porte qu'il entend s'ouvrir, Corto continue son oeuvre.

Mais la terre a séchée par endroits, malgré le soin avec lequel il l'a empaqueté. L'argile se rebelle, résiste à la pression de ses doigts et de ses paumes, refuse de se moduler selon son bon vouloir. Corto fronce légèrement des sourcils devant la résistance insolente du matériau, et force un peu plus pour la faire céder. Son pouce ripe soudain, et une petite boulette vole impérieusement.. En direction du nouvel arrivant. Désolation. À tous les coups, cela risque d'engendrer échange avec la personne, au moins pour s'excuser si la glaise l'a touché. Poisse. Stress. Corto est Attente et Nervosité. Si seulement la personne pouvait ne pas être touchée, ne pas avoir vue le morceau d'argile éjecté, si seulement il pouvait l'oublier. 

Avec anxiété et espoir, le métis tend l'oreille pour voir s'il y aura réaction. Espoir d'oublis, espoir et envie. D'oublis, mais pas que : au contraire.


Dernière édition par Corto Sandoval le Mar 2 Juil - 22:49:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité



MessageSujet: Re: L'aveugle vous regarde de toutes ses oreilles.. Mais s'il a des boules Quiès ?   Dim 23 Juin - 1:45:12

« Ecouter, c’est encore voir un peu, pour l’aveugle. »

Quelques heures plus tôt, Nathanaël était encore dans la voiture du chauffeur de son oncle, ses valises dans le coffre et son sac de sport sur les genoux. Il regardait pensivement le paysage défiler à travers la vitre, comme s'il était hypnotisé. Le trajet dura plus de deux heures, deux heures pendant lesquelels il ne pipa mot. Et ce, malgré les tentatives de son oncle d'engager la conversation.
Il était las, simplement las de devoir de nouveau se retrouver dans un lieu qu'il ne connaissait pas. Il serait de nouveau seul, comme avant. Intérieurement, il priait pour se faire des amis rapidement -ou ennemis. Il se voyait mal rester dans ce grand bâtiment seul...Il deviendrait vite fou.
Au bout d'un moment, il aperçut la silhouette de la bâtisse qui se dressait fièrement au loin.

Voilà. Son oncle l'avait déposé directement devant le bâtiment avant de partir aussitôt, et l'avait laissé se débrouiller avec M. Daw. Quel curieux personnage d'ailleurs. S'il pouvait fouiner sur lui, ça lui ferait au moins du divertissement. Il ressortit du bureau du directeur quelques minutes plus tard, portant son sac d'un côté et tirant derrière lui les deux grosses valises où il avait ranger une partie de ses affaires. Alors qu'il pénétrait dans le foyer, ses prunelles bleues cherchant désespérement quelqu'un avec qui il pourrait sympathiser.
Mais alors qu'il avançait tranquillement, une boulette d'argile attérit sur son sweat Superman. Tiens...Comment est-ce que ça se fait que ce genre de-... Il interrompit ses pensées pour lever les yeux vers le lieux de la provenance de la boulette, essuyant rapidement la tâche. Quand il vit la table avec tous les outils, et l'homme qui été installer, il haussa un sourcil.

Le blondinet décida d'engager naturellement la conversation, s'approchant de la table avec un petit sourire avenant au visage. Il se stoppa en remarquant les lunettes de cet inconnu. Ce genre de monture noire étaient typique des aveugles. Et vu qu'il avait l'air d'être un patient, il devait forcément bien connaître cet endroit. Aprés tout, il avait beau être aveugle, ça n'empêchait pas que ses autres sens soient dévelloppés.
Il prit la parole d'un ton un peu timide, s'asseyant en face de lui:

-Bonjour...Excuses-moi de te déranger. Je m'appelle Nathanaël Earnest. Je suis nouveau ici...Pourrais-tu m'indiquer l'aile Sud?

Il espérait intérieurement que son interlocuteur soit une personne aimable. Ca serait dommage de se prendre la tête avec quelqu'un, surtout dans un moment pareil.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité



MessageSujet: Re: L'aveugle vous regarde de toutes ses oreilles.. Mais s'il a des boules Quiès ?   Mar 2 Juil - 22:43:14

“Bruit. Talon. Sol. Pas. Peur. Paroles.. Bruit.”


L'homme en face s'est donc bien pris la boulette. Ou peut-être son attention se serait-elle tournée quoi qu'il arrive vers le dreadeux ? Qui sait.. Sur le qui-vive, Corto est Attention et Ecoute envers cet individu nouvellement arrivé. Va-t-il l'oublier ? Passer son chemin ? S'énerver ? Avec un léger sursaut, le metis entend des pas se diriger vers lui. Repéré. Il réprime un mouvement de panique, se force à garder une respiration calme. Calme. Reste calme. En cet instant, il se sent comme pris au piège, comme un lapin devant les phares de la grosse voiture qui va l'écraser et qui reste paralysé. Juste, ne pas bouger, et voir le danger arriver sans savoir quoi faire. Tétanie. Peur.

Un violent frisson parcourt Corto en l'entend s'arrêter brusquement. Espoir. Peut-être que finalement la confrontation sera évitée ? Instant de flottement.. Et non. La voix du nouvel arrivant résonne dans la salle. Pas d'agressivité, de sentiment négatif. L'ex-vendeur se calme doucement en serrant les mâchoires. Les interactions sociales ne sont décidément pas sa tasse de thé. Mais il semblerait que pour le moment, celle-ci soit sans danger. Pour l'instant. Restons sur nos gardes.

Suivant de la tête l'individu -qui n'est nullement difficile discret pour qui tend l'oreille- Corto se concentre sur ce qu'il entend afin de percevoir les actions de celui-ci. S'asseoir, heh ? A-t-il l'intention de rester à côté de lui durablement, ou est-ce simplement le temps des formalités ? D'ailleurs, y-a-t-il un protocole pour ce genre de situation ? Bonne question. Inclinant légèrement l tête sur le côté, l'aérien écoute les mots prononcé par son vis-à-vis. L'aile sud ? Oh. Un nouvel arrivant perdu. C'est bien sa veine, il va falloir lui servir de guide.. Mais compte tenu de la situation, Corto n'a pas envie de faire de vague. S'il l'emmène, le "dépose" à la destination demandée, sans doute l'inconnu le laissera-t-il tranquille. Et le jeune métis pourra être fier de lui : il aura mené à bien une interaction avec un autre individu. Cela donnerait sujet à réflexion..

Avec un hochement de tête et une totale neutralité, le voilà qui se met donc à ranger soigneusement son matériel et l'argile restante. Cette fois, pour éviter le même incident, il n'omet pas de l'humidifier pour éviter qu'elle ne sèche. Ce serait du gâchis. Puis, une fois le tout bien remis à sa place, il pousse soigneusement sa chaise contre la table avant de se tourner vers l'inconnu. À quoi peut-il ressembler ? Pas un gros gabarit ni une personne âgée, s'il se fie à la voix et au bruit des pas. Tant mieux, c'est d'autant moins dangereux. Quelque part, cela rassure Corto.. Même si le simple fait d'être en contact avec une autre personne sans être en train de sculpter l'angoisse à l'avance. Il n'est pas habitué, ne sait pas faire. Et si l'autre voulait discuter, hein ? Il lui faudrait.. Parler ? Mon dieu. Depuis combien de temps n'a-t-il pas prononcé un mot ? Une semaine, un mois, plus ? Qui sait.

Avec un geste de la main pour l'inviter à le suivre, il se met à ouvrir la marche en ruminant les paroles de.. Nathanaël ? Oui, c'est bien le nom qu'il avait donné. Earnest. Nathanaël Earnest. Drôle de nom. Un nouveau ici.. Oh. Wait. Il s'était présenté.. Attendait-il du dreadeux qu'il fasse de même ? Ow. Prendre la parole. Non. Enfin. Il faudrait. Stress. Le stress monte à l'idée de s'enferrer un peu plus dans la communication.. Tout en étant troublé par des restes d'éducation qui viennent lui rappeler des règles de savoir vivre. Hn. Fort. Il fait être fort et aller au dela de l'angoisse.

- Corto. Sandoval.

C'est dit d'un souffle, comme s'il avait eu honte de prononcer ces deux mots. La voix se fait rouillée en début de phrase : il faut le comprendre, ce n'est plus dans ses habitudes de la solliciter. Ce qui est un peu le cas, en fait. C'est faible, si faible de sa part. Faible parce qu'il montre une faille dans sa coquille : en acceptant de parler, c'est comme s'il acceptait de reconnaitre l'autre comme n'étant pas un danger.. Donc une relation sociale potentiel ? Ouh. Trop tôt pour dire ça. Mais l'effort est fait, et pour Corto c'est déjà beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité



MessageSujet: Re: L'aveugle vous regarde de toutes ses oreilles.. Mais s'il a des boules Quiès ?   Jeu 11 Juil - 18:40:48

Lorsque Nathanaël avait engagé la conversation avec cet inconnu aux lunettes noires, il ne l'avait fait que par pur intérêt. Non pas que ça lui aurait déplut de se lier d'amitié avec le jeune homme, mais tout dans son attitude semblait exclure cette hypothèse. Quand le blondinet s'était assit, l'autre était simplement resté stoïque et silencieux. Le seul mouvement fut celui de sa tête puis ses mains qui rangèrent tout le matériel.

Naht' eut un air assez perplexe en regardant l'aveugle se lever et commencer à marcher. Ce dernier n'avait piper mot depuis quelques minutes, ressemblant plus à une poupée docile qu'à un être humain. Le jeune homme haussa un sourcil en emboîtant le pas au métis, se demandant s'il ne serait pas par hasard muet. Ca commençait bien, en tout cas! Il venait à perdre de débarquer qu'il tombait sur un patient qui avait perdu sa langue...
Lui qui aimait parler de tout et de rien... Il deviendrait vite malheureux. Priant intérieurement pour que les autres ne soient pas aussi muet que des carpes, il suivait docilement le grand brun. Partout où son regard se posait, il n'y avait que des murs sobres, parfois décorés de quelques tableaux. Les fenêtres des couloirs étaient grandes et lumineuses. Quand aux portes, elles se ressemblaient toutes... Ces couloirs étaient un véritable dédale! Plus vite il mémorisera son parcours, mieux ce sera. Nathanaël n'a aucune envie de se retrouver perdu ici, en pleine nuit. La bâtisse avait beau avoir un certain charme rustique, ça n'empêchait pas notre blondinet d'avoir de désagréables frissons. Mais d'un autre côté, ça devait être excitant de se promener dans tout le bâtiment, une fois la nuit bien entamée. Il faudra qu'il essaye ça.


Une voix à peine audible et quelque peu enrouée, le tira de ses réflexions. Finalement, son interlocuteur pouvait parler. Même si ce n'était une phrase très constructive, il était aller à l'essentiel. Pourtant, quelque chose dans ce ton poussait le petit blond à penser que cette simple réponse demandait au plus grand beaucoup d'efforts. Et la tonalité de sa voix... Soit il était asocial pour une quelconque raison, soit il n'appréciait guère que Nathanaël le prenne comme guide touristique.
Enfin, il ne pouvait pas lui en vouloir... Corto, c'est bien ça? Bah, peu importe la raison qui poussait ce dernier à économiser sa salive. Au moins, il avait accepter de l'aider.

-Enchanté Corto!

Lui répondit-il d'un air enjoué avant que le silence ne retombe sur eux comme une chape de plomb. Nath' se mordilla nerveusement la lèvre inférieure, son regard passant de ses pieds aux murs puis à l'étrange chevelure de Corto. Des dreadlocks? A un moment, c'était devenu une mode. Mais toutes les modes ont une durée de vie limitée, et celle-ci avait finit par disparaître rapidement. Néanmoins, certains irréductibles continuaient de les porter et...Ca lui allait plutôt bien, à l'aveugle. Mais pourquoi il pensait à ça, tout d'un coup? Preuve qu'i s'ennuyait ferme, en tout cas.
Vivement qu'il soit dans sa chambre, histoire de décompresser un peu. Le directeur lui avait dit que ce n'était pas une pièce individuelle: parfait, il avait horreur de la solitude.

Cela faisait maintenant une bonne dizaine de minutes, voir plus, qu'ils marchaient et aucun des deux n'avait ouvert la bouche. L'un semblait très bien s'accommoder de la situation tandis que l'autre... L'autre cherchait un moyen d'engager à nouveau la conversation. Il voulait le faire parler, ce métis, le pousser à briser sa bulle. Par simple curiosité ou dans l'espoir de s'en faire un ami.
Aussi Nathanaël prit-il donc la parole, assez hésitant et nerveux:

-Alors tu...Tu es aveugle? Ou...C'est juste parce que... Pour faire style...?

Quand il devait parler, il lui arrivait souvent d'être maladroit et de déballer un monceau d'idioties plus grosses que lui. Mais tous les gens ne sont pas compréhensifs, eh?
Il baissa les yeux et se tut à nouveau, pensant avoir offenser l'autre patient avec sa question un peu trop...Personnelle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité



MessageSujet: Re: L'aveugle vous regarde de toutes ses oreilles.. Mais s'il a des boules Quiès ?   Mar 20 Aoû - 14:33:13

“Paroles. Dialogue. Échange. Ouverture ? Silence.. Paroles.”

Corto pense enfin être tranquille. Oh oui, si serein le silence qui à nouveau les accueille à bras ouverts. Si reposant, si paisible.. Le métis profite de ce répit et ne demande pas mieux que de prolonger cette trêve aux échanges et à société, il voudrait fuir pour mieux s'ancrer dans la solitude familière. Mais non, il ne peut pas : il doit le mener à bon port. Quelle idée d'accepter. Et qu'elle idée aussi d'avoir accepté de le guider. Pourquoi a-t-il accepté ? Pourquoi ? Par peur, sans doute. Peur de la rencontre non maitrisé, peur de l'autre, peur de tout. Corto est un lâche, le sait. Et ne le revendique pas. Mais au bout de dix minutes à peine, c'est la fin de la trêve. Parler, parler, parler.. Pourquoi avoir toujours cette envie de bruit ?

Corto un jour tu sauras que l'homme est un animal grégaire. d'ailleurs, tu le sais déjà n'est-ce pas ? Tu refuses simplement d'accepter l'évidence. Mieux vaut nier en bloc pour ne pas montrer tes bleus à l'âmes et ton coeur écorché. Alors quand le nouveau reprend la parole, le dreadeux pince silencieusement ses lèvres. Curieux. Qu'est-ce qu'il veut, hein ? Il est de mèche avec Elles ? Ce sont Elles qui l'envoient pour le déstabiliser, ces maudites silhouettes qui hantent ses nuits comme ses jours ? Perfides, si perfides silhouettes.  Corto reste un moment sans parler, sans s'émouvoir, il marche, marche, marche. Comme si rien n'était arrivé, comme s'il n'avait rien entendu.

Ils arrivent finalement devant l'escalier qui mène à la section de la terre, et là Corto se fige. Gardant son corps immobile il pivote sur ses talons pour faire face soudainement à Nathanaël. Quelques secondes encore de silence pesant, où on pourrait se demander si à travers les vers opaque le métis observe son vis-à-vis.. Et une fois encore, sa bouche s'ouvre pour laisser tomber quelques mots.

- Tu t'y intéresses vraiment ? Ou c'est par habitude de parler.

Oh. Oh ? Corto lui même se surprend. Il ne s'attendait pas à dire ce genre de réponse, voulait simplement lui dire de partir, de courir de le laisser en paix. Mais sa bouche en a voulu autrement, et ce sont d'autres mots qui lui échappent. Ceci dit, le résultat est le même. Corto ne réponds pas. pas pour le moment en tout cas. À travers les brumes de son esprit, il perçoit plus ou moins la présence de l'autre, son souffle, son odeur. Ses yeux sont toujours clos, ceci dit. pour le moment, Nathanaël n'a pas assez de consistance pour mériter qu'il affronte le monde juste pour voir à quoi il ressemble. Le monde est si laid. Les gens sont si laids. Tout n'est que monstruosités et aberrations, et c'est bien pour cela qu'il préfère l'option de l'autruche.

Se taisant désormais, Corto attends la réponse. Oui, il attend : ses pieds sont cloués au sol. Est-ce son traitement qui le rend si mou et l'oblige à affronter quelqu'un ? Qui sait. Mais les faits sont là : il offre à Nathanaël une chance. De sa réponse dépendra la suite.. et Corto lui même ne sait pas à quoi s'attendre. Depuis qu'il est au centre, ses actions sont de moins en moins contrôlées, et lui même se trouve de plus en plus imprévisible.

[HRP : Pardon pour le délai et le résultat.. ]


Dernière édition par Corto Sandoval le Jeu 19 Sep - 8:42:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité



MessageSujet: Re: L'aveugle vous regarde de toutes ses oreilles.. Mais s'il a des boules Quiès ?   Ven 23 Aoû - 0:04:50

Voyant que l'autre ne lui répondait pas, le blondinet pensa naturellement qu'il avait encore râté une occasion de se taire. Serrant sa valise dans une main et plaquant l'autre dans la poche de son sweat, il se résigna à marcher dans les pas de cet inconnu, à avancer dans le silence le plus complet. C'en était presque terrifiant, ce silence. Du moins, s'il se trouvait en compagnie d'un autre être doué de paroles. Pourtant la voix du métis brisa la chape de plomb qui venait de s'abattre sur ses épaules. Même si ces mots furent brutaux, même si le ton de sa voix n'avait rien d'antipathique, ceci sembla soulagé Nathanaël. Ce serait dommage de ce faire des ennemis dés son arrivée, mh?

- Tu t'y intéresses vraiment ? Ou c'est par habitude de parler.

Le jeune garçon sembla méditer un instant sur sa réponse, n'ayant absolument pas envie de briser le faible lien -bon ou mauvais- qui venait de se tisser entre eux par le biais de ces quelques mots. Chaque parole avait son petit effet, et se sachant maladroit, il vaudrait mieux qu'il montre patte blanche:

-Je ne peux pas parler d'habitude vu que je n'étais pas un grand bavard... Donc je vais opter pour la première réponse: oui, ça m'intéresse. Je m'intéresse toujours aux gens qui m'entoure. Disonc simplement que je le montre de...Différentes façons. Je m'adapte, on va dire. Mais...Mais si tu n'as pas envie de parler, alors...On peut toujours écrire...

Il se tut en posant ses prunelles azurs sur les verres impénétrables de son interlocuteur. A l'air qu'il venait de prendre, ça se voyait qu'il venait à nouveau de comettre une erreur. Il tenta maladroitement de se rattraper en bafouillant quelques excuses assez minables:

-Oh désolé...C-C'est vrai que...Si tu ne vois pas, tu ne peux pas écrire...Je...Excuses-moi, quand je parles, je vais plus vite que mon cerveau...

Il tenta également de plaisanter un peu là-dessus mais l'air fermé de l'autre ne l'encourageait pas vraiment dans sa démarche. Peut être aurait-il mieux fallut qu'il se taise et qu'il se contente des politesses habituelles? Ainsi ils ne se serait rien passé entre eux et chacun serait repartit de son côté sans aucun regard pour l'autre. Chacun serait retourné à ses occupations, menant leur petit train train quotidien à leur rythme.
Pourtant quelque chose lui soufflait de perséverer dans ses efforts, de tenter de percer le mystère qui entoure cet inconnu. Ce n'était pas seulement une question de curiosité. Simplement que Nathanaël pensait qu'en parlant, l'on se libérait plus facilement du poids qui nous accablait. Et pour être aussi replié, lui devait en avoir un sacré sur le dos.

Dehors, les rayons du soleil tentaient de percer les vitres des fenêtres pour diffuser leur douce chaleur dans le couloir. Cet instant de flottement entre lui et Corto avait quelque chose d'iréel, presque. Un peu comme s'ils avaient basculés dans un autre espace-temps, une autre dimension, sur le fait même de parler.
Mais la parole est si précieuse à l'Homme...Tantôt bonne, tantôt mauvaise, elle est aussi puissante que destructrice. Ne dis-t-on pas que les plus grands empires ont été battis par les mots et par le sang? Et l'être humain ne peut imaginer vivre dans un monde sans paroles, pour le simple fait que c'est l'un des premiers facteurs de socialisation. Ce qui explique en partie le fait que les sourds désirent ardemment recouvrer l'ouïe.

Mais chacun se construit sa propre opinion là-dessus, et malheureusement pour Corto, Nathanaël faisait partit de ceux pour qui la parole n'est pas seulement une capacité mais également un outil.

[HRP: Pas de problème, je ne t'en veux pas xD J'ai bien aimé ta réponse. ^^ J'espère que celle-ci te conviendra!]
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'aveugle vous regarde de toutes ses oreilles.. Mais s'il a des boules Quiès ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'aveugle vous regarde de toutes ses oreilles.. Mais s'il a des boules Quiès ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» LOU ♣ Je suis pessimiste quand je regarde le monde, mais mon système nerveux est optimiste.
» Ahem.. Please to meet you ?.
» ALLEZ MOISE JEAN CHARLES ANTENOR FIRMIN VOUS REGARDE !KM OU KW LE CAP EST FIER
» Eris Nox, faite attention où vous regarde ...
» j'aurais voulu vous dire à très bientôt mais je vous dirais juste au revoir mes amis ♥
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naicelea :: 
la fin
 :: corbeille :: RP Finis / Arrêtés
-